The Complete Works in Philosophy, Politics and Morals of the late Dr. Benjamin Franklin, Vol. 2 [of 3]

By Benjamin Franklin

Page 231

drawing state day
and night, winter and summer.

Blacking of funnels, exposed to the sun, would probably make them
draw still stronger.

In Paris I saw a fire-place so ingeniously contrived as to serve
conveniently two rooms, a bedchamber and a study. The funnel over the
fire was round. The fire-place was of cast iron (Plate, Figure 13.)
having an upright back A, and two horizontal semicircular plates B C,
the whole so ordered as to turn on the pivots D E. The plate B always
stopped that part of the round funnel that was next to the room
without fire, while the other half of the funnel over the fire was
always open. By this means a servant in the morning could make a fire
on the hearth C, then in the study, without disturbing the master by
going into his chamber; and the master, when he rose, could, with a
touch of his foot, turn the chimney on its pivots, and bring the fire
into his chamber, keep it there as long as he wanted it, and turn it
again, when he went out, into his study. The room which had no fire
in it was also warmed by the heat coming through the back plate, and
spreading in the room, as it could not go up the chimney.

FOOTNOTES:

[51] This letter, which has been published in a separate pamphlet,
both in this country and America, first appeared in the Transactions
of the American Philosophical Society, in which it was read Oct. 21,
1785. _Editor._

[52] See Notes at the end of the Letter, No. I.

[53] See Notes at the end of the Letter, No. II.

[54] See Notes at the end of the letter, No. II.

[55] See Notes at the end of the letter, No. II.

[56] See Notes at the end of the letter, No. III.

[57] See Notes at the end of the Letter, No. II.

[58] "It may be just remarked here, that upon comparing these
proportions with those arising from the common divisions of the
monochord, it happens that the first answers to unisons, and although
the second is a discord, the third answers to the third minor, the
fourth to the third major, the fifth to the fourth, the sixth to the
fifth, and the seventh to the octave." NUTSHELLS, page 85.

[59] Badoin. _Editor._


[Illustration:

_Plate X._ _Vol. II. page 297._

STOVE FOR BURNING PIT-COAL.

_Published as the Act directs, April 1, 1806, by Longman, Hurst, Rees
& Orme, Paternoster Row._]




_Description of a new Stove for burning of Pitcoal, and

Last Page Next Page

Text Comparison with Expériences et observations sur l'électricité faites à Philadelphie en Amérique

Page 11
On doit donc entendre par corps électriques ceux qui le sont naturellement qui n'ont besoin que d'être frottés pour en donner des preuves, & par corps non-électriques ceux qui ne peuvent devenir électriques que par communication, comme sont les métaux.
Page 30
De ces trois choses, sçavoir l'extrême subtilité de la matière électrique, la mutuelle répulsion de ses parties, & la forte attraction entr'elles & une autre matière, il en résulte cet effet, que quand une quantité de matière électrique est appliquée à une masse de matière commune d'une grosseur & d'une longueur sensibles, qui n'a pas déjà acquis sa quantité, elle se répand aussitôt également dans la totalité.
Page 60
45.
Page 64
Au lieu d'eau, je mets dans la bouteille du menu plomb, comme du plomb à perdreaux, ou de la cendrée: après l'avoir armée de son crochet, & l'avoir électrisée, j'en fais l'analyse, suivant la méthode de M.
Page 67
54.
Page 76
Ici les expressions me manquent, & je doute beaucoup si je pourrai rendre cette partie de mon ouvrage intelligible.
Page 80
De là nous voyons l'impossibilité du succès dans les expériences proposées, de tirer les _effluves_ salutaires d'un corps non-électrique, de la canelle par exemple, & de les mêler avec le fluide électrique pour les faire passer avec lui dans le corps, en l'enfermant dans le tube, & le soumettant au frottement, &c.
Page 82
J'ajouterai seulement que, comme il a été observé ici que l'on peut enflammer en été les esprits par le moyen d'une étincelle électrique sans les avoir chauffés, lorsque le thermomètre de _Farhenheit_ est au-dessus de 70.
Page 99
140.
Page 107
pieds de longueur, de manière que les bassins attachés à des cordons de soye soient environ à un pied de terre, ces bassins tourneront circulairement par le détortillement de la ficelle.
Page 113
On y dressoit des pointes métalliques de la manière dont il a été expliqué ci-devant, on garantiroit ces édifices de la foudre.
Page 115
Mais je suis sûr que les précautions dont je me suis presque toujours servi en pareil cas, auroient pû les en garantir, & j'exhorte tous ceux qui voudront faire de pareilles observations sur le tonnerre, à mettre en usage ces mêmes précautions.
Page 117
Elles ont été frappées d'un coup donné en même tems par deux grandes cucurbites de verre revêtuës en dedans & en dehors de fëuilles d'étain & bien armées pour l'expérience de Leyde, & par deux gros matras dorés.
Page 135
de les considérer en particulier dans la vûe d'en découvrir la direction.
Page 136
Dans chaque coup de tonnerre je pense que le courant de fluide électrique qui est en mouvement pour rétablir l'équilibre entre la nuée & la terre, doit toujours préalablement trouver son passage & tracer, pour ainsi dire, sa course, le long de tous les conducteurs qu'il peut trouver dans son chemin, tels que les métaux, les murailles moites, les bois humides, &c.
Page 137
Cependant elle est suffisante pour conduire la charge de cinq gros vases, & je ne sçais de combien davantage.
Page 142
la recevroit & la rassembleroit assurément; mais ayant tenu les bouteilles dans cette situation pendant un tems considérable, pendant lequel le globe ne cessa de tourner, je ne m'apperçus point que la seconde bouteille fut chargée le moins du monde, car quand je portai le doigt au crochet, comme dans l'expérience de Leyde, je n'éprouvai pas la moindre commotion, & je ne vis pas une étincelle partir du crochet.
Page 152
En faisant ces expériences il trouva qu'un homme pouvoit, sans risquer beaucoup, supporter un choc beaucoup plus fort qu'il n'imaginoit; car sans y prendre garde il reçut un coup de deux de ces pots au travers des bras & du corps, lorsqu'ils étoient presqu'entiérement chargés; il lui sembla recevoir un coup universel depuis la tête jusqu'aux pieds dans tout le corps; il fut suivi d'un tremblement vif & violent dans le tronc qui se dissipa petit à petit dans quelques secondes; il fut quelques minutes avant de reprendre ses esprits au point de connoître ce dont il s'agissoit, car il ne vit point l'étincelle, quoique son oeil fût tout près du premier conducteur, d'où elle frappa le revers de sa main; il n'entendit pas plus le bruit du coup, quoique les assistans disent qu'il avoit été considérable; il ne sentit pas davantage en particulier le coup sur sa main, quoiqu'il vit ensuite qu'il y avoit causé une enflure de la grosseur d'une chevrotine ou d'une balle de pistolet.
Page 157
_Bouteilles_ chargées de la même & de différentes manières, I.
Page 160
_Feüille_ d'or bien aiguë se soutient près du conducteur sans lame inférieure, II.