The Complete Works in Philosophy, Politics and Morals of the late Dr. Benjamin Franklin, Vol. 2 [of 3]

By Benjamin Franklin

Page 51

from all sides of it; so that supposing the cloud moves
south-easterly, those on the north-east side of it feel a south-west
wind, and others on the south-west side, a north-east. And where the
cloud passes over, we frequently have a south-east wind from the
hinder part of it, but none violent, except the wind in the direction
in which the cloud moves. To shew what it is which prevents the wind
from issuing out equally on all sides, is not an easy problem to me,
and I shall not attempt to solve it; but when you shall show what
it is which restrains the electrical fluid from spreading itself
into the air surrounding it, when it rushes with great violence
through the air along, or in the conductor, for a great extent in
length, then I may hope to explain the other problem, and remove the
difficulty we have in conceiving it.




TO PETER COLLINSON, ESQ. LONDON.

_Account of a Whirlwind at Maryland._


_Philadelphia, Aug. 25, 1755._

DEAR SIR,

As you have my former papers on whirlwinds, &c. I now send you an
account of one which I had lately an opportunity of seeing and
examining myself.

Being in Maryland, riding with Colonel Tasker, and some other
gentlemen, to his country seat, where I and my son were entertained
by that amiable and worthy man with great hospitality and kindness,
we saw, in the vale below us, a small whirlwind beginning in the
road, and shewing itself by the dust it raised and contained. It
appeared in the form of a sugar-loaf, spinning on its point, moving
up the hill towards us, and enlarging as it came forward. When it
passed by us, its smaller part near the ground appeared no bigger
than a common barrel, but widening upwards, it seemed, at forty or
fifty feet high, to be twenty or thirty feet in diameter. The rest of
the company stood looking after it, but my curiosity being stronger,
I followed it, riding close by its side, and observed its licking
up, in its progress, all the dust that was under its smaller part.
As it is a common opinion that a shot, fired through a water-spout,
will break it, I tried to break this little whirlwind, by striking my
whip frequently through it, but without any effect. Soon after, it
quitted the road and took into the woods, growing every moment larger
and stronger, raising, instead of dust, the old dry leaves with which
the ground was thick covered, and making a great noise with them
and the branches of the

Last Page Next Page

Text Comparison with Vie de Benjamin Franklin, écrite par lui-même - Tome II suivie de ses œuvres morales, politiques et littéraires

Page 11
Mais dès que je m'arrêtois, il remontait.
Page 14
En moins de trois heures, deux de ces mouches commencèrent à recouvrer la vie par degrés.
Page 26
Mais, en même-temps, l'ennemi devient plus soigneux.
Page 34
Ainsi ces sortes de marchandises ne seront point vendues par les hommes honnêtes de cette ville.
Page 36
Tous les vaisseaux marchands, employés à l'échange des productions des différens pays, et à rendre les objets de première nécessité et les commodités de la vie plus faciles à obtenir et plus communs, pourront passer librement et sans molestation; et ni l'une ni l'autre des puissances contractantes, ne délivrera des lettres de marque à aucun particulier, pour lui donner le pouvoir de prendre ou de détruire les vaisseaux marchands, ou interrompre leur commerce».
Page 39
Il faut lui en offrir.
Page 40
Cette hospitalité, qu'ils considèrent comme une des principales vertus, est également pratiquée par chaque particulier.
Page 42
Elles n'ont d'autre but que d'apprendre à tromper les Indiens sur le prix des castors.
Page 57
On a vu que le pays n'étoit pas encore assez avancé pour engager des particuliers à y établir des manufactures.
Page 60
MONSIEUR LE PRÉSIDENT, J'avoue qu'en ce moment je n'approuve pas entièrement notre constitution: mais je ne sais point si, par la suite, je ne l'approuverai pas; car, comme j'ai déjà vécu long-temps, j'ai souvent éprouvé que l'expérience ou la réflexion me fesoit changer d'opinion sur des sujets très-importans, et que ce que j'avois d'abord cru juste, me sembloit ensuite tout différent.
Page 64
Si dans chaque canton il y avoit seulement un homme qui sût bien lire, un bon orateur auroit sur toute une nation, le même avantage et le même effet qu'il a dans l'assemblée où il parle; et il sembleroit alors que sa voix seroit entendue de tous ses concitoyens.
Page 67
[42] Noetica.
Page 70
Peut-être est-ce parce que le globe a acquis un magnétisme permanent, qu'il n'avoit point d'abord, que son axe est à présent retenu dans une ligne parallèle avec lui, et qu'il n'est plus sujet aux changemens qu'il a jadis éprouvés, et qui, en brisant sa coquille, ont occasionné la submersion de quelques terres, l'exhaussement de quelques autres, et le désordre des saisons.
Page 71
J'ai ouï dire que les chimistes pouvoient décomposer le bois et la pierre, et qu'ils tiraient de l'un une grande quantité d'air, et de l'autre une grande quantité d'eau.
Page 93
Eh bien, le pays qu'ils habitent n'est-il donc d'aucun avantage au commerce du royaume?--Les marchands de Londres sont maintenant occupés à faire embarquer des marchandises de fabrique anglaise pour les colons des terres de l'Ohio: cette exportation paroît-elle aussi aux lords commissaires n'être d'aucun avantage pour le commerce du royaume.
Page 98
» Ce qui, selon nous, prouve que le général ne vouloit parler que des établissemens du détroit, du pays des Illinois et du bas de l'Ohio, et non du territoire, dont nous demandons la concession, c'est qu'il ajoute:--«Il n'est pas certain que l'établissement de ces contrées ne fût suivi d'une guerre avec les Indiens, et qu'il ne fallût combattre pour chaque pouce de terrain.
Page 110
Que de proposer de les taxer par un acte du parlement, et de leur refuser la liberté d'élire un conseil représentatif pour s'assembler dans le pays, et juger de la nécessité des taxes et de la somme à laquelle elles doivent s'élever, c'est paroître soupçonner leur fidélité envers la couronne, leur attachement à leur patrie, et l'intégrité de leur bon sens; injure qu'elles n'ont point méritée.
Page 112
c'est un impôt que nous payons à l'Angleterre.
Page 128
--Cela presse avec grande force les vaisseaux du pied et refoule ce qu'ils contiennent.
Page 136
L'ANGE.