The Complete Works in Philosophy, Politics and Morals of the late Dr. Benjamin Franklin, Vol. 2 [of 3]

By Benjamin Franklin

Page 106

same degrees of moisture or dryness,
I apprehend you will have so many comparable hygrometers, which,
being sent into different countries, and continued there for some
time, will find and show there the mean of the different dryness
and moisture of the air of those countries, and that with much less
trouble than by any hygrometer hitherto in use.

With great esteem, I am,

Dear Sir, your most obedient,

And most humble servant,

B. FRANKLIN.

FOOTNOTE:

[26] This letter is taken from the Transactions of the American
Philosophical Society, in which it was read, January 26, 1786.
_Editor._




TO DR. P.[27] IN LONDON.

_Relating a curious Instance of the Effect of Oil on Water._


_Philadelphia, Dec. 1, 1762._

SIR,

During our passage to Madeira, the weather being warm, and the cabin
windows constantly open for the benefit of the air, the candles
at night flared and run very much, which was an inconvenience. At
Madeira, we got oil to burn, and with a common glass tumbler or
beaker, slung in wire, and suspended to the cieling of the cabin, and
a little wire hoop for the wick, furnished with corks to float on the
oil, I made an Italian lamp, that gave us very good light all over
the table.--The glass at bottom contained water to about one third of
its height; another third was taken up with oil; the rest was left
empty that the sides of the glass might protect the flame from the
wind. There is nothing remarkable in all this; but what follows is
particular. At supper, looking on the lamp, I remarked, that though
the surface of the oil was perfectly tranquil, and duly preserved
its position and distance with regard to the brim of the glass, the
water under the oil was in great commotion, rising and falling in
irregular waves, which continued during the whole evening. The lamp
was kept burning as a watch light all night, till the oil was spent,
and the water only remained. In the morning I observed, that though
the motion of the ship continued the same, the water was now quiet,
and its surface as tranquil as that of the oil had been the evening
before.

At night again, when oil was put upon it, the water resumed its
irregular motions, rising in high waves almost to the surface of the
oil, but without disturbing the smooth level of that surface. And
this was repeated every day during the voyage.

Since my arrival in America, I have repeated the experiment
frequently thus. I have put a pack-thread

Last Page Next Page

Text Comparison with Expériences et observations sur l'électricité faites à Philadelphie en Amérique

Page 3
] Mais il ne suffit pas de s'attacher uniquement à la voye de l'expérience, à moins que d'être, comme notre auteur, fécond en moyens, ingénieux en découvertes & heureux en applications; il ne faut pas, comme tant d'autres Physiciens sans génie, se permettre de tirer des inductions qui ne sont ni justes ni naturelles, déduire des conséquences qui ne sont fondées que sur des suppositions vagues & étrangères au sujet.
Page 5
Dès que la première édition de cette traduction fut achevée, j'en envoyai un exemplaire à M.
Page 9
Boyle avoit fait beaucoup de recherches sur les corps qui donnent de la lumière dans l'obscurité, en particulier sur le ver luisant; y ayant emprunté un diamant qu'on disoit avoir la propriété d'être lumineux dans les ténèbres, il observa que ce diamant étant frotté dans l'obscurité contre quelqu'étoffe que ce fût, devenoit en effet non-seulement lumineux, mais encore électrique, comme l'avoit observé Gilbert.
Page 19
Après avoir examiné les effets de l'électricité tant sur les corps fluides, que sur les corps solides en général qui ont été exposés à son action, & après avoir prouvé par des expériences suivies & comparées que l'électricité augmente l'évaporation naturelle de la plupart des uns, & la transpiration insensible des autres: après avoir expliqué comment & pourquoi l'électricité accélère l'écoulement des liqueurs dans les tuyaux capillaires dont elle rend les jets continus & divergens, & qu'elle ne produit pas le même effet dans des tuyaux d'un plus grand diamètre[5]: après avoir fait voir par une expérience déjà connuë que la végétation des plantes est avancée par l'électricité: enfin après avoir démontré par le résultat de quantité d'expériences combinées & répétées de différentes manières en différens tems sur des corps animés de différens genres, que l'électricité augmente la transpiration des animaux en favorisant en eux le mouvement des fluides & l'action tonique des solides, l'auteur de cette thèse pour rechercher les maladies auxquelles l'_électrisation_ pourroit servir de remède, prend pour exemple la paralysie dont il examine en détail les différens symptômes & les différens effets.
Page 21
de l'Acad.
Page 24
Franklin que par le vif intérêt qu'y prenoient plusieurs amis du premier ordre qui travailloient souvent avec moi; l'un de ceux-ci m'avoit prié de lui aider à former un cabinet électrique complet; je n'avois rien épargné pour lui donner satisfaction.
Page 28
Avril 1725; qu'avant de l'exposer en vente, l'imprimé qui aura servi de copie à l'impression dudit Livre, sera remis dans le même état où l'approbation y aura été donnée, ès mains de notre très-cher & féal Chevalier Chancelier de France le Sr.
Page 36
Dans l'obscurité vous pouvez voir une lumiére sur la pointe, lorsqu'on fait l'expérience, & si la personne qui tient la pointe est sur un gâteau de cire, elle sera électrisée en recevant le feu à cette distance.
Page 46
Franklin: il n'en reste pas moins vrai que la bouteille ne se chargera point tant qu'il y aura une communication exactement établie entre son intérieur & sa doublure extérieure.
Page 62
qui n'étoit point électrifiée.
Page 74
] 66.
Page 89
Les vents qui soufflent sur la mer sont secs.
Page 98
Ces morceaux que je vous envoye, ont été tachetés avec l'or d'Hollande; le vrai or fait une tache plus obscure & un peu rougeâtre, l'argent fait la tache verdâtre.
Page 112
» On voit par le détail de cette lettre que le fait est assez bien constaté pour ne laisser aucun doute à ce sujet.
Page 122
_ MONSIEUR, Ayant mis votre globe de soufre en état de servir, j'essayai une des expériences que vous proposiez, & je fus agréablement surpris de voir que le globe de verre étant à une extrémité du conducteur & celui de soufre à l'autre, les deux globes en mouvement, on ne pouvoit pas tirer une seule étincelle du conducteur, à moins que l'un des globes ne tournât plus lentement, ou ne fût pas en aussi bon état que l'autre, alors même l'étincelle n'étoit que proportionnée à cette différence, ensorte que si on recommence à faire tourner les globes également ou à faire tourner plus lentement celui qui opéroit le mieux, l'on mettra encore le conducteur hors d'état de fournir une étincelle.
Page 144
Après que l'étincelle est tirée du conducteur,.
Page 148
On suppose qu'en portant le verre frotté au bout ou au bord du tube mince dans la troisiéme expérience, il l'électrise positivement, ou ajoute au feu électrique qu'il contenoit auparavant, & par conséquent il en passe au travers des boules qui se repoussent mutuellement; mais à l'approche d'un verre frotté qui laisse sortir pareillement un fluide électrique, les boules en déchargeront moins, ou une partie sera poussée en arrière par une force qui agira dans une direction contraire, & elles s'approcheront plus près.
Page 151
Quand l'appareil fut électrisé la dernière fois, ce fut par la chûte d'une neige fonduë, ce qui arriva dernièrement environ le 12.
Page 155
_FIN.
Page 156
94.