The Autobiography of Benjamin Franklin

By Benjamin Franklin

Page 77

less numerous, as different
writers included more or fewer ideas under the same name. Temperance,
for example, was by some confined to eating and drinking, while by
others it was extended to mean the moderating every other pleasure,
appetite, inclination, or passion, bodily or mental, even to our
avarice and ambition. I propos'd to myself, for the sake of clearness,
to use rather more names, with fewer ideas annex'd to each, than a few
names with more ideas; and I included under thirteen names of virtues
all that at that time occurr'd to me as necessary or desirable, and
annexed to each a short precept, which fully express'd the extent I
gave to its meaning.

These names of virtues, with their precepts, were:

1. TEMPERANCE. Eat not to dullness; drink not to elevation.

2. SILENCE. Speak not but what may benefit others or yourself; avoid
trifling conversation.

3. ORDER. Let all your things have their places; let each part of
your business have its time.

4. RESOLUTION. Resolve to perform what you ought; perform without
fail what you resolve.

5. FRUGALITY. Make no expense but to do good to others or yourself;
i.e., waste nothing.

6. INDUSTRY. Lose no time; be always employ'd in something useful;
cut off all unnecessary actions.

7. SINCERITY. Use no hurtful deceit; think innocently and justly,
and, if you speak, speak accordingly.

8. JUSTICE. Wrong none by doing injuries, or omitting the benefits
that are your duty.

9. MODERATION. Avoid extreams; forbear resenting injuries so much as
you think they deserve.

10. CLEANLINESS. Tolerate no uncleanliness in body, cloaths, or
habitation.

11. TRANQUILLITY. Be not disturbed at trifles, or at accidents common
or unavoidable.

12. CHASTITY. Rarely use venery but for health or offspring, never to
dulness, weakness, or the injury of your own or another's peace or
reputation.

13. HUMILITY. Imitate Jesus and Socrates.

My intention being to acquire the habitude of all these virtues, I
judg'd it would be well not to distract my attention by attempting the
whole at once, but to fix it on one of them at a time; and, when I
should be master of that, then to proceed to another, and so on, till I
should have gone thro' the thirteen; and, as the previous acquisition
of some might facilitate the acquisition of certain others, I arrang'd
them with that view, as they stand above. Temperance first, as it
tends to procure that coolness and clearness of head, which is so
necessary where constant

Last Page Next Page

Text Comparison with Vie de Franklin, écrite par lui-même - Tome I Suivie de ses œuvres morales, politiques et littéraires

Page 40
--«Mais, qui auroit pu croire, ajouta-t-il, que Franklin eût été capable de composer de pareils vers? Quel pinceau! quelle énergie! quel feu! Il a surpassé l'original.
Page 50
Il me proposa de faire avec lui le tour de l'Europe, en nous défrayant, en même-temps, par le travail dans notre profession.
Page 51
Les momens agréables que j'avois passés à Philadelphie, se retracèrent à ma mémoire, et je désirai de les voir renaître.
Page 55
Il trouvoit souvent à reprendre; il étoit difficile à contenter; et il sembloit toujours sur le point d'en venir à une querelle pour se brouiller avec moi.
Page 56
Je gravai divers ornemens et vignettes.
Page 57
Ils contenoient, disoit-on, la substance des sermons prêchés dans le cabinet où.
Page 58
Boyle fesoit ses expériences de physique.
Page 71
Dans ces circonstances, l'établissement d'une bibliothèque publique fut un important évènement.
Page 75
Mais en 1728, M.
Page 86
J'aurai aussi un vrai plaisir à vous écrire et à recevoir de vos lettres, après que vous serez fixé en Angleterre; car la correspondance des hommes qui ont du savoir, de la vertu et l'amour du bien public, est une de mes plus grandes jouissances.
Page 97
Franklin reçut les remerciemens de l'assemblée de Pensylvanie, et pour la fidélité avec laquelle il avoit rempli son devoir envers cette province, et pour les nombreux et importans services qu'il avoit rendus pendant son séjour à Londres, à toutes les colonies de l'Amérique septentrionale.
Page 100
L'année suivante[50], il se rendit en France, où il ne fut pas accueilli d'une manière moins distinguée,.
Page 103
la volonté de presque tout le peuple anglais.
Page 104
Lorsqu'on proposa cette mesure hardie, Franklin fut un des premiers à l'adopter, et son opinion entraîna beaucoup d'autres membres du congrès.
Page 114
L'entreprise est, je crois, aisée, puisque la crique est beaucoup plus élevée que la ville, et qu'on peut y faire monter l'eau encore plus haut, en construisant une digue.
Page 116
Triste sujet de réflexion pour ceux qui peuvent avoir à redouter ce malheur! Nous autres Américains, nous nous marions ordinairement dès le matin de la vie.
Page 121
_» Lorsque je trouvois quelqu'homme de plaisir, sacrifiant la culture de son esprit et l'amélioration de sa fortune à des jouissances purement sensuelles:--«Homme trompé, disois-je, vous vous procurez des peines, non de vrais plaisirs: _Vous payez trop cher votre sifflet.
Page 137
De plus: celui qui vend à crédit, met toujours, à l'objet qu'il vend, un prix équivalent au principal et à.
Page 139
Quinquet et Lange fut présentée et beaucoup admirée à cause de son éclat.
Page 142
tour.