The Complete Works in Philosophy, Politics and Morals of the late Dr. Benjamin Franklin, Vol. 2 [of 3]

By Benjamin Franklin

Page 184

In short, many of the diseases
proceeding from colds, as fevers, pleurisies, &c. fatal to very
great numbers of people, may be ascribed to strong drawing chimneys,
whereby, in severe weather, a man is scorched before while he is
froze behind.[45] In the mean time, very little is done by these
chimneys towards warming the room; for the air round the fire-place,
which is warmed by the direct rays from the fire, does not continue
in the room, but is continually crouded and gathered into the chimney
by the current of cold air coming behind it, and so is presently
carried off.

In both these sorts of fire-places, the greatest part of the heat
from the fire is lost; for as fire naturally darts heat every way,
the back, the two jambs, and the hearth, drink up almost all that is
given them, very little being reflected from bodies so dark, porous,
and unpolished; and the upright heat, which is by far the greatest,
flies directly up the chimney. Thus five-sixths at least of the heat
(and consequently of the fuel) is wasted, and contributes nothing
towards warming the room.

3. To remedy this, the Sieur Gauger gives, in his book entitled, La
Mechanique de Feu, published in 1709, seven different constructions
of the third sort of chimneys mentioned above, in which there are
hollow cavities made by iron plates in the back, jambs, and hearths,
through which plates the heat passing warms the air in those
cavities, which is continually coming into the room fresh and warm.
The invention was very ingenious, and had many conveniencies: the
room was warmed in all parts, by the air flowing into it through the
heated cavities: cold air was prevented rushing through the crevices,
the funnel being sufficiently supplied by those cavities: much less
fuel would serve, &c. But the first expence, which was very great,
the intricacy of the design, and the difficulty of the execution,
especially in old chimneys, discouraged the propagation of the
invention; so that there are, I suppose, very few such chimneys now
in use. [The upright heat, too, was almost all lost in these, as in
the common chimneys.]

4. The Holland iron stove, which has a flue proceeding from the
top, and a small iron door opening into the room, comes next to be
considered. Its conveniencies are, that it makes a room all over
warm; for the chimney being wholly closed, except the flue of the
stove, very little air is required to supply that, and therefore not
much rushes in at crevices, or at the door when it is opened. Little
fuel serves,

Last Page Next Page

Text Comparison with Vie de Franklin, écrite par lui-même - Tome I Suivie de ses œuvres morales, politiques et littéraires

Page 3
Benjamin Franklin Bache[3], qui les a en sa possession et vit maintenant à Londres, en prive si long-temps le Public.
Page 13
Ma manière ne mérite peut-être que le nom de négligence.
Page 16
Je sentis la justesse de ses remarques: je devins plus attentif à la pureté du langage; et je résolus de faire tous mes efforts pour perfectionner mon style.
Page 29
Cependant un incident me fit retourner dans ma ville natale beaucoup plutôt que je n'y comptois.
Page 33
Cependant je n'y allai point; et je fis très-bien; car le lendemain de notre arrivée, le capitaine s'appercevant qu'il lui manquoit une cuiller d'argent et quelques autres objets, qu'on avoit pris dans la chambre du navire, et sachant que ces femmes étoient des prostituées, obtint un ordre pour faire des recherches dans leur logement, y trouva ce qu'on lui avoit volé, et les fit punir.
Page 36
Il l'approuva: mais il me demanda s'il ne seroit pas avantageux que j'allasse en Angleterre, pour choisir moi-même les caractères, et m'assurer que tous les articles fussent de la meilleure espèce.
Page 51
Je me rendis chez lui.
Page 55
nos besoins les plus pressans.
Page 58
Il arriva qu'ils produisirent sur moi un effet précisément contraire à celui qu'on s'étoit proposé en les écrivant; car les argumens du déïsme, qu'on y citoit pour les combattre, me parurent beaucoup plus forts que leur réfutation.
Page 82
Souvent une simple observation lui suffisoit pour détruire tout l'effet d'un long et élégant discours, et déterminer le sort d'une question importante.
Page 84
Or, en comptant que chacun des enfans, qui y ont été admis, y a demeuré trois ans, ainsi qu'il est d'usage, on trouvera qu'on y a donné la principale partie de leur éducation à plus de douze cents enfans, qui, sans cela, seroient restés, pour la plupart, privés de toute espèce d'instruction.
Page 85
Leur correspondance, qui dura environ un an, fut suivie de l'établissement du grand collége, sur les principes du premier.
Page 96
Les premiers philosophes de l'Europe ambitionnèrent d'entrer en correspondance avec lui.
Page 104
Vers la fin de la même année 1776, Franklin fut choisi pour aller suivre les négociations, entamées par Silas Deane à la cour de France.
Page 107
Enfin, il n'offre pas une preuve moins convaincante de la facilité avec laquelle Franklin imitoit le style des anciens temps et des nations étrangères, que sa fameuse parabole contre la persécution; et de même que cette parabole a engagé plusieurs personnes à la chercher dans la bible, le discours algérien a été cause que des curieux ont cherché dans diverses bibliothèques, l'ouvrage d'où l'on disoit qu'il étoit tiré[59].
Page 111
À Philadelphie, le 17 juillet 1788.
Page 112
ses ancêtres, est, en quelque sorte, obligé de le transmettre à ses descendans.
Page 119
BOSTON.
Page 123
le sort de notre pauvre famille? Nos parens ne se repentiront-ils pas alors amèrement d'avoir mis une si grande différence entre deux soeurs si parfaitement égales? Hélas! nous périrons de misère.
Page 126
--«Heureux peuple! dis-je en moi-même, vous vivez certainement sous un gouvernement sage, équitable et doux, puisque vous n'avez à vous plaindre d'aucun abus, et que l'unique sujet de vos contestations est la perfection ou l'imperfection d'une musique étrangère.