The Complete Works in Philosophy, Politics and Morals of the late Dr. Benjamin Franklin, Vol. 1 [of 3]

By Benjamin Franklin

Page 58

thing.

I should have been equally ashamed myself at meeting Miss Read, had
not her family, justly despairing of my return after reading my
letter, advised her to give me up, and marry a potter, of the name
of Rogers; to which she consented: but he never made her happy,
and she soon separated from him, refusing to cohabit with him, or
even bear his name, on account of a report which prevailed, of his
having another wife. His skill in his profession had seduced Miss
Read's parents; but he was as bad a subject as he was excellent as a
workman. He involved himself in debt, and fled, in the year 1727 or
1728, to the West Indies, where he died.

During my absence Keimer had taken a more considerable house, in
which he kept a shop, that was well supplied with paper, and various
other articles. He had procured some new types, and a number of
workmen; among whom, however, there was not one who was good for any
thing; and he appeared not to want business.

Mr. Denham took a warehouse in Water-street, where we exhibited our
commodities. I applied myself closely, studied accounts, and became
in a short time very expert in trade. We lodged and ate together. He
was sincerely attached to me, and acted towards me as if he had been
my father. On my side, I respected and loved him. My situation was
happy; but it was a happiness of no long duration.

Early in February, 1727, when I entered into my twenty-second year,
we were both taken ill. I was attacked with a pleurisy, which had
nearly carried me off; I suffered terribly, and considered it as
all over with me. I felt indeed a sort of disappointment when I
found myself likely to recover, and regretted that I had still to
experience, sooner or later, the same disagreeable scene again.

I have forgotten what was Mr. Denham's disorder; but it was a tedious
one, and he at last sunk under it. He left me a small legacy in his
will, as a testimony of his friendship; and I was once more abandoned
to myself in the wide world, the warehouse being confided to the care
of testamentary executor, who dismissed me.

My brother-in-law, Holmes, who happened to be at Philadelphia,
advised me to return to my former profession; and Keimer offered me
a very considerable salary if I would undertake the management of
his printing-office, that he might devote himself entirely to the
superintendence of his shop. His wife and relations in London had
given me a bad character

Last Page Next Page

Text Comparison with Vie de Franklin, écrite par lui-même - Tome I Suivie de ses œuvres morales, politiques et littéraires

Page 7
Le petit domaine qui appartenoit à nos ancêtres, n'eût pas suffi pour leur subsistance, sans le métier de forgeron qui se perpétua parmi eux et fut constamment exercé par l'aîné de la famille, jusques au temps de mon oncle; coutume que lui et mon père suivirent aussi à l'égard de leurs fils.
Page 9
Ce recueil étoit tombé entre les mains d'un bouquiniste qui, me connoissant pour m'avoir vendu quelques livres, me l'apporta.
Page 16
J'ai depuis remarqué qu'un tel défaut est rarement le partage des gens sensés, excepté les avocats, les membres des universités, et les hommes de tout autre état, élevés à Edimbourg.
Page 19
Mais ensuite je l'abandonnai peu-à-peu, conservant seulement l'habitude de m'exprimer avec une modeste défiance, et de n'employer jamais, pour une proposition qui pouvoit être contestée, les mots _certainement_, _indubitablement_, ou tout autre qui pût me donner l'air d'être obstinément attaché à mon opinion.
Page 22
En même-temps, il me représenta à ce marin comme un jeune homme de sa connoissance, lequel avoit eu affaire avec une fille débauchée,.
Page 29
Au moment de notre connoissance, il ne suivoit aucune religion particulière, mais il professoit un peu de toutes, suivant les circonstances.
Page 34
J'y allai; mais je n'y conduisis pas Collins, parce qu'il étoit ivre.
Page 47
; et tout cela étoit attribué au lutin qui fréquentoit la chapelle[22], et tourmentoit, me disoit-on, ceux qui n'étoient pas régulièrement admis.
Page 50
Denham m'engagea à renoncer à ce projet, et me conseilla de songer à retourner à Philadelphie, ce qu'il se proposoit de faire bientôt lui-même.
Page 54
Ils me respectoient d'autant plus qu'ils voyoient que Keimer étoit incapable de les instruire, et qu'avec moi ils apprenoient tous les jours quelque chose.
Page 59
Grace à cette persuasion au secours de la divine providence, ou de quelqu'ange protecteur, et peut-être à un concours de circonstances favorables, je fus préservé de toute immoralité et de toute grande et _volontaire_ injustice, dont mon manque de religion m'exposoit à me rendre coupable, dans ce temps dangereux de la jeunesse, et dans les situations hasardeuses où je me trouvai quelquefois, parmi les étrangers et loin des regards et des leçons de mon père.
Page 66
Nous avions discuté cette affaire dans notre club, où je m'étois prononcé en faveur de la nouvelle émission.
Page 67
Il fut enfin forcé de vendre tout ce qu'il avoit pour satisfaire ses créanciers; et il passa à la Barbade, où il vécut quelque temps dans la misère.
Page 80
M.
Page 92
En outre, le président-général devant être nommé par le roi d'Angleterre, il n'eût pas manqué de lui être exclusivement dévoué, et conséquemment il auroit refusé son consentement aux loix les plus salutaires, lorsque ces loix auroient eu la moindre apparence de blesser les intérêts de son maître.
Page 99
Elle a été bâtie par une colonie allemande, ainsi que l'indique son nom.
Page 103
Il leur déclara que malgré l'attachement des colons pour la métropole, les mauvais traitemens, qu'on leur fesoit éprouver, finiroient par les aliéner.
Page 110
Tandis que j'ai été marchand de papier, imprimeur et directeur de la poste, j'ai fait crédit à beaucoup de personnes, pour des livres, des insertions d'avis, des ports de lettres et d'autres objets pareils.
Page 132
Un autre moyen dont on doit se servir pour conserver sa santé, c'est de renouveler constamment l'air dans la chambre où l'on couche.
Page 136
Le bruit de votre marteau à cinq heures du matin et à neuf heures du soir, peut engager le créancier qui l'entend, à rester six mois de plus sans vous rien demander: mais s'il voit que vous êtes dans un billard, ou s'il entend votre voix dans un cabaret, tandis que vous devriez être à l'ouvrage, il envoie chercher son argent le lendemain, et le demande, avant de pouvoir le recevoir tout-à-la-fois.