The Complete Works in Philosophy, Politics and Morals of the late Dr. Benjamin Franklin, Vol. 1 [of 3]

By Benjamin Franklin

Page 189

warm weather would bring
on more frequent thunder-clouds.

The experiment was this: To take two phials; charge one of them with
lightning from the iron rod, and give the other an equal charge by
the electric glass globe, through the prime conductor: when charged,
to place them on a table within three or four inches of each other,
a small cork ball being suspended by a fine silk thread from the
cieling, so as it might play between the wires. If both bottles then
were electrified _positively_, the ball being attracted and repelled
by one, must be also repelled by the other. If the one _positively_,
and the other _negatively_; then the ball would be attracted and
repelled alternately by each, and continue to play between them as
long as any considerable charge remained.

Being very intent on making this experiment, it was no small
mortification to me, that I happened to be abroad during two of the
greatest thunder-storms we had early in the spring, and though I had
given orders in my family, that if the bells rang when I was from
home, they should catch some of the lightning for me in electrical
phials, and they did so, yet it was mostly dissipated before my
return, and in some of the other gusts, the quantity of lightning
I was able to obtain was so small, and the charge so weak, that I
could not satisfy myself: yet I sometimes saw what heightened my
suspicions, and inflamed my curiosity.

At last, on the 12th of April, 1753, there being a smart gust of some
continuance, I charged one phial pretty well with lightning, and the
other equally, as near as I could judge, with electricity from my
glass globe; and, having placed them properly, I beheld, with great
surprize and pleasure, the cork ball play briskly between them; and
was convinced that one bottle was electrised _negatively_.

I repeated this experiment several times during the gust, and in
eight succeeding gusts, always with the same success; and being
of opinion (for reasons I formerly gave in my letter to Mr.
Kinnersley, since printed in London) that the glass globe electrises
_positively_, I concluded that the clouds are _always_ electrised
_negatively_, or have always in them less than their natural quantity
of the electric fluid.

Yet notwithstanding so many experiments, it seems I concluded too
soon; for at last, June the 6th, in a gust which continued from five
o'clock, P. M. to seven, I met with one cloud that was electrised
positively, though several that passed over my rod before, during the
same gust, were in the negative

Last Page Next Page

Text Comparison with Expériences et observations sur l'électricité faites à Philadelphie en Amérique

Page 0
bnf.
Page 14
Il ne s'agit que d'en présenter le crochet ou auprès de la verge ou auprès du globe dans le temps qu'il est en mouvement & qu'il est frotté.
Page 21
pag.
Page 33
Maintenant si vous tirez cette atmosphère avec quelque corps poli & émoussé, & que vous l'approchiez du milieu du côté A B, il faut venir fort près avant que la force de votre attracteur excède la force ou le pouvoir, avec lequel ce côté maintient son atmosphère: mais il y a une petite portion entre I B K, qui a moins de surface pour s'y appuyer & en être attirée que les portions voisines, tandis qu'il y a d'ailleurs une répulsion mutuelle entre ses particules & les particules de ces portions; vous pouvez donc venir à bout de la tirer avec plus de facilité, & à une plus grande distance.
Page 34
17.
Page 38
L'air sec aide à fixer l'atmosphère électrique autour du corps qu'elle environne, & en empêche la dissipation; car dans le vuide elle se dissipe aisément, & les pointes agissent plus fortement; c'est-à-dire, elles poussent ou attirent la matière électrique plus librement & à de plus grandes distances; en sorte que l'air survenant met quelque sorte d'obstacle à ce qu'elle passe d'un corps à un autre.
Page 39
En même-tems que le fil-d'archal & le dedans de la bouteille, &c.
Page 41
Car celui qui tient la bouteille d'une main, & qui touche de l'autre le fil-d'archal, sera également frappé, quoique ses souliers soient secs, ou même qu'il soit sur un gâteau de cire, comme dans toute autre circonstance.
Page 49
ou de résine & frottant le tube, une autre personne aussi sur un gâteau de cire & tirant le feu; ces deux personnes paroîtront électrisées à une troisiéme sur le plancher, pourvû qu'elles ne soient pas assez près pour se toucher; c'est-à-dire que cette troisiéme personne appercevra une étincelle en approchant son doigt de chacune des deux premières.
Page 50
.
Page 56
38.
Page 58
Voyez §.
Page 60
Le verre a pareillement toujours dans sa substance la même quantité de feu électrique, & une fort grande quantité, par rapport à la masse.
Page 69
Mais cette roue, ainsi que celles qui sont poussées par le vent, l'eau ou les poids, reçoit son mouvement d'une force étrangère, à sçavoir celle des bouteilles.
Page 82
Septembre 1747.
Page 90
106.
Page 115
Richman ni les autres n'auroient point été frappés si rudement, s'il y avoit eu de pareilles décharges aux machines dont ils se sont servis.
Page 126
fâchés d'apprendre que la même expérience a réussi à Philadelphie, quoique faite d'une manière différente & plus facile; en voici le détail.
Page 134
état négatif d'électricité par rapport à la terre selon la plûpart de nos expériences; cependant comme dans l'une nous avons trouvé un nuage électrisé positivement, je conjecture que dans ce cas un pareil nuage, après avoir reçu ce qui, dans son état de raréfaction, étoit seulement sa quantité naturelle se trouva comprimé par l'action des vents ou de quelqu'autre manière, ensorte qu'une partie de ce qu'il avoit absorbé, fut chassée, & forma une atmosphère électrique autour de lui dans son état de condensation.
Page 154
le Roy sur l'électricité positive & négative, quand vous pourrez me les communiquer.