The Complete Works in Philosophy, Politics and Morals of the late Dr. Benjamin Franklin, Vol. 1 [of 3]

By Benjamin Franklin

Page 200

contact; and as the tube is brought
still nearer, they will separate again to as great a distance as
before: in the return of the tube they will approach each other
till they touch, and then repel as at first. If the tin tube be
electrified by wax, or the wire of a charged phial, the balls will be
affected in the same manner at the approach of excited wax, or the
wire of the phial.


EXPERIMENT IV.

Electrify the cork-balls as in the last experiment by glass, and
at the approach of an excited stick of wax their repulsion will be
increased. The effect will be the same, if the excited glass be
brought towards them, when they have been electrified by wax.

The bringing the excited glass to the end, or edge of the tin-tube,
in the third experiment, is supposed to electrify it positively, or
to add to the electrical fire it before contained; and therefore
some will be running off through the balls, and they will repel each
other. But at the approach of excited glass, which likewise _emits_
the electrical fluid, the discharge of it from the balls will be
diminished; or part will be driven back, by a force acting in a
contrary direction: and they will come nearer together. If the tube
be held at such a distance from the balls, that the excess of the
density of the fluid round about them, above the common quantity in
air, be equal to the excess of the density of that within them, above
the common quantity contained in cork; their repulsion will be quite
destroyed. But if the tube be brought nearer; the fluid without being
more dense than that within the balls, it will be attracted by them,
and they will recede from each other again.

When the apparatus has lost part of its natural share of this fluid,
by the approach of excited wax to one end of it, or is electrified
negatively; the electrical fire is attracted and imbibed by the balls
to supply the deficiency; and that more plentifully at the approach
of excited glass; or a body positively electrified, than before;
whence the distance between the balls will be increased, as the
fluid surrounding them is augmented. And in general, whether by the
approach or recess of any body; if the difference between the density
of the internal and external fluid be increased, or diminished; the
repulsion of the balls will be increased, or diminished, accordingly.


EXPERIMENT V.

When the insulated tin tube is not electrified, bring the excited
glass tube towards the middle of it, so as

Last Page Next Page

Text Comparison with Vie de Franklin, écrite par lui-même - Tome I Suivie de ses œuvres morales, politiques et littéraires

Page 15
Je pris alors un goût singulier pour la poésie, et je composai diverses petites pièces de vers.
Page 35
Toutes les fois qu'il se rapprochoit du canot et le touchoit, nous lui demandions s'il vouloit ramer, et nous lui donnions, en même-temps, quelques coups d'aviron sur les mains, afin de lui faire lâcher prise.
Page 37
En conséquence, je dînai de morue avec grand plaisir, et je continuai depuis, à manger comme les autres, retournant seulement par occasion au régime végétal.
Page 48
La maison étoit tenue par une veuve, qui avoit une fille, une servante et un garçon de boutique: mais ce dernier ne couchoit point dans la maison.
Page 56
--«Le temps, que je dois rester chez Keimer, ajouta-t-il, expirera au printems prochain.
Page 63
Malgré cela, sa feuille fut commencée: mais l'ayant continuée neuf mois de suite, sans avoir plus de quatre-vingt-dix souscripteurs, il me proposa de me la céder pour une bagatelle.
Page 65
Si vous voulez vous charger des dettes de la société, rendre à mon père les cent livres sterlings qu'il a avancées, payer mes petites dettes particulières, et me donner trente livres sterlings et une selle neuve, je renoncerai à notre société et laisserai tout ce qui en dépend, entre vos mains.
Page 70
.
Page 74
Il paroît que, dès l'instant où les Européens se sont établis en Pensylvanie, un esprit de dispute a régné parmi les habitans de cette province.
Page 89
Alors Franklin convoqua ses anciens collègues dans sa maison.
Page 90
Mais les soutiens du projet redoublèrent d'efforts, pour obtenir les souscriptions nécessaires, et ils ne tardèrent pas à y réussir.
Page 94
Mais l'Angleterre ne se soucioit point que les Américains apprissent à connoître leurs propres forces.
Page 95
Après la conclusion de cette importante affaire, Franklin demeura à la cour de Londres, en qualité d'agent de la province de Pensylvanie.
Page 100
Pour savoir comment le peuple américain étoit disposé à se soumettre à cette loi, la chambre des communes fit venir Franklin à sa barre.
Page 101
[50] En 1767.
Page 110
L'assemblée de Pensylvanie m'ayant fait partir en 1757 pour aller être son agent en Angleterre, où j'ai rempli ce poste jusqu'en 1775, et à mon retour, étant immédiatement occupé des affaires du congrès, et envoyé en France en 1776, où j'ai séjourné neuf ans, je n'ai pu réclamer les sommes ci-dessus que depuis mon retour en 1785, et ce sont, en quelque sorte, des.
Page 115
Si les deux villes refusent la somme que je leur offre, elle restera dans la masse de mes biens, et l'on en disposera conformément à mon testament du 17 juillet 1788.
Page 123
Ceux qui sont disposés.
Page 127
Lib.
Page 141
J'avoue qu'il m'a un peu embarrassé: mais il ne m'a point satisfait; et les observations que j'ai faites, et dont je vous ai rendu compte plus haut, m'ont confirmé dans ma première opinion.