The Complete Works in Philosophy, Politics and Morals of the late Dr. Benjamin Franklin, Vol. 1 [of 3]

By Benjamin Franklin

Page 176

the magnetic needle, given a magnetism and polarity to needles
that had none, and fired dry gunpowder by the electric spark. I have
five bottles that contain eight or nine gallons each, two of which
charged are sufficient for those purposes: but I can charge and
discharge them altogether. There are no bounds (but what expence and
labour give) to the force man may raise and use in the electrical
way: for bottle may be added to bottle _in infinitum_, and all united
and discharged together as one, the force and effect proportioned to
their number and size. The greatest known effects of common lightning
may, I think, without much difficulty, be exceeded in this way, which
a few years since could not have been believed, and even now may
seem to many a little extravagant to suppose.--So we are got beyond
the skill of Rabelais's devils of two years old, who, he humourously
says, had only learnt to thunder and lighten a little round the head
of a cabbage.

I am, with sincere respect,

Your most obliged humble servant,

B. FRANKLIN.


QUERIES AND ANSWERS REFERRED TO IN THE FOREGOING LETTER.

_The Terms, electric per se, and non-electric, improper.--New
Relation between Metals and Water.--Effects of Air in electrical
Experiments.--Experiment for discovering more of the Qualities of
the electric Fluid._


_Query_, Wherein consists the difference between an _electric_ and a
_non-electric_ body?

_Answer._ The terms electric _per se_, and non-electric, were first
used to distinguish bodies, on a mistaken supposition that those
called electrics _per se_, alone contained electric matter in their
substance, which was capable of being excited by friction, and of
being produced or drawn from them, and communicated to those called
non-electrics, supposed to be destitute of it: for the glass, &c.
being rubbed, discovered signs of having it, by snapping to the
finger, attracting, repelling, &c. and could communicate those signs
to metals and water.--Afterwards it was found, that rubbing of
glass would not produce the electric matter, unless a communication
was preserved between the rubber and the floor; and subsequent
experiments proved that the electric matter was really drawn from
those bodies that at first were thought to have none in them. Then
it was doubted whether glass, and other bodies called _electrics per
se_, had really any electric matter in them, since they apparently
afforded none but what they first extracted from those which had
been called non-electrics. But some of my experiments show, that
glass contains it in great quantity, and I now suspect it to be
pretty equally diffused in all the

Last Page Next Page

Text Comparison with Vie de Benjamin Franklin, écrite par lui-même - Tome II suivie de ses œuvres morales, politiques et littéraires

Page 2
_Je n'aurois point _connoissancé_ cela_[3], dit-on, _si l'opinant n'avoit pas_, etc.
Page 10
Lorsqu'en pareille circonstance on boit une certaine quantité d'eau froide, dans l'Amérique septentrionale, on en éprouve des effets non moins funestes.
Page 32
--Elle explique tout de suite, dit-il, les bases et les véritables motifs des punitions capitales.
Page 37
Mais quand ils sont revenus parmi nous, à peine savoient-ils courir.
Page 39
Ils lui présentèrent, en effet, la langue du daim.
Page 46
Nous nous sommes, nous-mêmes, affranchis de l'esclavage où nous tenoient les Égyptiens; souffrirons-nous donc que Moyse nous rende encore esclaves? Si nous devons avoir un maître, il vaut mieux retourner vers le Pharaon, par qui nous étions nourris avec du pain et des oignons, que de servir ce nouveau tyran qui, par sa conduite, nous a exposés à souffrir la famine.
Page 64
On doit, en outre, leur faire remarquer leurs fautes contre la grammaire, leur mauvais accent, leurs phrases peu correctes, et généralement tous les vices de leur élocution.
Page 67
Indépendamment de l'histoire, qui sera continuée dans la sixième classe, les élèves y étudieront la rhétorique, la logique, la morale, la physique; et on leur fera lire les meilleurs écrivains anglais, tels que Tillotson, Milton, Locke, Addisson, Pope, Swift, les discours les plus élégans du _Spectateur_ et du _Tuteur_, et les meilleures traductions d'Homère, de Virgile, d'Horace, du Télémaque et des Voyages de Cirus.
Page 73
une communication continuelle de ce fluide avec la terre, n'est-ce pas par le mouvement qu'il reçoit du soleil, que nous sommes éclairés? Ne se peut-il pas que chacune de ses infiniment petites vibrations, frappant la matière commune avec une certaine force, il en pénètre la substance, y est retenu par l'attraction, et augmenté par des vibrations nouvelles, jusqu'à ce que la matière en ait reçu toute la quantité qu'elle est susceptible de contenir? N'est-ce pas ainsi que la surface de ce globe est continuellement échauffée par les vibrations qui se répètent pendant le jour; et rafraîchie quand la nuit les fait cesser, ou que des nuages les interrompent? N'est-ce pas ainsi que le feu est amassé, et compose la plus grande partie de la substance des corps combustibles? Peut-être que quand notre globe fut créé, et que ses parties constitutives prirent leur place à différens degrés de distance du centre, et proportionnément à leur plus ou moins de gravité, le fluide du feu attiré vers ce centre, pouvoit, comme très-léger, être en grande partie forcé de prendre place au-dessus du reste, et former ainsi l'enveloppe sphérique, dont nous avons parlé plus haut.
Page 81
Ils dirent:--«Que l'établissement du pays situé à l'occident des grandes montagnes, et centre des possessions anglaises dans ces contrées, seroit conforme aux intérêts de sa majesté, et accroîtroit les avantages et la sûreté de la Virginie et des colonies voisines.
Page 87
» En réponse à ce discours, les commissaires de Pensylvanie informèrent les six Nations, que le gouverneur de la province avoit fait partir quatre personnes avec sa proclamation et l'acte de l'assemblée (qui déclaroit crime de félonie digne de mort sans bénéfice de clergé, l'occupation des terres des Indiens) pour ordonner à tous les habitans des montagnes situées dans les limites de la Pensylvanie, d'abandonner leurs établissemens: mais que cela avoit été inutile.
Page 93
7 Si, comme le prétendent les lords commissaires du commerce et des colonies, les terres de l'Ohio ne peuvent être d'aucun avantage au commerce du royaume, nous ne devinons pas ce qui doit, à leurs yeux, être avantageux à ce commerce.
Page 100
Les lords commissaires du commerce et des colonies ne l'ont point désavoué.
Page 101
» Nous avons démontré clairement que le pays situé au midi du grand Kenhawa jusqu'à la rivière de Cherokée, appartenoit, non aux Cherokées, mais aux six Nations;--Que maintenant ce pays appartient au roi, parce que sa majesté l'a acquis des six Nations;--Que ni les six Nations, ni les Cherokées ne chassent entre le grand Kenhawa et la terre opposée à la rivière de Sioto;--Que malgré la ligne des limites nouvellement tracées, les lords commissaires du commerce et des colonies sacrifieroient aux Cherokées une étendue de pays de huit cents lieues de long, an moins, pays que sa majesté a acheté et payé;--Que les véritables limites occidentales de la Virginie ne s'étendent pas au-delà des montagnes d'Allegany;--que depuis que sa majesté a acheté le pays des six Nations, elle n'en a pas réuni la moindre partie à la province de Virginie;--Qu'il n'y a point d'établissemens d'après des titres légitimes, sur aucune partie du pays, que nous sommes convenus d'acheter des lords commissaires de la trésorerie;--Qu'en 1748, le gouvernement encourageoit, autant qu'il étoit possible, les établissemens qu'on fesoit sur les montagnes;--Que la proclamation de 1763 ne suspendit ces encouragemens que momentanément, c'est-à-dire, jusqu'à ce que le pays fût acheté des Indiens;--Que l'ardeur qu'on mettoit à établir ces terres étoit si grande, que de grands défrichemens y furent faits avant qu'on les eût acquises;--Que, quoique les colons y fussent journellement exposés aux cruautés des Sauvages, ni une force militaire, ni des proclamations répétées ne purent les engager à abandonner leurs établissemens;--Que le sol des montagnes est très-fertile, et que le pays produit aisément du chanvre, du lin, de la soie, du tabac, du fer, du vin, etc.
Page 106
que si le conseil privé l'adoptoit, elle auroit les conséquences les plus dangereuses, les plus funestes pour le commerce, la paix et la sécurité des colonies de sa majesté en Amérique.
Page 116
Ces atrocités ont éteint la dernière étincelle d'affection, que nous avions pour une mère-patrie, qui nous fut jadis si chère.
Page 123
Peut-être m'objectera-t-on que cette nation nouvelle contiendra dans son sein tous ceux qu'elle fera travailler; qu'ainsi son existence n'ajoutant rien à la quantité de travail à faire en Europe ne sera d'aucun avantage pour les hommes qui font ce travail.
Page 125
Je sais qu'on peut dire que malgré l'accroissement du travail et des denrées en Europe, et malgré l'émigration qui peut avoir lieu, les mêmes causes dont nous avons fait mention, et qui ont tant fait baisser les salaires, continueront d'agir, parce que ces causes sont inhérentes aux constitutions européennes, dont la liberté et la prospérité de l'Amérique ne corrigeront point les vices.
Page 140
| | | | | | | | |------|------|------|------|------|------|------| Sincérité.
Page 154
Demandez donc humblement ces bénédictions.