The Complete Works in Philosophy, Politics and Morals of the late Dr. Benjamin Franklin, Vol. 2 [of 3]

By Benjamin Franklin

Page 101

reach the earth in perhaps a third of that extent, of which I
somewhat doubt. In the other cases we have two experiments.

1. A dry glass bottle filled with very cold water, in a warm day,
will presently collect from the seemingly dry air that surrounds
it a quantity of water, that shall cover its surface and run down
its sides, which perhaps is done by the power wherewith the cold
water attracts the fluid, common fire that had been united with the
dissolved water in the air, and drawing the fire through the glass
into itself, leaves the water on the outside.

2. An electrified body left in a room for some time, will be more
covered with dust than other bodies in the same room not electrified,
which dust seems to be attracted from the circumambient air.

Now we know that the rain, even in our hottest days, comes from a
very cold region. Its falling sometimes in the form of ice, shows
this clearly; and perhaps even the rain is snow or ice, when it first
moves downwards, though thawed in falling: and we know that the
drops of rain are often electrified: but those causes of addition to
each drop of water, or piece of hail, one would think could not long
continue to produce the same effect; since the air, through which the
drops fall, must soon be stripped of its previously dissolved water,
so as to be no longer capable of augmenting them. Indeed very heavy
showers, of either, are never of long continuance; but moderate rains
often continue so long as to puzzle this hypothesis: so that upon the
whole I think, as I intimated before, that we are yet hardly ripe for
making one. ****

B. FRANKLIN.

FOOTNOTE:

[25] This letter is taken from the Memoirs of the Literary and
Philosophical Society of Manchester, Vol. II. page 126. It was
communicated by the person to whom it is addressed, and was read
in the Society, January 21, 1784, as an appendix to a paper by Dr.
Percival on the same subject. _Editor._




TO MR. NAIRNE, OF LONDON[26].

_Proposing a slowly sensible Hygrometer for certain Purposes._


_Passy, near Paris, Nov. 13, 1780._

SIR,

The qualities hitherto sought in a hygrometer, or instrument to
discover the degrees of moisture and dryness in the air, seem to
have been, an aptitude to receive humidity readily from a moist
air, and to part with it is as readily to a dry air. Different
substances have been found to possess more or less of this quality;
but when we

Last Page Next Page

Text Comparison with Vie de Benjamin Franklin, écrite par lui-même - Tome II suivie de ses œuvres morales, politiques et littéraires

Page 7
Aussi, À l'immortalité la médisance vole.
Page 11
J'approuve beaucoup l'épithète de tonique, que vous donnez,.
Page 14
En moins de trois heures, deux de ces mouches commencèrent à recouvrer la vie par degrés.
Page 17
Les pois qu'on mange à bord, sont souvent mal cuits et durs.
Page 24
Ils y ont occasion de connoître la véritable doctrine, et de sauver leurs ames.
Page 32
L'une de ces causes ne peut-elle pas être le défaut de justice et de morale dans le gouvernement, défaut qui se manifeste dans sa conduite oppressive envers ses sujets, et dans les guerres injustes qu'il entreprend contre ses voisins? Voyez les longues injustices, les monopoles, les traitemens cruels qu'il fait éprouver à l'Irlande, et qui sont enfin avoués! Voyez les pillages que ses marchands exercent dans l'Inde! la guerre désastreuse, qu'il fait aux colonies de l'Amérique! et sans parler de ses guerres contre la France et l'Espagne, voyez celle qu'il a faite dernièrement à la Hollande! Toute l'Europe impartiale ne l'a considérée que comme une guerre de rapine.
Page 38
C'est pure civilité.
Page 42
Nous, habitans des colonies, nous n'avons jamais prétendu être exempts de contribuer aux dépenses nécessaires au maintien de la prospérité de l'empire.
Page 49
Si nous entrons dans nos cités, nous voyons que, depuis la révolution, les propriétaires des maisons et des terreins qui y sont compris, ont vu considérablement augmenter leur fortune.
Page 50
Si trop d'artisans des villes, et de fermiers de la campagne deviennent marchands, dans l'espoir de mener une vie plus agréable, la quantité d'occupation de ce genre divisée entr'eux tous, est trop peu de chose pour chacun en particulier; et ils doivent se plaindre de la décadence du commerce.
Page 95
L'extension graduelle des établissemens sur le même territoire étant proportionnée à la population, entretient les rapports d'un commerce avantageux entre la Grande-Bretagne et ses possessions les plus éloignées; rapports qui ne peuvent exister dans des colonies séparées par des déserts immenses.
Page 98
» Ce qui, selon nous, prouve que le général ne vouloit parler que des établissemens du détroit, du pays des Illinois et du bas de l'Ohio, et non du territoire, dont nous demandons la concession, c'est qu'il ajoute:--«Il n'est pas certain que l'établissement de ces contrées ne fût suivi d'une guerre avec les Indiens, et qu'il ne fallût combattre pour chaque pouce de terrain.
Page 102
Un sheriff, un accusateur public, des juges-de-paix, des huissiers et d'autres officiers civils furent nommés pour résider sur les montagnes.
Page 113
Il faudroit aussi qu'on révoquât les anciens actes du parlement, qui bornent le commerce des colonies, et empêchent qu'on n'y établisse des manufactures.
Page 120
C'est même cette cherté qui, comme je l'expliquerai plus bas, est une des raisons qui font croire que les États-Unis de l'Amérique ne pourront, de très-long-temps, avoir des manufactures rivales de celles d'Europe.
Page 124
La raison en est qu'en Irlande les salaires sont bien moindres qu'en Angleterre, et que la dernière classe du peuple en souffre beaucoup.
Page 142
progrès dans la vertu, en effaçant successivement les marques de mes lignes, jusqu'à ce qu'à la fin, après plusieurs répétitions, j'eusse le bonheur de voir mon livre entièrement blanc, au bout d'un examen journalier de treize semaines.
Page 144
Pour éviter l'embarras de renouveler, de temps en temps, mon livret, qui, en grattant le papier pour effacer les marques des vieilles fautes, afin de faire place aux nouvelles dans un nouveau cours, étoit devenu rempli de trous, je transcrivis mes tables et mes préceptes sur les feuilles d'ivoire d'un souvenir: les lignes y furent tracées, d'une manière durable, avec de l'encre rouge, et j'y marquai mes fautes avec un crayon de mine de plomb, dont je pouvais effacer les traces aisément, en y passant une éponge mouillée.
Page 145
rendu meilleur et plus heureux que je n'aurois été, si je n'avois pas formé cette entreprise; comme celui qui tâche de se faire une écriture parfaite, en imitant un exemple gravé, quoiqu'il ne puisse jamais atteindre la même perfection; néanmoins, les efforts qu'il fait rendent sa main meilleure et son écriture passable.
Page 147
[75] Nom du club formé à Philadelphie par Franklin.