The Complete Works in Philosophy, Politics and Morals of the late Dr. Benjamin Franklin, Vol. 3 [of 3]

By Benjamin Franklin

Page 101

---------------
Increase, only £.0,404,504 2 1

In the first term, total for Northern Colonies, 3,486,268 1 2

In the second term, ditto 7,414,057 4 3
---------------
Increase, £.3,927,789 3 1

By these accounts it appears, that the exports to the West India
islands, and to the northern colonies, were in the first term
nearly equal (the difference being only 122,936_l._ 10s. 4d.) and in
the second term, the exports to those islands had only increased
404,504_l._ 2s. 1d.--Whereas the increase to the northern colonies is
3,927,789_l._ 3s. 1d. almost _four millions_.

Some part of this increased demand for English goods may be ascribed
to the armies and fleets we have had both in North America and the
West Indies; not so much for what is consumed by the soldiery; their
clothing, stores, ammunition, &c. sent from hence on account of the
government, being (as is supposed) not included in these accounts of
merchandize exported; but, as the war has occasioned a great plenty
of money in America, many of the inhabitants have increased their
expence.

N. B. These accounts do not include any exports from Scotland to
America, which are doubtless proportionally considerable; nor the
exports from Ireland.

[I shall carry on this calculation where Dr. Franklin left it. For
four years, from 1770 to 1773 inclusively, the same average _annual_
exports to the same ports of the West Indies is 994,463_l._, and to
the same ports of the North American plantations 2,919,669_l._ But the
annual averages of the first

Last Page Next Page

Text Comparison with Expériences et observations sur l'électricité faites à Philadelphie en Amérique

Page 11
Ayant ensuite approché le tube bien frotté des cuisses de l'enfant, ses mains attirèrent & repoussèrent alternativement des feüilles de cuivre que l'on avoit mises au-dessous.
Page 12
Gray, dans laquelle on électrise un enfant suspendu sur des cordons de crin ou de soye, & s'étant mis lui-même à la place de l'enfant; quelqu'un voulut ramasser une feüille d'or qui s'étoit attachée à sa jambe; dans l'instant ils sentirent l'un à la jambe & l'autre au doigt une douleur comme une piqûre, & l'on entendit un pétillement semblable à celui du tube lorsqu'on en approche le doigt.
Page 15
] »Pour s'en assurer, après quelques tentatives, dont le résultat ne lui parut pas assez décisif, M.
Page 35
Ces connoissances sont agréables à la vérité, mais sans elles nous pouvons garantir notre porcelaine.
Page 45
Il n'est pas possible d'électriser un bouteille disposée de la sorte: l'équilibre n'est jamais détruit; car tandis que la communication entre les parties intérieure & extérieure de la bouteille est continuée par le fil-d'archal du dehors, le feu ne fait que circuler, & ce qui sort du bas est constamment remplacé par le haut; il.
Page 55
» 34.
Page 59
Cette communication que l'on établit des côtés de la bouteille au plancher, est ce que nous appellons une décharge: quand on électrise une bouteille à la main, c'est la main qui en tient lieu; mais si la bouteille est suspenduë au conducteur sans décharge, & que l'air soit bien sec, je suis sûr pour l'avoir éprouvé cent fois, qu'elle ne se charge point: j'ai de même éprouvé que quand elle est appuyée sur un support électrique, plus ce support est large & élevé & moins elle se charge.
Page 73
Placez un boulet de fer sur un verre, & qu'une balle de liége humide, suspendue par un fil de soye, vienne toucher le boulet: prenez une bouteille dans chaque main, l'une électrisée par le _crochet_ & l'autre par le _côté_: appliquez le fil-d'archal _donnant_ au boulet qu'il électrisera positivement, & le liége sera répoussé.
Page 84
La répulsion entre la balle de liége & le boulet est pareillement détruite, 1°.
Page 103
6.
Page 108
Pour les affermir toutes ensemble l'on a cloué sur chacune des entre-toises à vingt pieds de hauteur, & comme le grand vent agitoit encore cette espèce d'édifice, l'on a attaché au haut de chaque perche de longs cordages, qui tenant lieu d'aubans, répondent par le bas à de bons piquets fortement enfoncés en terre à plus de vingt pieds des perches.
Page 111
le Vicaire, M.
Page 113
Comme le métal est moins électrique, & par-là plus perméable à l'électricité que les pierres, les bois & les autres matériaux qui entrent dans la construction d'un bâtiment; le feu électrique ne quittera point cette route que quand elle.
Page 118
Si l'aiguille est posée Est & Ouest dans le tems qu'elle est frappée, le bout par lequel le feu électrique est entré se tourne au nord.
Page 123
J'imagine que c'est le globe de verre qui charge positivement, & celui de soufre négativement: en voici les raisons.
Page 125
Mais cette lumière n'est pas la même, quand le corps est électrisé positivement, & quand il l'est négativement.
Page 130
Kinnersley revenu des isles précisément au tems de mon départ, continua les expériences pendant mon absence, & il m'assure qu'il trouva toujours les nuages dans l'état négatif; ensorte que le plus souvent dans les coups de foudre c'est la terre qui frappe les nuages, & non les nuages qui frappent la terre.
Page 137
il n'y a pas un pouce quarré, & par conséquent pas la trente-sixiéme partie d'un grain suivant Mr.
Page 139
66.
Page 144
_ qu'il a entendu faire cette remarque; mais, dit-il, pourquoi un conducteur d'électricité n'est-il pas un sujet électrique? Ce n'est pas là la question.