The Complete Works in Philosophy, Politics and Morals of the late Dr. Benjamin Franklin, Vol. 2 [of 3]

By Benjamin Franklin

Page 131

to keep a _look-out before_ in the
channel, but at sea it has been neglected. If it is not at present
thought worth while to take that precaution, it will in time become
of more consequence; since the number of ships at sea is continually
augmenting. A drum frequently beat, or a bell rung in a dark night,
might help to prevent such accidents.

Islands of ice are frequently seen off the banks of Newfoundland,
by ships going between North-America and Europe. In the day time
they are easily avoided, unless in a very thick fog. I remember two
instances of ship's running against them in the night. The first lost
her bowsprit, but received little other damage. The other struck
where the warmth of the sea had wasted the ice next to it, and a part
hung over above. This perhaps saved her, for she was under great way;
but the upper part of the cliff taking her foretopmast, broke the
shock, though it carried away the mast. She disengaged herself with
some difficulty, and got safe into port; but the accident shows the
possibility of other ships being wrecked and sunk by striking those
vast masses of ice, of which I have seen one that we judged to be
seventy feet high above the water, consequently eight times as much
under water; and it is another reason for keeping a good _look-out
before_, though far from any coast that may threaten danger.

It is remarkable, that the people we consider as savages have
improved the art of sailing and rowing-boats in several points beyond
what we can pretend to. We have no sailing-boats equal to the flying
proas of of the South Seas, no rowing or paddling-boat equal to that
of the Greenlanders for swiftness and safety. The birch canoes of the
North-American Indians have also some advantageous properties. They
are so light that two men may carry one of them over land, which is
capable of carrying a dozen upon the water; and in heeling they are
not so subject to take in water as our boats, the sides of which are
lowest in the middle where it is most likely to enter, this being
highest in that part, as in figure 11.

The Chinese are an enlightened people, the most antiently civilized
of any existing, and their arts are antient, a presumption in their
favour: their method of rowing their boats differs from ours, the
oars being worked either two a-stern as we scull, or on the sides
with the same kind of motion, being hung parallel to the keel on a
rail

Last Page Next Page

Text Comparison with Vie de Benjamin Franklin, écrite par lui-même - Tome II suivie de ses œuvres morales, politiques et littéraires

Page 9
[8] There is a lust in man no charm can tame, Of loudly publishing his neighbour's shame.
Page 12
C'est pourquoi j'appelerai désormais ce bain, _un bain tonique_.
Page 20
Ces villes commerçantes ne sont pas très-considérées par les campagnards.
Page 26
Les marchands, dont les navires ne sont point armés, et qui sont utiles aux différentes nations, en leur portant des denrées ou des marchandises agréables.
Page 46
Nous voyons dans Josephe et dans le Talmud quelques particularités, qui ne sont pas aussi détaillées dans l'Écriture.
Page 47
Cependant j'avoue que je suis si persuadé que la providence s'occupe du gouvernement général du monde, que je ne puis croire qu'un événement qui importe au bien-être de plusieurs millions d'hommes, qui existent déjà ou qui doivent exister,.
Page 49
La providence est si bienfaisante envers ce pays, le climat y est si favorable, qu'à compter des trois ou quatre premières années de son établissement, où nos pères eurent à y supporter beaucoup de peine et de fatigue, on n'y a presque jamais entendu parler de disette: au contraire, quoique quelques années aient été plus ou moins fécondes, nous avons toujours eu assez de provisions pour nous nourrir, et même pour exporter.
Page 66
On continuera encore, dans cette classe, à former les élèves dans l'art de bien lire et de.
Page 81
» Le 16 mars 1748, le roi donna ordre au gouverneur de la Virginie, de concéder à M.
Page 85
--Le roi, dont vous avez déjà éprouvé la clémence et la générosité, désirant de mettre fin à toutes les disputes entre ses sujets et vous, à l'occasion des terres, et d'être strictement juste envers vous, a formé le plan d'établir entre nos provinces et celles des Indiens, des limites qu'aucun homme blanc n'ose franchir; parce que c'est la plus sûre et la meilleure méthode de terminer les querelles, et de mettre vos propriétés à l'abri de toute invasion.
Page 101
-- Leurs seigneuries ajoutent:--«Que si leur raisonnement est de quelque poids, il doit certainement déterminer les lords du conseil privé à conseiller à sa majesté d'employer tous les moyens pour arrêter les progrès de ces établissemens, et non de faire aucune concession de territoire qui les favorise.
Page 103
--Vous nous avez souvent dit que vous aviez des loix pour gouverner votre nation; mais nous ne voyons pas qu'en effet vous en ayez.
Page 116
(_Note du Traducteur.
Page 118
Cette classe est toujours la plus nombreuse d'une nation; et par conséquent, on ne peut pas dire heureuse la société, où par la.
Page 119
Au reste, les salaires dont il est ici question, ne doivent pas être considérés d'après la somme à laquelle ils s'élèvent, mais d'après la quantité de denrées, de vêtemens et d'autres marchandises que le salarié peut obtenir avec l'argent qu'il reçoit.
Page 121
y a plus: c'est que l'insuffisance des salaires est une cause de décadence pour une manufacture, comme leur haut prix est une cause de prospérité.
Page 138
Ne souffrez aucune malpropreté sur votre corps, sur vos habits et dans votre maison.
Page 147
Je reconnus bientôt l'avantage de ce changement dans mes manières: les conversations dans lesquelles je m'engageois en devinrent plus agréables; le ton modeste avec lequel je proposois mes opinions, leur procuroit un plus prompt accueil et moins de contradictions; je n'éprouvois pas autant de mortifications, lorsqu'il se trouvoit que j'avois tort, et j'obtenois plus facilement des autres, d'abandonner leurs erreurs et de se réunir à moi, lorsqu'il arrivoit que j'avois raison.
Page 148
--Agissons donc, pendant que nous le pouvons, et agissons à propos.
Page 154
aura mis des ailes à ses talons, comme il en a à ses épaules.