The Complete Works in Philosophy, Politics and Morals of the late Dr. Benjamin Franklin, Vol. 2 [of 3]

By Benjamin Franklin

Page 311

the same boards. Thus the
officers, appointed to collect the accounts in each district, have
only to pass before the doors, and enter into their book what they
find marked on the board, without giving the least trouble to the
family. There is a penalty on marking falsely, and as neighbours must
know nearly the truth of each others account, they dare not expose
themselves, by a false one, to each others accusation. Perhaps such a
regulation is scarcely practicable with us[83].

FOOTNOTE:

[83] The above passage is taken from Dr. Percival's Essays, Vol.
III. p. 25, being an extract from a letter written to him, by
Dr. Franklin, on the subject of his observations on the state of
population in Manchester and other adjacent places. B. V.




_Positions to be examined, concerning national Wealth[84]._


1. All food or subsistence for mankind arise from the earth or waters.

2. Necessaries of life, that are not foods, and all other
conveniences, have their values estimated by the proportion of food
consumed while we are employed in procuring them.

3. A small people, with a large territory, may subsist on the
productions of nature, with no other labour than that of gathering
the vegetables and catching the animals.

4. A large people, with a small territory, finds these insufficient,
and, to subsist, must labour the earth, to make it produce greater
quantities of vegetable food, suitable for the nourishment of men,
and of the animals they intend to eat.

5. From this labour arises a _great increase_ of vegetable and
animal food, and of materials for clothing, as flax, wool, silk,
&c. The superfluity of these is wealth. With this wealth we pay for
the labour employed in building our houses, cities, &c. which are
therefore only subsistence thus metamorphosed.

6. _Manufactures_ are only _another shape_ into which so much
provisions and subsistence are turned, as were equal in value to the
manufactures produced. This appears from hence, that the manufacturer
does not, in fact, obtain from the employer, for his labour, _more_
than a mere subsistence, including raiment, fuel, and shelter: all
which derive their value from the provisions consumed in procuring
them.

7. The produce of the earth, thus converted into manufactures, may be
more easily carried to distant markets than before such conversion.

8. _Fair commerce_ is, where equal values are exchanged for equal,
the expence of transport included. Thus, if it costs A in England
as much labour and charge to raise a bushel of wheat, as it costs B
in France to produce four gallons of wine, then are four gallons of
wine the fair exchange for a

Last Page Next Page

Text Comparison with Expériences et observations sur l'électricité faites à Philadelphie en Amérique

Page 10
Il s'en assura encore d'une autre façon: ayant fixé au bout d'un bâton de sapin d'environ quatre pouces de long une boule d'yvoire d'un peu plus d'un pouce de diamètre, il enfonça l'autre bout du bâton dans le bouchon de liége: ayant ensuite frotté le tube, il vit avec plaisir que la boule attiroit & repoussoit le duvet avec plus de force que n'avoit fait le liége.
Page 25
Il n'y a personne qui ne reconnoisse à tous ces traits le plus redoutable des météores; c'est la raison pour laquelle on a donné à cette expérience le nom de tonnerre artificiel.
Page 33
Entre F A H, il y a une plus grande portion qui a encore une moindre surface pour s'y appuyer & pour en être attirée; c'est pourquoi vous pouvez toujours l'enlever plus facilement.
Page 35
20.
Page 50
.
Page 57
123.
Page 74
Je n'ignore pas que le sentiment commun est qu'il traverse aisément le verre, & qu'on allégue en preuve l'expérience d'une plume suspenduë par un fil dans une bouteille scellée hermétiquement, & qu'on la met en mouvement en approchant un tube frotté de la surface extérieure de la bouteille; mais si le fluide électrique traverse si aisément le verre, comment la fiole devient-elle chargée (pour me servir de l'expression usitée,) lorsque nous la tenons dans nos mains? Le feu poussé dans la bouteille par le fil-d'archal ne la traverseroit-il pas pour venir jusqu'à nos mains, & pour s'échapper ainsi sur le plancher? En ce cas la bouteille ne demeureroit-elle pas toujours dans le même état, c'est-à-dire sans être chargée, comme nous sçavons que demeureroit une bouteille de métal qu'on essayeroit de charger de la sorte? Assurément s'il y a la moindre fêlure, la plus petite solution de continuité dans le verre, quoiqu'il reste si serré que rien autre chose que nous sçachions n'y puisse passer; cependant le fluide électrique, à cause de son extrême subtilité, volera à travers cette fêlure avec la plus grande liberté; & nous sommes sûrs qu'une telle bouteille ne peut jamais être chargée.
Page 79
.
Page 80
De là nous voyons l'impossibilité du succès dans les expériences proposées, de tirer les _effluves_ salutaires d'un corps non-électrique, de la canelle par exemple, & de les mêler avec le fluide électrique pour les faire passer avec lui dans le corps, en l'enfermant dans le tube, & le soumettant au frottement, &c.
Page 81
Je mis pareillement dans une fiole au lieu d'eau une liqueur fortement purgative, & alors je chargeai la fiole, & j'en tirai des coups à plusieurs reprises.
Page 98
Je vous envoye dans une boëte deux petites piéces de verre couvertes de ces taches métalliques, lesquelles ne peuvent être effacées sans enlever une partie du verre.
Page 100
Ceci paroîtra évident, lorsque la différence de la finesse dans les angles sera devenuë fort grande.
Page 110
nuit, à l'approche & dans le tems des orages; c'est ce qu'ils appellent le feu S.
Page 114
Pour calmer les craintes de ceux qui, malgré ces raisons, pourroient appréhender que les pointes élevées sur leurs maisons n'y attirassent le feu du ciel, j'ajouterai ici un autre moyen de les mettre tout-à-fait en sureté.
Page 125
Mais cette lumière n'est pas la même, quand le corps est électrisé positivement, & quand il l'est négativement.
Page 136
est limitée & surmontée par la cohésion des parties du corps qu'il traverse au point d'empêcher l'explosion; mais quand le fluide vient en trop grande quantité pour être retenu par cette cohésion, il fait explosion, & déchire ou fond le corps qui s'efforçoit de lui résister.
Page 138
Un jour pendant cet hyver, les timbres sonnèrent long-tems pendant une chûte de neiges, quoique l'on n'entendît point de tonnerre & qu'on ne vît point d'éclairs; quelquefois les.
Page 147
_ _Première Expérience.
Page 157
_Corps_ (les) électriques, comme le verre, ne souffrent de.
Page 161
200.