The Complete Works in Philosophy, Politics and Morals of the late Dr. Benjamin Franklin, Vol. 2 [of 3]

By Benjamin Franklin

Page 90

that its density increasing as it approached the centre,
in the same proportion as above the surface, it would at the depth of
[___] leagues, be heavier than gold, possibly the dense fluid occupying
the internal parts of the globe might be air compressed. And as the
force of expansion in dense air when heated is in proportion to its
density, this central air might afford another agent to move the
surface, as well as be of use in keeping alive the subterraneous
fires; though, as you observe, the sudden rarefaction of water coming
into contact without those fires, may also be an agent sufficiently
strong for that purpose, when acting between the incumbent earth and
the fluid on which it rests.

If one might indulge imagination in supposing how such a globe
was formed, I should conceive, that all the elements in separate
particles being originally mixed in confusion, and occupying a great
space, they would (as soon as the almighty fiat ordained gravity,
or the mutual attraction of certain parts, and the mutual repulsion
of others, to exist) all move to their common centre: that the air
being a fluid whose parts repel each other, though drawn to the
common centre by their gravity, would be densest towards the centre,
and rarer as more remote; consequently all matters lighter than the
central parts of that air, and immersed in it, would recede from
the centre, and rise till they arrived at that region of the air
which was of the same specific gravity with themselves, where they
would rest; while other matter, mixed with the lighter air, would
descend, and the two meeting would form the shell of the first earth,
leaving the upper atmosphere nearly clear. The original movement of
the parts towards their common centre would naturally form a whirl
there; which would continue upon the turning of the new-formed globe
upon its axis, and the greatest diameter of the shell would be in its
equator. If by any accident afterwards the axis should be changed,
the dense internal fluid, by altering its form, must burst the shell,
and throw all its substance into the confusion in which we find it. I
will not trouble you at present with my fancies concerning the manner
of forming the rest of our system. Superior beings smile at our
theories, and at our presumption in making them. I will just mention,
that your observation of the ferruginous nature of the lava which is
thrown out from the depths of our volcanoes, gave me great pleasure.
It has long been a supposition of mine, that the iron

Last Page Next Page

Text Comparison with Expériences et observations sur l'électricité faites à Philadelphie en Amérique

Page 2
de Buffon[1]) par des expériences fines raisonnées & suivies que l'on force la nature à découvrir son secret; toutes les autres méthodes n'ont jamais réussi, & les vrais Physiciens ne peuvent s'empêcher de regarder les anciens systèmes comme d'anciennes rêveries, & sont réduits à lire la plupart des nouveaux comme on lit les Romans.
Page 12
Il nomma l'une vitrée & l'autre résineuse; mais les Physiciens n'ont pas admis cette distinction.
Page 21
63.
Page 26
_Il est à propos d'avertir le Lecteur que les observations & les expériences suivantes n'ont pas été faites dans le dessein d'être données au public.
Page 37
_Question_.
Page 44
son Liv.
Page 56
contre cette expérience, me paroît tout-à-fait hors de propos; notre auteur, comme on vient de le voir, prouve incontestablement que l'expérience de Leyde n'électrise point les corps qui reçoivent la commotion, ou qui ont communication avec ceux qui la reçoivent, & M.
Page 78
Dans le croissant antérieur le feu passe du coussin dans le verre: dans l'autre il quitte le verre & retourne dans la partie postérieure du coussin.
Page 80
De là nous voyons l'impossibilité du succès dans les expériences proposées, de tirer les _effluves_ salutaires d'un corps non-électrique, de la canelle par exemple, & de les mêler avec le fluide électrique pour les faire passer avec lui dans le corps, en l'enfermant dans le tube, & le soumettant au frottement, &c.
Page 81
pour obtenir un mêlange de fluide électrique & d'autres effluves, si un tel mélange eût été possible.
Page 88
Si les particules d'eau amènent avec elles des portions du feu commun & du.
Page 93
comme autant d'éminences & de pointes attirent le feu électrique, & le nuage entier s'y décharge.
Page 95
132.
Page 117
» «Cette propriété qu'a la matière électrique de s'attacher de préférence aux corps les moins électriques, & surtout aux métaux, nous apprend l'utilité d'un ancien usage presque général, dont on n'a peut-être jamais connu ni le.
Page 129
expérience, le hazard voulut que je fusse absent pendant les deux plus gros orages que nous eûmes de bonne heure dans le printems, ce qui ne fut pas une petite mortification pour moi.
Page 138
Collinson, Écuyer, membre de la Société Royale à Londres.
Page 139
Décembre 1753.
Page 144
Cette expérience fait voir évidemment que l'eau dans la bouteille ne contient pas plus de matière électrique qu'elle le feroit dans un bassin découvert, & qu'elle n'a pas la moindre chose de cette grande quantité qui produit le choc & qui est seulement retenuë par le verre.
Page 152
_ MONSIEUR, Il y a long-tems que je dois une réponse à votre dernière lettre, dattée du 20.
Page 156
8.