The Complete Works in Philosophy, Politics and Morals of the late Dr. Benjamin Franklin, Vol. 2 [of 3]

By Benjamin Franklin

Page 81

as you observed in our late conversation, a very general
opinion, that _all rivers run into the sea_, or deposite their
waters there. 'Tis a kind of audacity to call such general opinions
in question, and may subject one to censure. But we must hazard
something in what we think the cause of truth: and if we propose our
objections modestly, we shall, though mistaken, deserve a censure
less severe, than when we are both mistaken and insolent.

That some rivers run into the sea is beyond a doubt: such, for
instance, are the Amazons, and I think the Oronoko and the
Mississippi. The proof is, that their waters are fresh quite to the
sea, and out to some distance from the land. Our question is, whether
the fresh waters of those rivers whose beds are filled with salt
water to a considerable distance up from the sea (as the Thames,
the Delaware, and the rivers that communicate with Chesapeak-bay in
Virginia) do ever arrive at the sea? And as I suspect they do not, I
am now to acquaint you with my reasons; or, if they are not allowed
to be reasons, my conceptions at least, of this matter.

The common supply of rivers is from springs, which draw their origin
from rain that has soaked into the earth. The union of a number of
springs forms a river. The waters as they run, exposed to the sun,
air, and wind, are continually evaporating. Hence in travelling one
may often see where a river runs, by a long blueish mist over it,
though we are at such a distance as not to see the river itself. The
quantity of this evaporation is greater or less, in proportion to
the surface exposed by the same quantity of water to those causes of
evaporation. While the river runs in a narrow confined channel in the
upper hilly country, only a small surface is exposed; a greater as
the river widens. Now if a river ends in a lake, as some do, whereby
its waters are spread so wide as that the evaporation is equal to
the sum of all its springs, that lake will never overflow:--And if
instead of ending in a lake, it was drawn into greater length as a
river, so as to expose a surface equal in the whole to that lake, the
evaporation would be equal, and such river would end as a canal; when
the ignorant might suppose, as they actually do in such cases, that
the river loses itself by running under ground, whereas in truth it
has run up

Last Page Next Page

Text Comparison with Vie de Franklin, écrite par lui-même - Tome I Suivie de ses œuvres morales, politiques et littéraires

Page 1
BUISSON.
Page 7
Le petit domaine qui appartenoit à nos ancêtres, n'eût pas suffi pour leur subsistance, sans le métier de forgeron qui se perpétua parmi eux et fut constamment exercé par l'aîné de la famille, jusques au temps de mon oncle; coutume que lui et mon père suivirent aussi à l'égard de leurs fils.
Page 25
Je crois qu'il avoit été ce qu'on appelle un docteur ambulant; car il n'y avoit point de ville en Angleterre, même dans toute l'Europe, qu'il ne connût d'une manière particulière.
Page 26
Voyant que j'ignorois la différence des prix et les.
Page 31
C'étoit une chose curieuse et rare pour eux; car le papier étoit la monnoie courante de Boston.
Page 33
» Comme je ne parus pas d'abord penser aussi mal qu'elle sur leur compte, elle me rapporta beaucoup de choses, qu'elle avoit vues et entendues, et auxquelles je n'avois point fait attention, mais qui me convainquirent qu'elle avoit pleinement raison.
Page 36
Pendant un calme, qui nous arrêta au-delà de Block-Island, l'équipage de notre corvette, se mit à pêcher de la morue, et en prit une assez grande quantité.
Page 44
La publication de ce petit ouvrage fut une autre erreur de ma vie.
Page 55
J'imaginois que sa mauvaise humeur étoit en partie causée par le dérangement et l'embarras de ses affaires.
Page 66
Les habitant riches, prévenus contre tout papier de ce genre, parce qu'ils craignoient sa dépréciation, comme on en avoit eu l'exemple dans la province de la Nouvelle-Angleterre, au préjudice de tous les créanciers, s'opposoient fortement à ce qu'on en créât davantage.
Page 70
et quoiqu'on eût déjà rapporté que cet homme étoit mort, nous n'en avions pas la certitude; d'ailleurs, en supposant que cela fût vrai, il avoit laissé beaucoup de dettes, pour le paiement desquelles il étoit à craindre que son successeur ne fût inquiété.
Page 77
Philadelphie n'offroit alors aucun moyen de faire une pareille expérience.
Page 78
La première traduction française en étoit très-incorrecte; cependant, le célèbre Buffon fut extrêmement satisfait des idées qu'elle contenoit, et il.
Page 104
.
Page 109
.
Page 115
* * * * * OEUVRES MORALES, POLITIQUES ET LITTÉRAIRES DE .
Page 118
Nous avons été invités, notre ami et nous, à une partie de plaisir, qui doit durer à jamais.
Page 127
Le jeu des échecs est le plus ancien et le plus généralement connu de tous les jeux.
Page 132
On dit qu'une seule personne ne corrompt qu'un galon[65] d'air par minute, et conséquemment il faut plus de temps pour que tout celui que contient une chambre soit corrompu: mais il le devient proportionnément; et c'est à cela que beaucoup de maladies putrides doivent leur origine.
Page 139
Permettez que je me serve de la voie de votre journal, pour en communiquer au public une que j'ai faite moi-même, et qui, je crois, peut être d'une grande utilité.