The Complete Works in Philosophy, Politics and Morals of the late Dr. Benjamin Franklin, Vol. 2 [of 3]

By Benjamin Franklin

Page 163

7 |37 16| 80| 78 | omitted |NW bW|WNW ½N| 65 | | 80 | 79 |
| 19 |36 38 |38 0| 78| 77 | 78| 77 |W S W|NW ½W | 49 | | 79 | 77 |
-------------------------------------------------------------------------


_Journal of a Voyage, &c. continued._


-------------------------------------------------------------------------
| | | |Therm. AM|Therm. PM| | | |Varia-|Therm. |
| | | |---------|---------| | |Dis- |tion |at Noon.|
|Date|Latit.|Long.|Air|Water|Air|Water|Winds|Course|tance |of the|--------|
| | N. | W. | | | | | | | |Needle| | |
| | | | | | | | | |Miles.| West.| A.| W. |
|----|------|-----|---|-----|---|-----|-----|------|------|------|--------|
|Aug | | | | | | | | | | / |
| 20 |37 38 |38 6| 78| 76 | omitted |West |N ¼ W | 62 | | 77 | 75 |
| 21 |36 15 |38 26| 73| 74 | 78| 76 |W N W|S b W | 82 | | 77 | 75 |
| 22 |35 40 |38 44| 7 | 76 | 80| 77 |W b S|S S W | 38 |

Last Page Next Page

Text Comparison with Vie de Franklin, écrite par lui-même - Tome I Suivie de ses œuvres morales, politiques et littéraires

Page 3
Personne n'admire et n'aime plus que moi le rare talent de cet éloquent Écrivain: mais j'ai cru devoir indiquer combien sa conduite, rapprochée de celle de Franklin, peut être une utile et grande leçon pour la Jeunesse.
Page 19
En donnant des leçons n'affectez point d'instruire.
Page 26
Je vous ai raconté tous les détails de mon voyage; et je décrirai de la même manière ma première entrée à Philadelphie, afin que vous puissiez comparer des commencemens si peu favorables, avec la figure que j'y ai faite depuis.
Page 34
Mais son haleine ou sa mine trahissoient, sans doute, sa mauvaise habitude; car bien qu'il eût des lettres de recommandation, il ne put pas trouver de l'emploi, et il continua à loger et à manger avec moi, et à mes dépens.
Page 37
Il n'osoit plus répondre aux interrogations les plus simples, les plus familières, sans me dire auparavant:--«Que prétendez-vous inférer de là»?--Toutefois, il prit une si haute idée de mes talens, qu'il me proposa sérieusement de devenir son collègue dans l'établissement d'une nouvelle secte.
Page 57
Avant de raconter les circonstances de mon établissement, peut-être est-il nécessaire de vous dire quels étoient alors mes principes de morale, afin que vous puissiez voir le degré d'influence qu'ils ont eu depuis sur les évènemens de ma vie.
Page 67
Un excellent compositeur d'imprimerie nommé _Whitemash_, que j'avois connu à Londres, vint m'offrir ses services.
Page 72
Ce sera le meilleur garant de notre liberté.
Page 75
La province étoit alors dans une situation très-alarmante.
Page 77
La méthode qu'il avoit d'abord proposée, étoit de placer sur une haute tour ou sur quelqu'autre édifice élevé une guérite, au-dessus de laquelle seroit une pointe de fer isolée, c'est-à-dire, plantée dans un gâteau de résine.
Page 81
Ce n'est que par degrés que les choses les plus salutaires peuvent être mises en pratique.
Page 82
Son extérieur étoit doux et prévenant.
Page 85
M.
Page 89
Peu de temps après, il s'embarqua pour l'Angleterre, où l'appeloit le service de son pays; et comme depuis le même service l'a presque toujours occupé au dehors, ainsi qu'on le verra dans la suite de ces mémoires, il n'eut plus que peu d'occasions de prendre une part directe aux affaires du collége.
Page 96
Les Français possédoient alors le Canada, où ils avoient, les premiers, fait des établissemens.
Page 97
Dans une lettre écrite à M.
Page 111
FRANKLIN.
Page 113
À la fin de ce second terme, s'il n'est arrivé aucun accident, la somme s'élèvera à quatre millions soixante-un mille livres sterlings, dont je laisse un million soixante-un mille livres sterlings à.
Page 120
Agréez, révérend docteur, ma sincère estime.
Page 122
PÉTITION DE LA MAIN GAUCHE, À CEUX QUI SONT CHARGÉS D'ÉLEVER DES ENFANS.