The Complete Works in Philosophy, Politics and Morals of the late Dr. Benjamin Franklin, Vol. 3 [of 3]

By Benjamin Franklin

Page 103

56,690 6 7
1742 75,295 3 4
1747 82,404 17 7
1752 201,666 19 11
1757 268,426 6 6

N. B. The accounts for 1758 and 1759, are not yet completed; but
those acquainted with the North American trade know, that the
increase in those two years has been in a still greater proportion;
the last year being supposed to exceed any former year by a third;
and this owing to the increased ability of the people to spend, from
the greater quantities of money circulating among them by the war.

[47] The _aid_ Dr. Franklin alludes to must probably have consisted
in early and full supplies of arms, officers, intelligence, and trade
of export and of import, through the river St. Lawrence, on risques
both public and private; in the encouragement of splendid promises
and a great ally; in the passage from Canada to the back settlements,
being _shut_ to the British _forces_; in the quiet of the _great
body_ of Indians; in the support of emissaries and discontented
citizens; in loans and subsidies to congress, in ways _profitable to
France_; in a refuge to be granted them in case of defeat, in vacant
lands, as settlers; in the probability of war commencing earlier
between England and France, at the gulph of St. Lawrence (when the
shipping taken, were _rightfully_ addressed to Frenchmen) than in
the present case. All this might have happened, as soon as America's
distaste of the sovereign had exceeded the fear of the foreigner;
a circumstance frequently seen possible in history, and which our
ministers took care should not be wanting.

This explanation would have required apology for its insertion, were
not the opinion pretty common in England, that _had not the French
been removed from Canada, the revolt of

Last Page Next Page

Text Comparison with Vie de Franklin, écrite par lui-même - Tome I Suivie de ses œuvres morales, politiques et littéraires

Page 5
Il est aussi d'autres motifs qui m'engagent à écrire mes mémoires.
Page 12
Mais son plus grand mérite étoit d'avoir un entendement sain, un jugement solide et une grande prudence, soit dans sa vie privée, soit dans ce qui avoit rapport aux affaires publiques.
Page 21
Un article inséré dans notre feuille, sur quelqu'objet politique, dont je ne me souviens point, offensa l'assemblée générale de la province.
Page 22
Il alla dans les diverses imprimeries de la ville, et prévint les maîtres contre moi.
Page 25
Cependant, le matin, je me remis en route, et le soir j'arrivai à huit ou dix milles de Burlington, dans une auberge dont le maître se nommoit le docteur Brown.
Page 26
Mes poches étoient remplies de chemises et de bas.
Page 37
J'étois si accoutumé à me servir, avec lui, de ma méthode socratique, et je l'embarrassois si souvent par mes questions, qui paroissoient d'abord très-étrangères aux points que nous discutions, mais qui néanmoins l'y ramenoient par degrés, et le fesoient tomber dans des difficultés et des contradictions dont il ne pouvoit plus se tirer, qu'il en devint d'une circonspection ridicule.
Page 41
Un peu surpris de ce discours, mais n'ayant cependant encore aucun soupçon, j'allai rejoindre l'_Annis_.
Page 53
Il étoit assez singulier de voir un étudiant d'Oxford, vendu pour le paiement de son passage.
Page 61
Il avoit la tête la plus froide, l'esprit le plus clair, le meilleur coeur, et la morale la plus pure que j'aie presque jamais rencontrés dans aucun homme.
Page 63
Keimer, qui, pour me prévenir, publia sur-le-champ le prospectus d'une feuille, qu'il se proposoit d'imprimer, et à laquelle il devoit employer Webb.
Page 74
Cet emploi est peut-être l'un des plus importans qu'on puisse confier à une classe d'hommes quelconque.
Page 78
Il étoit avec son fils, à qui seul il avoit fait part de son projet, parce qu'il craignoit le ridicule, qui trop communément, pour l'intérêt des sciences, accompagne les expériences qui ne réussissent pas.
Page 79
On prétendit que cet homme devoit à quelqu'autre l'idée de son systême, et qu'il étoit impossible qu'il eût fait lui-même les découvertes qu'il.
Page 86
» B.
Page 110
Tandis que j'ai été marchand de papier, imprimeur et directeur de la poste, j'ai fait crédit à beaucoup de personnes, pour des livres, des insertions d'avis, des ports de lettres et d'autres objets pareils.
Page 116
Les mariages tardifs sont souvent suivis d'un inconvénient de plus que les autres; c'est que les parens ne vivent pas assez long-temps pour veiller à l'éducation de leurs enfans.
Page 123
Daignez, messieurs, faire sentir à nos parens l'injustice d'une tendresse exclusive, et la nécessité de partager également leurs soins et leur affection entre tous leurs enfans.
Page 132
On a grand tort de coucher dans des chambres très-closes et dans des lits avec des rideaux.
Page 138
Bannis loin de toi la tristesse qui glace ton ame, et vis indépendant.