The Complete Works in Philosophy, Politics and Morals of the late Dr. Benjamin Franklin, Vol. 1 [of 3]

By Benjamin Franklin

Page 82

of the aurora
borealis, upon electrical principles. He points out many particulars
in which lightning and electricity agree; and he adduces many
facts, and reasonings from facts, in support of his positions. In
the same year he conceived the astonishingly bold and grand idea of
ascertaining the truth of his doctrine, by actually drawing down
the lightning, by means of sharp-pointed iron rods, raised into the
region of the clouds. Even in this uncertain state, his passion
to be useful to mankind, displayed itself in a powerful manner.
Admitting the identity of electricity and lightning, and knowing the
power of points in repelling bodies charged with electricity, and in
conducting their fire silently and imperceptibly, he suggested the
idea of securing houses, ships, &c. from being damaged by lightning,
by erecting pointed rods, that should rise some feet above the most
elevated part, and descend some feet into the ground or the water.
The effect of these, he concluded, would be either to present a
stroke by repelling the cloud beyond the striking distance, or by
drawing off the electrical fire which it contained; or, if they could
not effect this, they would at least conduct the electric matter to
the earth, without any injury to the building.

It was not until the summer of 1752, that he was enabled to complete
his grand and unparalleled discovery by experiment. The plan, which
he had originally proposed, was, to erect on some high tower, or
other elevated place, a centry-box, from which should rise a pointed
iron rod, insulated by being fixed in a cake of resin. Electrified
clouds passing over this, would, he conceived, impart to it a
portion of their electricity, which would be rendered evident to the
senses by sparks being emitted, when a key, the knuckle, or other
conductor was presented to it. Philadelphia at this time afforded
no opportunity of trying an experiment of this kind. While Franklin
was waiting for the erection of a spire, it occurred to him that he
might have more ready access to the region of clouds by means of a
common kite. He prepared one by fastening two cross sticks to a silk
handkerchief, which would not suffer so much from the rain as paper.
To the upright stick was affixed an iron point. The string was, as
usual, of hemp, except the lower end, which was silk. Where the
hempen string terminated, a key was fastened. With this apparatus, on
the appearance of a thunder-gust approaching, he went out into the
commons, accompanied by his son, to whom alone he communicated his
intentions, well knowing the ridicule which,

Last Page Next Page

Text Comparison with Vie de Benjamin Franklin, écrite par lui-même - Tome II suivie de ses œuvres morales, politiques et littéraires

Page 2
Cette acception du mot _perfectionné_ est particulière à la Nouvelle-Angleterre; et elle n'est point reçue dans les autres pays, où l'on parle anglais, en-deçà, ni au-delà des mers.
Page 8
Telle est mon opinion quant au ressentiment particulier et à la rétribution que méritent les calomnies.
Page 22
Presque toutes les parties de notre corps nous obligent à quelque dépense.
Page 41
Je ne peux en donner que trois schellings six sous.
Page 56
Ceux qui veulent connoître le gouvernement des Américains, doivent lire les constitutions des différens États-Unis, et les articles de confédération qui les lient les uns aux autres, sous la direction d'une assemblée générale, appelée _Congrès_.
Page 58
L'établissement de grandes manufactures exige qu'il y ait un grand nombre de pauvres ouvriers, qui travaillent pour un faible salaire.
Page 61
Quelque forme qu'ait un gouvernement, il n'y en a point qui ne soit avantageux, s'il est bien administré.
Page 67
.
Page 70
Vous voyez que je me suis laissé emporter par mes idées.
Page 84
La propriété de la moindre partie du territoire, dont nous parlons, ne peut être contestée.
Page 89
Les terres des bords de l'Ohio sont extrêmement fertiles; le climat y est tempéré.
Page 92
» 4 2 » 5 9[59].
Page 98
Certes, nous sommes persuadés que le général n'avoit alors en vue que les pays, qu'il appelle des contrées éloignées, c'est-à-dire, le détroit, le pays des Illinois, et le bas de l'Ohio; car il dit que «Ce sont des pays étrangers, dont l'éloignement ne permet de tirer ni des choses nécessaires à la marine anglaise, ni des bois et des provisions pour les îles à sucre».
Page 105
--Convient-il de laisser un si grand nombre de colons sans loix et sans gouvernement?--La saine politique peut-elle approuver cette manière de former des colonies et d'accroître les richesses, la force, le commerce de l'empire? Ou ne dit-elle pas plutôt que l'indispensable devoir du gouvernement est de changer les sujets _dangereux_ en sujets _utiles_? Ne dit-elle pas qu'il faut, pour cela, établir immédiatement parmi eux l'ordre et la subordination, et fortifier de bonne heure leur attachement naturel aux loix, aux coutumes et au commerce du royaume? Nous osons nous flatter d'avoir démontré et par des faits, et par des raisonnemens justes, que l'opinion des lords commissaires du commerce et des colonies, au sujet du territoire de l'Ohio, est mal fondée; et.
Page 111
C'est un bénéfice clair pour l'Angleterre; ses habitans en ont plus de facilité à supporter leurs taxes; et comme nous y contribuons beaucoup,.
Page 112
Je suis, etc.
Page 121
La condition du journalier, dans ces états, est infiniment meilleure, que dans les plus riches contrées de l'ancien monde, et particulièrement en Angleterre, où les salaires sont pourtant plus forts que dans aucune autre partie de l'Europe.
Page 127
Si votre état est sédentaire, vos récréations, vos amusemens doivent être actifs.
Page 141
En procédant ainsi jusqu'à la dernière, je pouvois faire un cours complet en treize semaines, et quatre cours en un an; de même que celui qui a un jardin à mettre en ordre, n'entreprend pas d'arracher toutes les mauvaises herbes en une seule fois, ce qui excéderoit le pouvoir de ses bras et de ses forces; il ne travaille en même-temps que sur une planche, et lorsqu'il a fini la première, il passe à une seconde.
Page 146
--Quand quelqu'un affirmoit une chose qui me paraissoit être une erreur, je me refusois le plaisir de le contredire brusquement, et de lui montrer sur-le-champ quelqu'absurdité dans sa proposition; et, dans ma réponse, je commençois par observer.