The Complete Works in Philosophy, Politics and Morals of the late Dr. Benjamin Franklin, Vol. 2 [of 3]

By Benjamin Franklin

Page 199

placing it
as far back in the groove as you can, to leave room for the sliding
plate: then lay on your top plate, with mortar in its grooves also,
screwing the whole firmly together by means of the rods. The capital
letters A B D E, &c. in Plate VIII., shew the corresponding parts of
the several plates. Lastly, the joints being pointed all round on the
outside, the fire-place is fit for use.

When you make your first fire in it, perhaps if the chimney be
thoroughly cold, it may not draw, the work too being all cold and
damp. In such case, put first a few shovels of hot coals in the
fire-place, then lift up the chimney-sweeper's trap-door, and putting
in a sheet or two of flaming paper, shut it again, which will set
the chimney a drawing immediately, and when once it is filled with a
column of warm air, it will draw strongly and continually.

The drying of the mortar and work by the first fire may smell
unpleasantly, but that will soon be over.

In some shallow chimneys, to make more room for the false back and
its flue, four inches or more of the chimney back may be picked away.

Let the room be made as tight as conveniently it may be, so will the
outer air, that must come in to supply the room and draught of the
fire, be all obliged to enter through the passage under the bottom
plate, and up through the air-box, by which means it will not come
cold to your backs, but be warmed as it comes in, and mixed with the
warm air round the fire-place, before it spreads in the room.

But as a great quantity of cold air, in extreme cold weather
especially, will presently enter a room if the door be carelessly
left open, it is good to have some contrivance to shut it, either by
means of screw hinges, a spring, or a pulley.

When the pointing in the joints is all dry and hard, get some
powder of black lead (broken bits of black lead crucibles from the
silver-smiths, pounded fine, will do) and mixing it with a little rum
and water, lay it on, when the plates are warm, with a hard brush,
over the top and front-plates, part of the side and bottom-plates,
and over all the pointing; and, as it dries, rub it to a gloss with
the same brush, so the joints will not be discerned, but it will look
all of a piece, and shine like new iron. And

Last Page Next Page

Text Comparison with Vie de Franklin, écrite par lui-même - Tome I Suivie de ses œuvres morales, politiques et littéraires

Page 11
Je n'avois encore que dix ans, lorsque mon père me rappela auprès de lui pour l'aider dans sa nouvelle profession.
Page 13
parloit jamais des mets qui paroissoient sur la table.
Page 15
Mathieu Adams, négociant très-éclairé, qui avoit une belle collection de livres, et qui fréquentoit notre imprimerie, fit attention à moi.
Page 17
J'avois environ seize ans, lorsque je lus par hasard un ouvrage de Tryon, dans lequel il recommande le régime végétal.
Page 19
Le voici: Car.
Page 25
Comme.
Page 30
Je ne sus alors rien de tout cela: mais mon beau-frère me le raconta dans la suite à Boston.
Page 32
Holmes dit tout ce qu'il put en faveur du projet: mais mon père soutint constamment qu'il étoit absurde, et refusa d'y concourir.
Page 57
C'étoit, dans le fait, un assez étrange animal, ignorant les usages du monde, prompt à combattre grossièrement les opinions reçues, enthousiaste sur certains points de religion, d'une mal-propreté rebutante, et de plus, un peu fripon.
Page 60
Nous nous assemblions les vendredis au soir.
Page 63
J'en retirai un autre avantage; c'est qu'en lisant ma feuille, les principaux habitans de Philadelphie, virent dans l'auteur de ce papier un homme si bien en état de se servir de sa plume, et jugèrent qu'il convenoit de le soutenir et de l'encourager.
Page 70
Ainsi, je corrigeai, autant que je le pus, le tort que j'avois eu envers miss Read, lequel étoit, comme je l'ai dit, une des grandes erreurs de ma jeunesse.
Page 84
Il espéra que Philadelphie alloit avoir une institution semblable aux colléges et aux universités d'Europe; institution à laquelle, suivant lui, son premier collége devoit seulement servir de base.
Page 90
Il vouloit, en même-temps, que le nombre de ces représentans fût proportionné aux sommes que chaque colonie verseroit dans le trésor public, avec cette restriction, qu'aucune ne pourroit en avoir ni plus de sept, ni moins de deux.
Page 91
En homme intelligent et sage, il avoit exactement ménagé leurs intérêts divers.
Page 96
Par le traité de paix signé en 1762, la France abandonna le Canada à la Grande-Bretagne; et par la cession, qu'elle fit peu après, de la Louisiane, elle perdit toutes ses possessions dans le continent d'Amérique.
Page 103
_) La conservation des colonies de l'Amérique septentrionale étoit si avantageuse à l'Angleterre, qu'il falloit avoir un entêtement extravagant pour continuer à employer des moyens propres à donner à leurs habitans l'idée de se séparer d'elle.
Page 115
Certes, je désire que l'une et l'autre entreprennent de former l'établissement que j'ai conçu, parce que je pense que, quoiqu'il puisse s'élever des difficultés imprévues, on peut trouver le moyen de les vaincre, et de rendre le plan praticable.
Page 129
Quiconque réfléchit aux exemples que lui fournissent les échecs, à la présomption que produit ordinairement un succès, à l'inattention qui en est la suite, et qui fait changer la partie, apprend, sans doute, à ne pas trop craindre les avantages de son adversaire, et à ne pas désespérer de la victoire, quoiqu'en la poursuivant il reçoive quelque petit échec.
Page 136
Souvenez-vous que six livres sterlings ne font pas quatre sous par jour.