The Complete Works in Philosophy, Politics and Morals of the late Dr. Benjamin Franklin, Vol. 2 [of 3]

By Benjamin Franklin

Page 263

since
the memory is capable of retaining for some moments a perfect idea of
the pitch of a past sound, so as to compare with it the pitch of a
succeeding sound, and judge truly of their agreement or disagreement,
there may and does arise from thence a sense of harmony between the
present and past sounds, equally pleasing with that between two
present sounds. Now the construction of the old Scotch tunes is this,
that almost every succeeding emphatical note is a third, a fifth, an
octave, or in short some note that is in concord with the preceding
note. Thirds are chiefly used, which are very pleasing concords. I
use the word _emphatical_ to distinguish those notes which have a
stress laid on them in singing the tune, from the lighter connecting
notes, that serve merely, like grammar articles in common speech, to
tack the whole together.

That we have a most perfect idea of a sound just past, I might appeal
to all acquainted with music, who know how easy it is to repeat a
sound in the same pitch with one just heard. In tuning an instrument,
a good ear can as easily determine that two strings are in unison
by sounding them separately, as by sounding them together; their
disagreement is also as easily, I believe I may say more easily and
better distinguished, when sounded separately; for when sounded
together, though you know by the beating that one is higher than the
other, you cannot tell which it is. I have ascribed to memory the
ability of comparing the pitch of a present tone with that of one
past. But if there should be, as possibly there may be, something
in the ear, similar to what we find in the eye, that ability would
not be entirely owing to memory. Possibly the vibrations given to
the auditory nerves by a particular sound may actually continue some
time after the cause of those vibrations is past, and the agreement
or disagreement of a subsequent sound become by comparison with them
more discernible. For the impression made on the visual nerves by a
luminous object will continue for twenty or thirty seconds. Sitting
in a room, look earnestly at the middle of a window a little while
when the day is bright, and then shut your eyes; the figure of the
window will still remain in the eye, and so distinct that you may
count the panes. A remarkable circumstance attending this experiment,
is, that the impression of forms is better retained than that of
colours; for after the eyes are shut, when

Last Page Next Page

Text Comparison with Vie de Franklin, écrite par lui-même - Tome I Suivie de ses œuvres morales, politiques et littéraires

Page 1
Je déclare que je poursuivrai devant les Tribunaux tout_ Contrefacteur, Distributeur _ou_ Débitant _d'Édition contrefaite.
Page 12
Il dessinoit avec propreté, et savoit un peu de musique.
Page 29
J'avois un beau-frère, nommé _Robert Holmes_, qui commandoit une corvette et fesoit le commerce entre Boston et la Delaware.
Page 35
parce que quand il avoit trop bu, il étoit extrêmement contrariant.
Page 36
je les ferai venir.
Page 41
Je me rendis à son logement.
Page 44
Dès-lors, Palmer me traita avec plus de considération, et me regarda comme un jeune homme de talent; mais il me fit des reproches sérieux sur les principes de mon pamphlet, qu'il regardoit comme abominables.
Page 49
» J'obtins une fois la permission de lui rendre visite.
Page 52
Elle dura long-temps, et enfin il y succomba.
Page 72
Il s'établit des bibliothèques en différens endroits; et elles sont maintenant très-multipliées dans les États-Unis, particulièrement en Pensylvanie.
Page 74
Il devint nécessaire que les citoyens s'armassent pour leur défense.
Page 80
Il est aisé de se convaincre de l'injustice de cette assertion.
Page 84
» Ces statuts étant signés et rendus publics, avec les noms des personnes qui se proposoient pour fondateurs et curateurs, le dessein en fut si bien approuvé par les généreux citoyens de Philadelphie, qu'au bout de peu de semaines, il y eut une souscription de huit cents livres sterlings par an, pour l'espace de cinq années.
Page 86
Notre bibliothèque de livres anglais est très-bien composée, et nous y avons un assortiment de machines pour les expériences de physique, assortiment qui n'est pas considérable, mais que nous espérons incessamment completter.
Page 108
»Il resta dans cet état jusqu'au cinquième jour qui précéda sa mort.
Page 118
Et pourquoi, vous et moi, nous affligerions-nous de son départ, puisque nous devons bientôt le suivre, et que nous savons où nous le trouverons? Adieu.
Page 126
» Je les laissai là, pour tourner la tête du côté d'un vieillard à cheveux blancs, qui, seul sur une autre feuille, se parloit à lui-même.
Page 137
que vous pourrez épargner à l'avenir, sans un grand inconvénient.
Page 140
Vos lecteurs qui, comme moi, lisent rarement la partie astronomique de l'almanach, et n'ont jamais apperçu avant midi, aucun signe du lever du soleil, seront aussi étonnés que je l'ai été moi-même, quand ils apprendront qu'il se lève de si bonne heure, et sur-tout quand je les assurerai qu'il éclaire aussitôt qu'il se lève.
Page 141
Alors, si nous prenons six heures par jour pour terme modéré du temps qui s'écoule entre le lever du soleil et le nôtre, puisqu'il se lève durant six mois, depuis six heures jusqu'à huit heures avant midi, et qu'alors nous brûlions de la chandelle chaque jour pendant sept heures de suite, voici le compte qui en résultera.