The Complete Works in Philosophy, Politics and Morals of the late Dr. Benjamin Franklin, Vol. 2 [of 3]

By Benjamin Franklin

Page 123

boat; and perhaps time, and the improvements
experience will afford, may make it applicable with advantage to
larger vessels.

Having near my kitchen chimney a round hole of eight inches diameter,
through which was a constant steady current of air, increasing or
diminishing only as the fire increased or diminished, I contrived
to place my jack so as to receive that current; and taking off the
flyers, I fixed in their stead on the same pivot a round tin plate of
nearly the same diameter with the hole; and having cut it in radial
lines almost to the centre, so as to have six equal vanes, I gave to
each of them the obliquity of forty-five degrees. They moved round,
without the weight, by the impression only of the current of air,
but too slowly for the purpose of roasting. I suspected that the air
struck by the back of each vane might possibly by its resistance
retard the motion; and to try this, I cut each of them into two, and
I placed the twelve, each having the same obliquity, in a line behind
each other, when I perceived a great augmentation in its velocity,
which encouraged me to divide them once more, and, continuing the
same obliquity, I placed the twenty-four behind each other in a line,
when the force of the wind being the same, and the surface of vane
the same, they moved round with much greater rapidity, and perfectly
answered my purpose.

The second experiment that I propose, is, to take two playing cards
of the same dimensions, and cut one of them transversely into eight
equal pieces; then with a needle string them upon two threads one
near each end, and place them so upon the threads that, when hung up,
they may be one exactly over the other, at a distance equal to their
breadth, each in a horizontal position; and let a small weight, such
as a bird-shot, be hung under them, to make them fall in a straight
line when let loose. Suspend also the whole card by threads from
its four corners, and hang to it an equal weight, so as to draw
it downwards when let fall, its whole breadth pressing against the
air. Let those two bodies be attached, one of them to one end of a
thread a yard long, the other to the other end. Extend a twine under
the ceiling of a room, and put through it at thirty inches distance
two pins bent in the form of fish-hooks. On these two hooks hang
the two bodies, the thread that connects

Last Page Next Page

Text Comparison with Vie de Franklin, écrite par lui-même - Tome I Suivie de ses œuvres morales, politiques et littéraires

Page 4
» Agréez mon respect, RICHARD PRICE.
Page 10
J'ai ouï dire que le père de ma mère avoit composé diverses petites pièces: mais l'on n'en a imprimé qu'une, que j'ai vue il y a plusieurs années.
Page 17
Le parti que j'avois pris de m'abstenir de viande devint gênant pour ces personnes, et j'étois souvent grondé pour ma singularité.
Page 20
Je me rappelle que quelques-uns des amis de mon frère voulurent le détourner de cette entreprise, comme d'une chose qui ne pouvoit pas réussir, parce que selon eux un seul papier-nouvelle suffisoit pour toute l'Amérique.
Page 23
Cette immersion le désenivra un peu, et il s'endormit tranquillement après avoir tiré de sa poche un volume qu'il me pria de faire sècher.
Page 45
N'étant retenu, dans ce temps-là, par aucun frein religieux, et abusant de l'avantage que sembloit me donner.
Page 55
Entendant du bruit dans le voisinage, je mis la tête à la fenêtre pour voir ce que c'étoit.
Page 57
--Les amis, que je viens de nommer, me furent très-utiles par la suite; et je rendis moi-même des services à quelques-uns.
Page 59
Grace à cette persuasion au secours de la divine providence, ou de quelqu'ange protecteur, et peut-être à un concours de circonstances favorables, je fus préservé de toute immoralité et de toute grande et _volontaire_ injustice, dont mon manque de religion m'exposoit à me rendre coupable, dans ce temps dangereux de la jeunesse, et dans les situations hasardeuses où je me trouvai quelquefois, parmi les étrangers et loin des regards et des leçons de mon père.
Page 69
Je résolus, dès-lors, de ne plus prendre de locataires.
Page 72
Ses connoissances étendues, et son zèle pour les progrès des sciences, le rendoient capable de justifier de la manière la plus avantageuse la confiance que la société avoit en lui.
Page 78
Environ un mois avant l'époque, où Franklin fit son expérience du cerf-volant, quelques savans français avoient completté sa découverte, d'après la manière qu'il avoit d'abord indiquée lui-même.
Page 89
Alors Franklin convoqua ses anciens collègues dans sa maison.
Page 95
Après la conclusion de cette importante affaire, Franklin demeura à la cour de Londres, en qualité d'agent de la province de Pensylvanie.
Page 100
On la fit insérer dans les papiers publics; et avant de s'embarquer pour l'Angleterre, il y répondit d'une manière ingénieuse et piquante.
Page 102
Si les Anglais n'avoient pas eu la prétention de le faire valoir, les Américains auroient volontiers continué à fournir leur part des subsides, de la manière dont ils avoient coutume de le faire; c'est-à-dire, d'après des décrets de leurs propres assemblées, rendus sur la demande du secrétaire-d'état.
Page 114
Je désire que ces institutions commencent un an après ma mort.
Page 124
Aussi, sont-ils, sans cesse mécontens, et par leurs tristes remarques, troublent les plaisirs de la société, offensent beaucoup de personnes et deviennent à charge par-tout où ils vont.
Page 125
CONVERSATION D'UN ESSAIM D'ÉPHÉMÈRES, ET SOLILOQUE D'UN VIEILLARD.
Page 133
d'ouvrir la fenêtre d'une chambre à coucher, ou de baisser la glace d'un carrosse.