The Complete Works in Philosophy, Politics and Morals of the late Dr. Benjamin Franklin, Vol. 2 [of 3]

By Benjamin Franklin

Page 49

I intend to send you a copy of it by
some other opportunity, for your perusal. I imagine you will find all
the appearances you saw, accounted for by my hypothesis. I thank you
for communicating the account of them. At present I would only say,
that the opinion of winds being generated in clouds by fermentation,
is new to me, and I am unacquainted with the facts on which it is
founded. I likewise find it difficult to conceive of winds confined
in the body of clouds, which I imagine have little more solidity than
the fogs on the earth's surface. The objection from the freshness
of rain-water is a strong one, but I think I have answered it in the
letter above-mentioned, to which I must beg leave, at present, to
refer you.


[In Mr. Collinson's edition, there followed here, several extracts,
on water-spouts, from Dampier's Voyages, which, as Dampier's book is
by no means scarce, and is consequently accessible to the reader, we
have omitted, and shall content ourselves with giving the references.
The extracts are three. The first is from Vol. I. p. 451. The second
and third from Vol. III. p. 182 and 223.]




_Gentleman of New York in Reply._

Read at the Royal Society, December 6, 1756.


_April 2, 1754._

Any knowledge I have of the winds, and other changes which happen in
the atmosphere, is so very defective, that it does not deserve the
name; neither have I received any satisfaction from the attempts of
others on this subject. It deserves then your thoughts, as a subject
in which you may distinguish yourself, and be useful.

Your notion of some things conducting heat or cold better than others
pleases me, and I wish you may pursue the scent. If I remember right,
Dr. Boerhaave, in his chymistry, thinks that heat is propagated
by the vibration of a subtle elastic fluid, dispersed through the
atmosphere and through all bodies. Sir Isaac Newton says, there
are many phenomena to prove the existence of such a fluid; and
this opinion has my assent to it. I shall only observe that it is
essentially different from that which I call ether; for ether,
properly speaking, is neither a fluid nor elastic; its power consists
in re-acting any action communicated to it, with the same force it
receives the action.

I long to see your explication of water-spouts, but I must tell you
before-hand, that it will not be easy for you to convince me that the
principal phenomena were not occasioned by a stream of wind issuing
with great force, my

Last Page Next Page

Text Comparison with Expériences et observations sur l'électricité faites à Philadelphie en Amérique

Page 0
bnf.
Page 2
Il s'agit de bien sçavoir ce qui arrive, & de bien connoître ce qui se présente à nos yeux; la connoissance des effets nous conduira insensiblement à celle des causes, & l'on ne tombera plus dans les absurdités qui semblent caractériser tous les systèmes; en effet l'expérience ne les a-t-elle pas détruits successivement? ne nous a-t-elle pas montré que ces élémens que l'on croyoit autrefois si simples, sont aussi composés que les autres corps? ne nous a-t-elle pas appris ce que l'on doit penser du chaud, du froid, du sec & de l'humide, de la pesanteur & de la légèreté absoluë, de l'horreur du vuide, des loix du mouvement autrefois établies, de l'unité des couleurs, du repos & de la sphèricité de la terre, & si je l'ose dire des Tourbillons? Amassons-donc toujours des expériences & éloignons-nous, s'il est possible, de tout esprit de système, du moins jusqu'à ce que nous soyons instruits, nous trouverons assûrément à placer un jour ces matériaux, & quand même nous ne serions pas assez heureux.
Page 6
Ils se trouveront bien récompensés, si les changemens que j'ai faits du consentement de Mr.
Page 8
Tenant l'axe de ce globe dans une position verticale, il promenoit une plume par toute la chambre; sans qu'elle s'appliquât au globe.
Page 16
»Par l'arrangement que nous venons de décrire, cet homme, quoique placé au milieu de la longueur totale du corps à électriser, étoit très-voisin des deux autres bouts, & pouvoit juger aisément s'il sentiroit la commotion au moment qu'il verroit éclater l'étincelle: ce fut effectivement ce qui arriva.
Page 27
_ _Mais le lecteur sera pleinement satisfait sur ces circonstances, & sur plusieurs autres non moins intéressantes, par la lecture des lettres qui suivent, & auxquelles l'Éditeur n'hésite point de le renvoyer avec confiance.
Page 59
du succès des expériences de M.
Page 65
N.
Page 79
.
Page 95
Un observateur curieux qui a vécu treize ans aux Bermudes, remarque qu'il y a eu moins de tonnerre pendant tout le tems qu'il y a séjourné, qu'il n'en a quelquefois entendu dans un mois à la Caroline.
Page 97
Prenez une feuille d'or, d'argent ou de cuivre doré, communément appellé feüille de cuivre ou or d'Hollande: coupez de cette feuille des bandes longues & étroites de la largeur d'une paille: placez une de ces bandes entre deux lames de verre poli, qui soient environ de la largeur de votre doigt; si une bande d'or de la longueur de la feuille n'est pas assez longue pour le verre, ajoutez-en une autre à son extrémité; de sorte que.
Page 106
32.
Page 111
En revenant de chez Coiffier j'ai rencontré M.
Page 124
avons coutume de sentir comme sortant d'une pointe électrisée, est beaucoup plus sensible quand on employe le globe de verre que quand c'est celui de soufre; mais ce ne sont ici que des pensées hazardées.
Page 127
Il paroîtroit aussi une petite tache sur le boulet d'argent, de même que sur la plaque qui seroit au-dessous.
Page 136
Si l'on demandoit quelle épaisseur on doit présumer suffisante dans la verge métalliques? Pour répondre, je remarquerois que cinq gros vases de verre, tels que je les ai indiqués dans mes premiers écrits, déchargent une très grande quantité d'électricité, qui cependant sera toute entière conduite autour d'un livre par le filet mince d'or de la.
Page 156
_Bouteille_ (la) sur de la cire peut être déchargée par un fer courbé, ou par partie, ou tout d'un coup, I.
Page 157
_Conducteur_ (le) ne donne point d'étincelles, quand la communication du coussin au plancher est interrompuë, I.
Page 160
H _Habits_ mouillés sont un préservatif contre les coups de foudre, II.
Page 161
226.