The Complete Works in Philosophy, Politics and Morals of the late Dr. Benjamin Franklin, Vol. 1 [of 3]

By Benjamin Franklin

Page 119

them accepts the
money with the conditions, and the other refuses, my will then is,
that both sums be given to the inhabitants of the city accepting;
the whole to be applied to the same purposes, and under the same
regulations directed for the separate parts; and, if both refuse, the
money remains of course in the mass of my estate, and it is to be
disposed of therewith, according to my will made the seventeenth day
of July, 1788.

My fine crab-tree walking-stick, with a gold head curiously wrought
in the form of the cap of Liberty, I give to my friend, and the
friend of mankind, General Washington. If it was a sceptre, he has
merited it, and would become it.

FOOTNOTE:

[14] This epitaph first appeared in a Boston news-paper established
and printed by Dr. Franklin. E.




LETTERS AND PAPERS

ON

_ELECTRICITY_.




_It may not be improper to present the reader with the following
extract from the preface to the first edition of Dr. Franklin's
papers on electricity, which, as we have stated in the advertisement,
formed a pamphlet only._

_"The following observations and experiments were not drawn up with a
view to their being made public, but were communicated at different
times, and most of them in letters, written on various topics, as
matters only of private amusement._

_"But some persons, to whom they were read, and who had themselves
been conversant in electrical disquisitions, were of opinion, they
contained so many curious and interesting particulars relative
to this affair, that it would be doing a kind of injustice to
the public, to confine them solely to the limits of a private
acquaintance._

_"The editor was therefore prevailed upon to commit such extracts of
letters and other detached pieces as were in his hands to the press,
without waiting for the ingenious author's permission so to do; and
this was done with the less hesitation, as it was apprehended the
author's engagements in other affairs would scarce afford him leisure
to give the public his reflections and experiments on the subject,
finished with that care and precision, of which the treatise before
us shows he is alike studious and capable."_

_With respect to the general merit and originality of the experiments
and hypothesis of Dr. Franklin, as described and explained in these
letters, the following is the testimony of one of the first natural
philosophers of his age--the late Dr. Priestly, in his History of
Electricity._

_"Nothing was ever written upon the subject of electricity which was
more generally read and admired in all parts of Europe than these
letters. There is hardly any European language into

Last Page Next Page

Text Comparison with Vie de Benjamin Franklin, écrite par lui-même - Tome II suivie de ses œuvres morales, politiques et littéraires

Page 2
On la parle dans toutes les cours de l'Europe; et la plupart des gens de lettres, de tous les pays, ceux même qui ne savent pas la parler, l'entendent assez bien pour pouvoir lire aisément les livres français.
Page 7
Si vous osez alors vous plaindre, en aucune manière, de la conduite du juge, il vous barbouille le visage avec ses balles partout où il peut vous rencontrer; et en outre, mettant en lambeaux votre réputation, il vous signale comme l'horreur du public, c'est-à-dire, comme l'ennemi de la liberté de la presse.
Page 8
Probablement il auroit porté un jugement tout différent du caractère de ceux qui fournissent aux frais du tribunal dont nous parlons.
Page 15
En conséquence, ils ne lui en donnent qu'une fois tous les deux jours, encore est-ce en petite quantité.
Page 19
Certes, je n'ai encore rien trouvé pour remédier au luxe.
Page 40
On y conduit le voyageur, et les vieillards vont de cabane en cabane avertir les habitans qu'il est arrivé un étranger, qui probablement est fatigué et a faim.
Page 52
AVIS À CEUX QUI VEULENT ALLER S'ÉTABLIR EN AMÉRIQUE.
Page 60
--Mais quoique beaucoup de gens ne doutent pas plus de leur propre infaillibilité que les catholiques de celle de leur église, peu d'entr'eux ne l'avouent pas aussi naturellement qu'une dame française, qui, dans une petite dispute qu'elle avoit avec sa soeur, lui disoit:--«Je ne sais pas, ma.
Page 67
bien parler.
Page 74
D'après le second paragraphe du rapport des lords commissaires, il semble qu'ils craignent que les terres situées au sud-ouest des limites tracées sur la carte, soient réclamées par les Cherokées, comme leur pays de chasse, ou même que ce soit là que chassent les six Nations et leurs confédérés.
Page 84
--Nous ajouterons que la ligue désignée dans la proclamation, ne pouvoit pas l'être d'une manière plus claire et plus précise, relativement à ces terres, car la proclamation porte:--«Que toutes les terres et territoires situés à l'occident des sources des rivières qui coulent de l'ouest et du nord-ouest vers la mer, seront réservés sous la protection de sa majesté.
Page 85
Nous la tracerons, vous et moi, de la manière la plus avantageuse pour les hommes blancs et pour les Indiens, et telle qu'elle conviendra le mieux à l'étendue, à l'accroissement de chaque province, et aux gouverneurs, que je consulterai à cette occasion, aussitôt que j'aurai reçu les pouvoirs nécessaires pour cela.
Page 87
Il y a long-temps que nous nous plaignons à vous de cette injustice, qui n'a point encore été redressée.
Page 101
Dans le neuvième, les lords commissaires disent:--«Qu'une des choses, qui doivent engager à rejeter la proposition des pétitionnaires, c'est ce qu'on dit du grand nombre d'habitans qu'il y a déjà sur les montagnes et sur les bords de l'Ohio».
Page 108
--Lorsqu'il.
Page 119
Il est barbare; car quels que puissent être les avantages du commerce avec l'étranger, s'il faut pour les avoir, que la moitié de la nation languisse dans la misère, on ne peut, sans crime, chercher à les obtenir, et il est du devoir d'un gouvernement d'y renoncer.
Page 125
À cela, il est aisé de faire plusieurs réponses.
Page 129
Oui, c'est possible, parce que c'est un fait.
Page 144
Je trouvai très-difficile aussi d'observer l'_ordre_, en mettant à leur place les effets, les papiers, etc.
Page 152
Les grands vaisseaux peuvent se hasarder en pleine mer: mais les petits bateaux doivent se tenir près du rivage.