The Autobiography of Benjamin Franklin

By Benjamin Franklin

Page 104

by subscriptions among themselves,
provided silk colors, which they presented to the companies, painted
with different devices and mottos, which I supplied.

The officers of the companies composing the Philadelphia regiment,
being met, chose me for their colonel; but, conceiving myself unfit, I
declin'd that station, and recommended Mr. Lawrence, a fine person, and
man of influence, who was accordingly appointed. I then propos'd a
lottery to defray the expense of building a battery below the town, and
furnishing it with cannon. It filled expeditiously, and the battery
was soon erected, the merlons being fram'd of logs and fill'd with
earth. We bought some old cannon from Boston, but, these not being
sufficient, we wrote to England for more, soliciting, at the same time,
our proprietaries for some assistance, tho' without much expectation of
obtaining it.

Meanwhile, Colonel Lawrence, William Allen, Abram Taylor, Esqr., and
myself were sent to New York by the associators, commission'd to borrow
some cannon of Governor Clinton. He at first refus'd us peremptorily;
but at dinner with his council, where there was great drinking of
Madeira wine, as the custom of that place then was, he softened by
degrees, and said he would lend us six. After a few more bumpers he
advanc'd to ten; and at length he very good-naturedly conceded
eighteen. They were fine cannon, eighteen-pounders, with their
carriages, which we soon transported and mounted on our battery, where
the associators kept a nightly guard while the war lasted, and among
the rest I regularly took my turn of duty there as a common soldier.

My activity in these operations was agreeable to the governor and
council; they took me into confidence, and I was consulted by them in
every measure wherein their concurrence was thought useful to the
association. Calling in the aid of religion, I propos'd to them the
proclaiming a fast, to promote reformation, and implore the blessing of
Heaven on our undertaking. They embrac'd the motion; but, as it was
the first fast ever thought of in the province, the secretary had no
precedent from which to draw the proclamation. My education in New
England, where a fast is proclaimed every year, was here of some
advantage: I drew it in the accustomed stile, it was translated into
German, printed in both languages, and divulg'd thro' the province.
This gave the clergy of the different sects an opportunity of
influencing their congregations to join in the association, and it
would probably have been general among all but Quakers if the peace had
not soon interven'd.

It was thought by some

Last Page Next Page

Text Comparison with Expériences et observations sur l'électricité faites à Philadelphie en Amérique

Page 6
Quoi qu'il en soit, il parle de cette vertu comme d'une chose que l'on connoissoit de tout tems.
Page 15
C'est dans la même vuë qu'un sçavant Physicien[2] a voulu éprouver comment se fait la propagation de l'électricité dans les corps à qui on la communique; si cette propagation est instantanée du moins sensiblement, ou si elle se fait dans un temps perceptible.
Page 17
Ainsi l'électricité parcourut une espace de deux lieuës dans un instant imperceptible.
Page 51
nous suspendons par un fil de soye une figure d'araignée faite d'un petit morceau de liége brûlé avec les pates de fil de lin, & lestée d'un ou de deux grains de plomb pour lui donner plus de poids sur la table où elle est suspenduë; nous attachons un fil-d'archal perpendiculairement, aussi haut que le fil-d'archal de la fiole, & éloigné de l'araignée de deux ou trois pouces: alors nous l'animons en mettant la fiole électrisée à la même distance, mais de l'autre côté; elle volera sur le champ au fil-d'archal de la fiole, & bandera ses pattes, en le touchant; s'élancera de ce fil, & volera au fil-d'archal de la table, de-là encore au fil-d'archal de la fiole, joüant avec ses pattes contre l'un & l'autre d'une manière tout à fait amusante, & paroîtra parfaitement animée aux personnes qui ne seront pas instruites.
Page 56
La fiole sera électrisée aussi fortement, si elle est tenue par le _crochet_ & les _côtés_ appliqués au globe ou au tube, que si elle est tenue par les _côtés_, & que le _crochet_ leur soit appliqué.
Page 79
Ainsi l'air ne tire jamais une atmosphère électrique d'aucun corps qu'à proportion des particules non-électriques qui se trouvent mêlées avec lui; il conserve plutôt & resserre une atmosphère qui par la répulsion mutuelle de ses parties tend à se dissiper, & se dissiperoit immédiatement dans le _vuide_.
Page 107
pieds de longueur, de manière que les bassins attachés à des cordons de soye soient environ à un pied de terre, ces bassins tourneront circulairement par le détortillement de la ficelle.
Page 108
Il étoit question de décider avant tout si les nuées qui contiennent la foudre sont électrisées ou non; c'est ce doute qui a empêché M.
Page 111
En revenant de chez Coiffier j'ai rencontré M.
Page 120
Février 1752.
Page 122
Mars 1752.
Page 123
Quoique le globe de soufre semble opérer aussi bien que le globe de verre, cependant il ne pourra jamais y avoir une étincelle aussi forte & à une distance aussi grande entre mon doigt & le conducteur, quand on se sert du globe de soufre que quand on employe celui de verre.
Page 129
Voici comme je le découvris.
Page 139
Décembre 1753.
Page 140
68.
Page 145
si vous touchez la doublure de la bouteille (qui pendant tout ce tems est supposée pendre dans l'air dégagée de tout corps non-électrique) les fils sur le conducteur s'éleveront sur le champ & feront voir que le conducteur est électrisé: il reçoit cette électrisation de la surface intérieure de la bouteille, laquelle, quand la surface extérieure peut recevoir de la main qui lui est appliquée ce qui lui manque, en donnera autant que les corps en contact avec elle pourront en recevoir, ou tout ce qu'elle en a d'excès, s'ils sont assez gros.
Page 147
nuages de tonnerre, pour confirmer encore les remarques de Mr.
Page 148
C'est pourquoi l'éloignement entre les boules augmentera à mesure que le fluide qui les entoure, augmente, & en général soit par l'approche, soit par l'éloignement de quelque corps, si la différence entre la densité du fluide intérieur & extérieur est augmentée ou diminuée, la répulsion des boules sera augmentée ou diminuée à proportion.
Page 149
_Septiéme Exp.
Page 156
10.