The Complete Works in Philosophy, Politics and Morals of the late Dr. Benjamin Franklin, Vol. 1 [of 3]

By Benjamin Franklin

Page 104

Another
proclamation was issued, but it had no effect. A detachment marched
down to Philadelphia, for the express purpose of murdering some
friendly Indians, who had been removed to the city for safety. A
number of the citizens armed in their defence. The quakers, whose
principles are opposed to fighting, even in their own defence, were
most active upon this occasion. The rioters came to Germantown. The
governor fled for safety to the house of Dr. Franklin, who, with
some others, advanced to meet the Paxton boys, as they were called,
and had influence enough to prevail upon them to relinquish their
undertaking, and return to their homes.

The disputes between the proprietaries and the assembly, which, for
a time, had subsided, were again revived. The proprietaries were
dissatisfied with the concessions made in favour of the people, and
made great struggles to recover the privilege of exempting their
estates from taxation, which they had been induced to give up.

In 1763, the assembly passed a militia-bill, to which the governor
refused to give his assent, unless the assembly would agree to
certain amendments which he proposed. These consisted in increasing
the fines, and in some cases, substituting death for fines. He wished
too, that the officers should be appointed altogether by himself,
and not be nominated by the people, as the bill had proposed. These
amendments the assembly considered as inconsistent with the spirit of
liberty. They would not adopt them--the governor was obstinate, and
the bill was lost.

These, and various other circumstances, encreased the uneasiness
which subsisted between the proprietaries and the assembly, to such
a degree, that, in 1764, a petition to the king was agreed to by
the house, praying an alteration from a _proprietary_ to a _regal_
government. Great opposition was made to this measure, not only in
the house, but in the public prints. A speech of Mr. Dickenson on
the subject was published, with a preface by Dr. Smith, in which
great pains were taken to show the impropriety and impolicy of this
proceeding. A speech of Mr. Galloway, in reply to Mr. Dickenson,
was published, accompanied with a preface by Dr. Franklin, in
which he ably opposed the principles laid down in the preface to
Mr. Dickenson's speech. This application to the throne produced no
effect. The proprietary government was still continued.

At the election of a new assembly, in the fall of 1764, the friends
of the proprietaries made great exertions to exclude those of the
adverse party; and they obtained a small majority in the city of
Philadelphia. Franklin now lost his seat in the house, which he had
held for

Last Page Next Page

Text Comparison with Vie de Franklin, écrite par lui-même - Tome I Suivie de ses œuvres morales, politiques et littéraires

Page 26
J'étois tout crotté.
Page 37
Il étoit naturellement gourmand, et je voulois m'amuser à l'affamer.
Page 38
Depuis cette époque, j'ai observé très-rigoureusement plusieurs carêmes, et je suis revenu tout d'un coup à mon régime ordinaire, sans en éprouver la moindre incommodité; ce qui me fait regarder comme inutile, l'avis qu'on donne communément, de s'accoutumer par degrés à ces changemens de nourriture.
Page 40
--«Mais, qui auroit pu croire, ajouta-t-il, que Franklin eût été capable de composer de pareils vers? Quel pinceau! quelle énergie! quel feu! Il a surpassé l'original.
Page 51
Je quittai donc l'état d'imprimeur, et je crus que c'étoit pour toujours.
Page 60
Presque tout ce qu'il savoit se bornoit à la connoissance des mathématiques.
Page 61
Notre amitié dura, sans interruption, pendant plus de quarante ans, et ne finit qu'avec la vie de cet homme estimable.
Page 64
presses, grossièrement exécutée et avec beaucoup d'incorrection.
Page 80
Mais l'honneur d'une théorie régulière des causes de la foudre, la méthode de démontrer la vérité de cette théorie, et le courage de la mettre en pratique et de l'établir sur les solides bases de l'expérience, sont incontestablement dus à Franklin.
Page 83
Il regardoit dans l'avenir l'époque où il faudroit étendre les bases de ses institutions.
Page 91
La nomination de tous les officiers de terre et de mer devoit être faite par le président-général, et approuvée par le conseil.
Page 92
En 1755, il donna ordre au général Braddock de marcher avec un corps de troupes régulières et quelques milices américaines, pour chasser les Français.
Page 93
du poste dont ils s'étoient emparés.
Page 104
Vers la fin de la même année 1776, Franklin fut choisi pour aller suivre les négociations, entamées par Silas Deane à la cour de France.
Page 108
Alors sa douleur et sa difficulté de respirer l'abandonnèrent entièrement.
Page 112
Si les habitans de Boston acceptent les mille livres sterlings, elles seront confiées aux élus de cette ville et aux ministres de l'ancienne congrégation épiscopale et presbytérienne; et ces administrateurs en feront des prêts à cinq pour cent d'intérêt par an, à de jeunes artisans mariés, lesquels seront âgés de vingt-cinq ans, et auront appris leur métier dans la ville, et rempli fidèlement les obligations spécifiées dans leur contrat d'apprentissage, de manière à mériter qu'au moins deux citoyens respectables répondent de l'honnêteté de leur caractère, et leur servent de caution, pour le paiement de la somme qu'on leur prêtera, ainsi que des intérêts, avec les conditions ci-après spécifiées.
Page 116
Vous pouvez vous rappeler que, quand vous me consultâtes à ce sujet, je vous dis que ni d'un côté ni de l'autre, la jeunesse ne devoit être un obstacle.
Page 129
Quiconque réfléchit aux exemples que lui fournissent les échecs, à la présomption que produit ordinairement un succès, à l'inattention qui en est la suite, et qui fait changer la partie, apprend, sans doute, à ne pas trop craindre les avantages de son adversaire, et à ne pas désespérer de la victoire, quoiqu'en la poursuivant il reçoive quelque petit échec.
Page 139
Alors tu parviendras au plus haut degré du bonheur, et l'indépendance sera ton bouclier, ton casque et ta couronne; alors ton ame sera élevée, et ne s'abaissera pas devant le faquin vêtu de soie, ni ne souffrira point un outrage, parce que la main qui ose le faire, porte une bague de diamant.
Page 142
Je crois que tous ceux qui ont le sens commun, et qui apprendront par cet écrit, qu'il fait jour dès que le soleil se lève, essaieront de se lever avec lui.