The Complete Works in Philosophy, Politics and Morals of the late Dr. Benjamin Franklin, Vol. 2 [of 3]

By Benjamin Franklin

Page 271

several other new
words have been introduced into our parliamentary language. For
example, I find a verb from the substantive _notice_. _I should
not have_ noticed _this, were it not that the gentleman_, &c. Also
another verb, from the substantive _advocate_; _The gentleman who_
advocates, _or who has_ advocated _that motion_,&c. Another from
the substantive _progress_, the most awkward and abominable of the
three: _the committee having_ progressed, _resolved to adjourn_. The
word _opposed_, though not a new word, I find used in a new manner,
as, _the gentlemen who are_ opposed _to this measure, to which I
have also myself always been_ opposed. If you should happen to be
of my opinion with respect to these innovations, you will use your
authority in reprobating them.

The Latin language, long the vehicle used in distributing knowledge
among the different nations of Europe, is daily more and more
neglected; and one of the modern tongues, viz. French, seems, in
point of universality, to have supplied its place. It is spoken in
all the courts of Europe; and most of the literati, those even who
do not speak it, have acquired enough knowledge of it, to enable
them easily to read the books, that are written in it. This gives
a considerable advantage to that nation. It enables its authors
to inculcate and spread through other nations, such sentiments
and opinions, on important points, as are most conducive to its
interests, or which may contribute to its reputation, by promoting
the common interests of mankind. It is, perhaps, owing to its being
written in French, that Voltaire's Treatise on Toleration has had so
sudden and so great an effect on the bigotry of Europe, as almost
entirely to disarm it. The general use of the French language has
likewise a very advantageous effect on the profits of the bookselling
branch of commerce, it being well known, that the more copies can
be sold, that are struck off from one composition of types, the
profits increase in a much greater proportion, than they do in
making a greater number of pieces in any other kind of manufacture.
And at present there is no capital town in Europe without a French
bookseller's shop corresponding with Paris. Our English bids fair
to obtain the second place. The great body of excellent printed
sermons in our language, and the freedom of our writings on political
subjects, have induced a great dumber of divines of different sects
and nations, as well as gentlemen concerned in public affairs, to
study it, so far at least as to read it. And if we were to endeavour
the facilitating its

Last Page Next Page

Text Comparison with Vie de Franklin, écrite par lui-même - Tome I Suivie de ses œuvres morales, politiques et littéraires

Page 14
Je vendis ensuite ce recueil pour acheter la _Collection historique de R.
Page 18
Quand mon frère et ses ouvriers quittoient l'imprimerie pour aller dîner, j'y demeurois; et après avoir fait mon frugal repas, qui n'étoit souvent composé que d'un biscuit, ou d'un morceau de pain, avec une grappe de raisin, ou, enfin, d'un gâteau pris chez le pâtissier et d'un verre d'eau, j'employois à étudier le temps qui me restoit jusqu'à leur retour.
Page 21
Alors je me nommai.
Page 32
Mais enfin, comme mon frère étoit toujours sombre et de mauvaise humeur, je donnai aux ouvriers un schelling pour boire, et me retirai.
Page 34
Sachant que j'avois l'argent de Vernon, il m'engageoit sans cesse à lui en prêter, me promettant de me le rendre aussitôt qu'il auroit de l'emploi.
Page 49
En conséquence, elle disposa de tous ses biens pour être employés en oeuvres de charité, ne se réservant qu'une rente annuelle d'onze livres sterlings, dont elle donnoit encore une partie aux pauvres.
Page 51
C'étoit sir William Wyndham.
Page 54
Keimer me traitoit avec beaucoup de politesse et avec une apparente estime; et rien ne me causoit de l'inquiétude, sinon la créance de Vernon, que j'étois encore hors d'état de payer, mes épargnes ayant été jusqu'alors très-peu de chose.
Page 56
Je fournis une liste des objets qu'il étoit nécessaire de faire venir de Londres.
Page 59
Je réglai mes comptes avec Keimer, et le quittai de son consentement, avant qu'il eût connoissance de mon projet.
Page 67
Je craignis d'abord, d'avoir en lui un puissant concurrent, car il tenoit à une famille opulente et respectée.
Page 73
En 1732, Franklin commença à publier l'_Almanach du Bon-homme Richard_, ouvrage remarquable par le grand nombre de maximes simples et précieuses, qu'il contient, et qui tendent toutes à faire sentir les avantages de l'industrie et de la frugalité.
Page 75
Il en découvrit deux sortes, qu'il distingua sous.
Page 87
«Comme je vous ai écrit, mon cher Monsieur, une très-longue lettre, par la voie de Bristol, je n'ai maintenant que peu de choses à vous dire.
Page 88
Smith arriva à Philadelphie, et fut aussitôt placé à la tête du collége.
Page 100
On a su depuis que l'idée en étoit due à quelques Américains réfugiés en Angleterre, et mécontens de leur patrie.
Page 111
-- Je suis persuadé que plusieurs de ces dettes seront inévitablement perdues: mais je me flatte qu'on en recouvrera beaucoup.
Page 123
Je suis, avec un profond respect, Messieurs, Votre obéissante servante, LA MAIN GAUCHE LA BELLE JAMBE ET LA JAMBE DIFFORME.
Page 126
«L'opinion, dit-il, des savans philosophes de notre espèce, qui ont fleuri long-temps avant ce temps-ci, étoit que ce vaste monde, qu'on nomme _le Moulin-Joli_, ne pourroit pas subsister plus de dix-huit heures; et je pense que cette opinion n'étoit pas sans fondement, puisque par le mouvement apparent du grand luminaire, qui donne la vie à toute la nature, et qui depuis que j'existe a, d'une manière sensible, considérablement décliné vers l'océan[61], qui borne cette terre, il faut qu'à cette époque, il termine son cours, s'éteigne dans les eaux qui nous environnent, et laisse le monde dans le froid et dans les ténèbres, qui produiront nécessairement une mort et une destruction universelle.
Page 141
J'avoue qu'il m'a un peu embarrassé: mais il ne m'a point satisfait; et les observations que j'ai faites, et dont je vous ai rendu compte plus haut, m'ont confirmé dans ma première opinion.