The Complete Works in Philosophy, Politics and Morals of the late Dr. Benjamin Franklin, Vol. 2 [of 3]

By Benjamin Franklin

Page 302

increases families, that live on their fortunes, and which,
in England, we call the gentry; and the observation we cannot but
make in the southern part of this kingdom, that those families,
including all superior ones, are gradually becoming extinct,
affords the clearest proof, that luxury (that is, a greater expence
of subsistence than in prudence a man ought to consume) is as
destructive as a proportionable want of it; but in Scotland, as
in Switzerland, the gentry, though one with another they have not
one-fourth of the income, increase in number.

And here I cannot help remarking, by the by, how well founded your
distinction is between the increase of mankind in old and new settled
countries in general, and more particularly in the case of families
of condition. In America, where the expences are more confined, to
necessaries, and those necessaries are cheap, it is common to see
above one hundred persons descended from one living old man. In
England, it frequently happens, where a man has seven, eight, or more
children, there has not been a descendant in the next generation,
occasioned by the difficulties the number of children has brought on
the family, in a luxurious dear country, and which have prevented
their marrying.

That this is more owing to luxury than mere want appears from what I
have said of Scotland, and more plainly from parts of England remote
from London, in most of which the necessaries of life are nearly as
dear, in some dearer than London, yet the people of all ranks marry
and breed up children.

Again; among the lower ranks of life, none produce so few children
as servants. This is, in some measure, to be attributed to their
situation, which hinders marriage, but is also to be attributed to
their luxury and corruption of manners, which are greater than among
any other set of people in England, and is the consequence of a
nearer view of the lives and persons of a superior rank, than any
inferior rank, without a proper education, ought to have.

The quantity of subsistence in England has unquestionably become
greater for many ages; and yet if the inhabitants are more numerous,
they certainly are not so in proportion to our improvement of the
means of support. I am apt to think there are few parts of this
kingdom, that have not been at some former time more populous than
at present. I have several cogent reasons for thinking so of great
part of the counties I am most intimately acquainted with; but as
they were probably not all most populous at the same time,

Last Page Next Page

Text Comparison with Vie de Franklin, écrite par lui-même - Tome I Suivie de ses œuvres morales, politiques et littéraires

Page 3
Cette comparaison, tout entière à l'avantage de Franklin, ne doit pas faire supposer que je cherche à déprécier Jean-Jacques.
Page 5
J'aime à penser que vous aurez, ainsi que moi, du plaisir à connoître les circonstances de mon origine et de ma vie, circonstances qui, en grande partie, sont encore ignorées de vous.
Page 13
Mais nous ne devons pas nous parer pour une société particulière, comme pour un bal de cérémonie.
Page 45
.
Page 50
Denham me dit que son dessein étoit d'emporter à Philadelphie une grande quantité de marchandises, afin d'y ouvrir un magasin; et il m'offrit de me prendre avec lui, en qualité de commis, pour avoir soin de son magasin, copier ses lettres, et tenir ses livres, ce qu'il se chargeroit de m'apprendre.
Page 55
Lorsque Keimer me paya le second quartier de mes gages, il me donna à entendre qu'il les trouvoit trop considérables, et qu'il croyoit que je devois lui faire une diminution.
Page 60
Nous nous assemblions les vendredis au soir.
Page 61
William Parsons, à qui on avoit fait apprendre le métier de cordonnier, mais qui, ayant du goût pour la lecture, acquit de profondes connoissances dans les mathématiques.
Page 70
L'un des membres observa un jour que, puisque nos livres étoient fréquemment cités dans le cours de nos discussions, il seroit convenable de les avoir tous dans le lieu de nos assemblées, afin de les consulter au besoin.
Page 72
À l'exemple de cette société, il s'en forma plusieurs autres dans la même ville: mais toutes finirent par se réunir à la première qui, par ce moyen, acquit un surcroît considérable de livres et de revenu.
Page 74
Franklin en sentit bientôt la nécessité; et vers l'année 1738, il forma, à Philadelphie, la première compagnie pour éteindre les incendies.
Page 92
En 1754, on envoya sur les lieux un corps de troupes dont le commandement fut donné à Washington; car, quoique très-jeune encore, cet officier s'étoit conduit, l'année précédente, de manière à prouver qu'il méritoit cette confiance.
Page 96
Bien plus: ils commettoient de pareils excès, lors même que la France et l'Angleterre étoient en paix.
Page 111
Cependant elles se trouvent détaillées dans mon grand livre, coté E; et je les lègue aux administrateurs de l'hôpital de Pensylvanie, espérant que les débiteurs, ou leurs successeurs, qui font à présent quelque difficulté d'acquitter ces dettes, parce qu'ils les croient trop anciennes, voudront pourtant bien en compter le montant, comme une charité, en faveur de l'excellente institution de l'hôpital.
Page 113
Comme ces prêts sont destinés à faciliter l'établissement des jeunes ouvriers qui se marieront, il faut que les administrateurs ne prêtent à une même personne ni plus de soixante livres sterlings, ni moins de quinze.
Page 121
_ Quand j'ai vu une douce, aimable et jolie fille mariée à un homme d'un caractère dur et brutal: _C'est grand'pitié,_ ai-je dit, _qu'elle ait payé si cher pour un sifflet.
Page 126
» Je les laissai là, pour tourner la tête du côté d'un vieillard à cheveux blancs, qui, seul sur une autre feuille, se parloit à lui-même.
Page 128
La _prudence_, qui jamais n'agit trop précipitamment.
Page 142
Que chaque jour, au lever du soleil, on fasse.
Page 143
Je ne soutiendrai point, contre ces critiques, que les anciens ne savoient pas que le soleil devoit se lever à certaines heures.