The Complete Works in Philosophy, Politics and Morals of the late Dr. Benjamin Franklin, Vol. 2 [of 3]

By Benjamin Franklin

Page 18

way, as the eddy, or whirl, passes over land.

If it passes over water, the weight of the surrounding atmosphere
forces up the water into the vacuity, part of which, by degrees,
joins with the whirling air, and adding weight, and receiving
accelerated motion, recedes still farther from the centre or axis of
the trump, as the pressure lessens; and at last, as the trump widens,
is broken into small particles, and so united with air as to be
supported by it, and become black clouds at the top of the trump.

Thus these eddies may be whirlwinds at land, water-spouts at sea. A
body of water so raised, may be suddenly let fall, when the motion,
&c. has not strength to support it, or the whirling arch is broken so
as to admit the air: falling in the sea, it is harmless, unless ships
happen under it; but if in the progressive motion of the whirl it has
moved from the sea, over the land, and then breaks, sudden, violent,
and mischievous torrents are the consequences.

B. FRANKLIN.

FOOTNOTES:

[1] See a paper on this subject, by the late ingenious Mr. Hadley,
in the Philosophical Transactions, wherein this hypothesis for
explaining the trade-winds first appeared.

[2] In Pensylvania.




DOCTOR ----[3] OF BOSTON, TO BENJAMIN FRANKLIN, ESQ. AT PHILADELPHIA.

_On Water-Spouts._

Read at the Royal Society, June 3, 1756.


_Boston, October 16, 1752_.

SIR,

I find by a word or two in your last[4], that you are willing to
be found fault with; which authorises me to let you know what I
am at a loss about in your papers, which is only in the article
of the water-spout. I am in doubt, whether water in bulk, or even
broken into drops, ever ascends into the region of the clouds _per
vorticem_; i. e. whether there be, in reality, what I call a direct
water-spout. I make no doubt of direct and inverted whirl-winds; your
description of them, and the reason of the thing, are sufficient.
I am sensible too, that they are very strong, and often move
considerable weights. But I have not met with any historical accounts
that seem exact enough to remove my scruples concerning the ascent
abovesaid.

Descending spouts (as I take them to be) are many times seen, as I
take it, in the calms, between the sea and land trade-winds on the
coast of Africa. These contrary winds, or diverging, I can conceive
may occasion them, as it were by suction, making a breach in a large
cloud. But I imagine they have, at the same

Last Page Next Page

Text Comparison with Vie de Franklin, écrite par lui-même - Tome I Suivie de ses œuvres morales, politiques et littéraires

Page 4
»Ce qu'il a écrit de sa Vie, montrera, d'une manière frappante, comment un homme peut, par ses talens, son travail, sa probité, s'élever du sein de l'obscurité jusqu'au plus haut degré de la fortune et de la considération.
Page 15
Mais comme la faculté d'écrire en prose m'a été d'une grande utilité dans le cours de ma vie, et a principalement contribué à mon avancement, je vais rapporter comment, dans la situation où j'étois, j'acquis le peu de talent que je possède en ce.
Page 26
Mes poches étoient remplies de chemises et de bas.
Page 28
Je me mis ensuite au lit de très-bonne heure, et ne me réveillai que le lendemain matin.
Page 45
Je fesois ce qu'il désiroit; mais non sans chercher à lui persuader de renoncer à ce travail.
Page 47
On me regardoit comme un excommunié; et quand je m'absentois, il n'y avoit point de tour qu'on ne me jouât.
Page 50
Dès mes plus jeunes ans j'avois beaucoup aimé cet exercice.
Page 53
encore une fois abandonné à moi-même dans ce vaste monde, car l'exécuteur testamentaire s'étant mis à la tête du magasin, je fus congédié.
Page 57
J'avois l'esprit plus cultivé par la lecture que Keimer.
Page 81
Cependant la théorie de Franklin ne manqua pas d'abord d'adversaires.
Page 85
M.
Page 87
»M.
Page 93
du poste dont ils s'étoient emparés.
Page 98
il avoit été élu tous les ans membre de l'assemblée de Pensylvanie.
Page 108
plaignit d'une douleur dans le côté gauche de la poitrine, douleur qui s'accrut, devint extrêmement vive, et fut suivie d'une toux et d'une respiration pénible.
Page 114
la disposition des habitans de Boston, et trois millions sterlings à la disposition du gouvernement de l'état de Massachusett, car je n'ose pas porter mes vues plus loin.
Page 128
Enfin, nous acquérons par le jeu des échecs, l'habitude de ne pas nous décourager, en considérant le mauvais état où nos affaires semblent être quelquefois, l'habitude d'espérer un changement favorable, et celle de persévérer à chercher des ressources.
Page 129
Quiconque réfléchit aux exemples que lui fournissent les échecs, à la présomption que produit ordinairement un succès, à l'inattention qui en est la suite, et qui fait changer la partie, apprend, sans doute, à ne pas trop craindre les avantages de son adversaire, et à ne pas désespérer de la victoire, quoiqu'en la poursuivant il reçoive quelque petit échec.
Page 130
7º.
Page 131
Si durant notre sommeil, nous pouvons avoir des songes agréables, c'est, suivant l'expression des Français, _autant de gagné_, c'est-à-dire, autant d'ajouté aux plaisirs de la vie.