The Complete Works in Philosophy, Politics and Morals of the late Dr. Benjamin Franklin, Vol. 1 [of 3]

By Benjamin Franklin

Page 296

imagination in conceiving this. Suspend a cork ball, or a
feather, by a silk thread, and electrise it; then bring this ball
nigh to any fixed body, and it will appear to be attracted by that
body, for it will fly to it: now, by the consent of electricians, the
attractive cause is in the ball itself, and not in the fixed body to
which it flies: this is a similar case with the apparent attraction
of light bodies, to the external surface of a charged phial.

The Abbé says, _p._ 69, "that he can electrise a hundred men,
standing on wax, if they hold hands, and if one of them touch one
of these surfaces (the exterior) with the end of his finger:" this
I know he can, while the phial is charging, but after the phial is
charged I am as certain he cannot: that is, hang a phial, prepared
for the Leyden experiment, to the conductor, and let a man, standing
on the floor, touch the coating with his finger, while the globe is
turned, till the electric matter spews out of the hook of the phial,
or some part of the conductor, which I take to be the certainest sign
that the phial has received all the electric matter it can: after
this appears, let the man, who before stood on the floor, step on a
cake of wax, where he may stand for hours, and the globe all that
time turned; and yet have no appearance of being electrised. After
the electric matter was spewed out as above from the hook of the
phial prepared for the Leyden experiment, I hung another phial, in
like manner prepared, to a hook fixed in the coating of the first,
and held this other phial in my hand; now if there was any electric
matter transmitted through the glass of the first phial, the second
one would certainly receive and collect it; but having kept the
phials in this situation for a considerable time, during which the
globe was continually turned, I could not perceive that the second
phial was in the least charged, for when I touched the hook with
my finger, as in the Leyden experiment, I did not feel the least
commotion, nor perceive any spark to issue from the hook.

I likewise made the following experiment: having charged two phials
(prepared for the Leyden experiment) through their hooks; two persons
took each one of these phials in their hand; one held his phial by
the coating, the other by the hook, which he could do by removing
the communication

Last Page Next Page

Text Comparison with Expériences et observations sur l'électricité faites à Philadelphie en Amérique

Page 1
MONSEIGNEUR, _La permission que VOTRE ALTESSE SÉRÉNISSIME veut bien me donner de faire paroître cette Traduction sous son auguste nom, est une suite des bontés dont Elle a daigné m'honorer dès sa plus tendre jeunesse.
Page 2
de Buffon[1]) par des expériences fines raisonnées & suivies que l'on force la nature à découvrir son secret; toutes les autres méthodes n'ont jamais réussi, & les vrais Physiciens ne peuvent s'empêcher de regarder les anciens systèmes comme d'anciennes rêveries, & sont réduits à lire la plupart des nouveaux comme on lit les Romans.
Page 3
» C'est cette méthode que M.
Page 15
_ 1746.
Page 18
Je fis ensuite découvrir le bras paralytique, & l'homme étant placé sur de la poix, & vivement électrisé, je vis sortir des étincelles de divers endroits du bras; nous aperçûmes d'abord que les muscles d'où elles partoient, étoient agités de mouvemens convulsifs: bientôt après nous les vîmes mouvoir successivement & en différens sens l'avant-bras, le carpe & les doigts, suivant que nous tirions l'étincelle de tel ou tel muscle.
Page 22
Franklin, sans prétendre à la première de ces classes, occupe une place de distinction dans les deux dernières avec les Physiciens qui se sont le plus avancés dans cette carrière; mais il les laisse bien loin derrière lui.
Page 30
] 5.
Page 32
1.
Page 46
»À prendre les choses à la rigueur, Mr.
Page 53
ou 4.
Page 54
»Ce n'est qu'après toutes ces précautions que je suis venu à bout d'épuiser la matière électrique du coussin, & de faire les expériences que M.
Page 75
Si cela est ainsi, il doit y en avoir une grande quantité dans le verre, parce qu'une grande quantité est déchargée de la sorte même d'un verre très mince.
Page 82
Septembre 1747.
Page 105
25.
Page 107
Ces deux bassins peuvent nous représenter deux nuages, l'un un nuage de mer, & l'autre un nuage de terre; leur mouvement horizontal sur le plancher sera dans la même hypothèse, celui des nuages au-dessus de la terre, & le poinçon élevé représentera une montagne, une éminence ou un grand édifice; on comprendra alors comment les nuages électrisés, en passant au-dessus des montagnes ou des bâtimens à une trop grande hauteur pour les frapper, en peuvent être attirés jusqu'à la distance qui leur est nécessaire pour cet effet.
Page 115
] «Peu de jours après la publication du mémoire ci-dessus, j'imaginai adapter un petit carillon à une pointe métallique que j'avois fait élever au jardin du Roi pour M.
Page 117
» «J'ai aimanté par le même moyen deux autres aiguilles qui me paroissent conserver toute leur force depuis plusieurs mois.
Page 144
_ qu'il a entendu faire cette remarque; mais, dit-il, pourquoi un conducteur d'électricité n'est-il pas un sujet électrique? Ce n'est pas là la question.
Page 149
_ Isolez deux tubes minces désignés par A & B, ensorte qu'ils soient en ligne droite & séparés d'environ six lignes; suspendez au bout éloigné de chacun une paire de boules de liége.
Page 155
_pag.