The Complete Works in Philosophy, Politics and Morals of the late Dr. Benjamin Franklin, Vol. 2 [of 3]

By Benjamin Franklin

Page 15

communicates of
its heat to the neighbouring air.

The higher regions, having only the direct rays of the sun passing
through them, are comparatively very cold. Hence the cold air on the
tops of mountains, and snow on some of them all the year, even in the
torrid zone. Hence hail in summer.

If the atmosphere were, all of it (both above and below) always of
the same temper as to cold or heat, then the upper air would always
be _rarer_ than the lower, because the pressure on it is less;
consequently lighter, and therefore would keep its place.

But the upper air may be more condensed by cold, than the lower air
by pressure; the lower more expanded by heat, than the upper for want
of pressure. In such case the upper air will become the heavier, the
lower the lighter.

The lower region of air being heated and expanded heaves up, and
supports for some time the colder heavier air above, and will
continue to support it while the equilibrium is kept. Thus water
is supported in an inverted open glass, while the equilibrium is
maintained by the equal pressure upwards of the air below; but the
equilibrium by any means breaking, the water descends on the heavier
side, and the air rises into its place.

The lifted heavy cold air over a heated country, becoming by any
means unequally supported, or unequal in its weight, the heaviest
part descends first, and the rest follows impetuously. Hence gusts
after heats, and hurricanes in hot climates. Hence the air of gusts
and hurricanes cold, though in hot climes and seasons; it coming from
above.

The cold air descending from above, as it penetrates our warm region
full of watry particles, condenses them, renders them visible,
forms a cloud thick and dark, overcasting sometimes, at once, large
and extensive; sometimes, when seen at a distance, small at first,
gradually increasing; the cold edge, or surface of the cloud,
condensing the vapours next it, which form smaller clouds that join
it, increase its bulk, it descends with the wind and its acquired
weight, draws nearer the earth, grows denser with continual additions
of water, and discharges heavy showers.

Small black clouds thus appearing in a clear sky, in hot climates,
portend storms, and warn seamen to hand their sails.

The earth, turning on its axis in about twenty-four hours, the
equatorial parts must move about fifteen miles in each minute; in
northern and southern latitudes this motion is gradually less to the
poles, and there nothing.

If there was a general calm over the face of the globe, it must be by
the

Last Page Next Page

Text Comparison with Vie de Franklin, écrite par lui-même - Tome I Suivie de ses œuvres morales, politiques et littéraires

Page 6
En général, quelque vanité qu'aient les hommes, ils la haïssent dans les autres.
Page 13
» Mes digressions multipliées me font appercevoir que je deviens vieux.
Page 21
Je fus aussi arrêté et examiné devant le conseil: mais quoique je ne donnasse aux juges aucune satisfaction, ils se contentèrent de me faire une réprimande, et ils me renvoyèrent, me regardant, peut-être, comme obligé, en qualité d'apprenti, de garder les secrets de mon maître.
Page 23
L'honnête John est, à.
Page 29
Ainsi, j'oubliois Boston autant qu'il m'étoit possible, désirant que le lieu de ma résidence n'y fût connu de personne, excepté de mon ami Collins, à qui j'écrivois, et qui gardoit mon secret.
Page 36
Pendant un calme, qui nous arrêta au-delà de Block-Island, l'équipage de notre corvette, se mit à pêcher de la morue, et en prit une assez grande quantité.
Page 45
Le soir, Ralph lui lisoit des comédies.
Page 50
Cela causa beaucoup d'étonnement et de plaisir à ceux qui le voyoient pour la première fois.
Page 65
J'eus soin, en même-temps d'avertir le public que la société étoit dissoute.
Page 70
* * * * * Ici s'arrête ce qu'on a pu se procurer de ce que Franklin a écrit de sa vie.
Page 71
Il fut envoyé jeune au collége, où son esprit, son goût pour l'étude, et la douceur de son caractère lui acquirent l'affection de ses instituteurs.
Page 83
«On doit espérer que les curateurs se feront un plaisir, et même un devoir de visiter souvent le collége, soit pour encourager et soutenir la jeunesse, soit pour exciter et aider les maîtres, et par tous les moyens en leur pouvoir, faire en sorte que cette institution remplisse son but.
Page 86
qui étudient les hautes sciences.
Page 88
Étant donc incertain que cette lettre vous trouve en Angleterre, et espérant de vous voir arriver, ou au moins de recevoir de vos nouvelles, par le navire _la Myrtilla_, capitaine Budden, que nous attendons à tout instant, je me borne à vous renouveler les assurances de mon estime et de mon affection.
Page 92
Le gouvernement britannique crut ne pas devoir rester spectateur tranquille de cette querelle.
Page 93
Franklin avoit fait des obligations, en son nom, pour les chariots qui avoient été fournis à l'armée.
Page 108
plaignit d'une douleur dans le côté gauche de la poitrine, douleur qui s'accrut, devint extrêmement vive, et fut suivie d'une toux et d'une respiration pénible.
Page 114
Quand je considère les accidens auxquels sont sujets tous les projets et toutes les affaires des hommes, je crains de m'être trop flatté en imaginant que ces dispositions, si tant est qu'elles soient suivies, continuent sans interruption, et remplissent leur objet.
Page 119
La dernière fois que j'ai vu votre père, c'étoit en 1724, lorsque je lui rendis visite après mon premier voyage en Pensylvanie.
Page 132
Mathusalem qui, ayant vécu plus long-temps qu'aucun autre homme, doit avoir mieux conservé sa santé, dormoit, dit-on, toujours en plein air; car quand il eut déjà vécu cinq cents ans, un ange lui dit:--«Lève-toi, Mathusalem, et bâtis-toi une maison; car tu vivras encore cinq cents ans».