The Complete Works in Philosophy, Politics and Morals of the late Dr. Benjamin Franklin, Vol. 2 [of 3]

By Benjamin Franklin

Page 100

I found your favour of the 16th of May (1771).
I wish I could, as you desire, give you a better explanation of the
phenomenon in question, since you seem not quite satisfied with your
own; but I think we want more and a greater variety of experiments,
in different circumstances, to enable us to form a thoroughly
satisfactory hypothesis. Not that I make the least doubt of the facts
already related, as I know both Lord Charles Cavendish, and Dr.
Heberden to be very accurate experimenters: but I wish to know the
event of the trials proposed in your six queries; and also, whether
in the same place where the lower vessel receives nearly twice the
quantity of water that is received by the upper, a third vessel
placed at half the height will receive a quantity proportionable. I
will however endeavour to explain to you what occurred to me, when I
first heard of the fact.

I suppose it will be generally allowed, on a little consideration
of the subject, that scarce any drop of water was, when it began to
fall from the clouds, of a magnitude equal to that it has acquired,
when it arrives at the earth; the same of the several pieces of
hail; because they are often so large and so weighty, that we
cannot conceive a possibility of their being suspended in the air,
and remaining at rest there, for any time, how small soever; nor do
we conceive any means of forming them so large, before they set out
to fall. It seems then, that each beginning drop, and particle of
hail, receives continual addition in its progress downwards. This
may be several ways: by the union of numbers in their course, so
that what was at first only descending mist, becomes a shower; or
by each particle, in its descent through air that contains a great
quantity of dissolved water, striking against, attaching to itself,
and carrying down with it such particles of that dissolved water, as
happen to be in its way; or attracting to itself such as do not lie
directly in its course by its different state with regard either to
common or electric fire; or by all these causes united.

In the first case, by the uniting of numbers, larger drops might be
made, but the quantity falling in the same place would be the same at
all heights; unless, as you mention, the whole should be contracted
in falling, the lines described by all the drops converging, so
that what set out to fall from a cloud of many thousand acres,
should

Last Page Next Page

Text Comparison with Expériences et observations sur l'électricité faites à Philadelphie en Amérique

Page 29
COLLINSON _de la Société Royale de Londres_.
Page 35
C'est un avantage réel de sçavoir qu'une porcelaine abandonnée en l'air sans être soutenuë, tombera & se brisera immanquablement; mais de sçavoir _comment_ elle tombe & _pourquoi_ elle se brise c'est une matière de pure spéculation.
Page 49
Après cette forte étincelle, on ne découvre dans l'une ni dans l'autre aucune trace d'électricité.
Page 52
] AUTRES EXPÉRIENCES _Qui prouvent que la bouteille de Leyde ne contient pas plus de feu électrique, lorsqu'elle est chargée, ni moins, lorsqu'elle est déchargée, qu'auparavant: que dans la décharge le feu ne sort point du fil-d'archal & des côtés en même-tems, comme quelques-uns l'ont pensé; mais que les côtés reçoivent toujours ce qui est déchargé par le fil-d'archal, ou une égale quantité; la surface extérieure étant toujours dans un état négatif d'électricité, tandis que la surface intérieure est dans un état positif.
Page 56
39.
Page 58
Voyez §.
Page 59
Car si dans l'explosion le feu électrique sortoit de la bouteille par un endroit, & qu'il ne rentrât pas par un autre, il s'ensuivroit que si un homme placé sur de la cire & tenant la bouteille d'une main, tiroit l'étincelle en touchant avec l'autre le crochet de fil-d'archal, la bouteille étant par là déchargée, l'homme seroit chargé; ou que la quantité de feu perduë par l'une se retrouveroit dans l'autre, puisqu'il n'y a aucune issue pour la laisser échaper; mais il arrive le contraire.
Page 73
Placez un boulet de fer sur un verre, & qu'une balle de liége humide, suspendue par un fil de soye, vienne toucher le boulet: prenez une bouteille dans chaque main, l'une électrisée par le _crochet_ & l'autre par le _côté_: appliquez le fil-d'archal _donnant_ au boulet qu'il électrisera positivement, & le liége sera répoussé.
Page 75
[Note 32: Voyez le §.
Page 80
Si vous en présentez une quantité à l'extrémité d'une longue baguette de métal, elle la reçoit, & lorsqu'elle y entre, chaque particule qui étoit auparavant dans la baguette pousse vivement sa voisine à l'extrémité la plus éloignée où le surplus est déchargé, & cela dans un instant lorsque la baguette fait partie du cercle dans l'expérience du choc; mais le verre à cause de la petitesse de ses pores ou de l'attraction plus forte de ce qu'il contient ne se prête pas à un mouvement si libre.
Page 83
Pour montrer que les pointes _poussent_ aussi bien qu'elles _tirent_ le feu électrique, couchez une longue aiguille pointuë sur le boulet, & vous ne pourrez assez électriser le boulet pour lui faire repousser la boule de liége.
Page 97
Nous ne fîmes point attention qu'il avoit été privé de la vûe; mais ensuite un poulet tué de la même manière étant ressuscité en soufflant à plusieurs reprises dans ses poumons; lorsqu'il fut posé sur le plancher, il alla donner de la tête contre la muraille, & après l'avoir examiné nous reconnûmes qu'il étoit parfaitement aveugle; delà nous conclûmes que le pigeon avoit aussi été entiérement aveuglé par le choc.
Page 101
par M.
Page 105
Le feu électrique n'est visible & ne se fait entendre que quand il traverse l'air pour sauter d'un corps à un autre; on ne l'apperçoit point le long d'un fil de fer dans les expériences électriques; & on le voit le long d'une chaîne, parce qu'il saute de chaînon en chaînon.
Page 111
le Prieur de Marly fit partir le sieur Coiffier lui-même pour m'apporter la lettre suivant qu'il m'écrivit à la hâte.
Page 144
_ qu'il a entendu faire cette remarque; mais, dit-il, pourquoi un conducteur d'électricité n'est-il pas un sujet électrique? Ce n'est pas là la question.
Page 155
_ TABLE DES MATIERES.
Page 156
55.
Page 161
_Matière_ commune éponge de la matière électrique, I.
Page 162
49.