The Complete Works in Philosophy, Politics and Morals of the late Dr. Benjamin Franklin, Vol. 3 [of 3]

By Benjamin Franklin

Page 121

be able to obtain
them from the goodness of our sovereign, without going to market
for them to a subject." Time has shown, that those hopes were vain;
they have been obliged to go to that market ever since, directly or
indirectly, or go without their laws. The practice has continued,
and will continue, as long as the proprietary government subsists,
intervening between the crown and the people.

Do not, my courteous reader, take pet at our proprietary
constitution, for these our bargain and sale proceedings in
legislation. It is a happy country where justice, and what was your
own before, can be had for ready money. It is another addition to the
value of money, and of course another spur to industry. Every land
is not so blessed. There are countries where the princely proprietor
claims to be lord of all property; where what is your own shall not
only be wrested from you, but the money you give to have it restored
shall be kept with it; and your offering so much, being a sign of
your being too rich, you shall be plundered of every thing that
remained. These times are not come here yet: your present proprietors
have never been more unreasonable hitherto, than barely to insist on
your fighting in defence of _their_ property, and paying the expence
yourselves; or if their estates must [ah! _must_] be taxed towards
it, that the _best_ of their lands shall be taxed no higher than the
_worst_ of yours.

Pardon this digression, and I return to governor Denny; but first let
me do governor Hamilton the justice to observe, that whether from
the uprightness of his own disposition, or from the odious light the
practice had been set in on Denny's account, or from both; he did not
attempt these bargains, but passed such laws as he thought fit to
pass, without any _previous_ stipulation of pay for them. But then,
when he saw the assembly tardy in the payment he expected, and yet
calling upon him still to pass more laws; he openly put them in mind
of the money, as a _debt_ due to him from custom. "In the course of
the present year (says he, in his message of July 8, 1763) a great
deal of public business hath been transacted by me, and I believe as
many useful laws enacted, as by any of my predecessors in the same
space of time: yet I have not understood that any allowance hath
hitherto been made to me for my support, as hath been customary in
this province." The house having then some

Last Page Next Page

Text Comparison with Vie de Franklin, écrite par lui-même - Tome I Suivie de ses œuvres morales, politiques et littéraires

Page 1
[Illustration: Benjamin Franklin.
Page 3
[1] Madame de Warens.
Page 20
Elle avoit pour titre: _le Courier de la Nouvelle-Angleterre_[8].
Page 24
Je suivis ce précepte; je suai beaucoup la plus grande partie de la nuit, et la fièvre me quitta.
Page 25
Mais le soir, me promenant sur le bord de la rivière, je vis approcher un bateau, dans lequel il y avoit un grand nombre de personnes.
Page 30
prompt départ de Boston avoit occasionné à mes parens, et de l'affection qu'ils conservoient encore pour moi.
Page 48
Notre souper n'étoit composé que d'une moitié d'anchois pour chacun, sur un morceau de pain avec du beurre, avec une pinte d'aile pour nous tous.
Page 53
Je m'apperçus bientôt que Keimer ne m'avoit engagé à un prix fort au-dessus de celui qu'il avoit coutume de donner, que pour que je formasse tous ces ouvriers ignorans, qui ne lui coûtant presque rien, et étant tous liés avec lui par des contrats, pourroient, aussitôt qu'ils seroient suffisamment instruits, le mettre en état de se passer de moi.
Page 54
Aussitôt il se rendit au lieu indiqué dans le billet, s'engagea, fut mis à bord d'un vaisseau, et conduit à Philadelphie, sans avoir jamais écrit une ligne à ses parens, pour les informer de ce qu'il étoit devenu.
Page 62
Ce n'est point pour m'attirer des louanges que j'entre si librement dans les détails sur mon assiduité au travail; c'est pour que ceux de mes descendans, qui liront ces mémoires, connoissent le prix de cette vertu, en voyant dans le récit des évènemens de ma vie, de quel avantage elle m'a été.
Page 74
Les propriétaires prétendoient que leurs terres devoient être exemptes d'impôts.
Page 83
D'après son plan, les statuts du collége furent dressés et signés le 13 novembre 1749; et on y nomma, en qualité de curateurs, vingt-quatre des plus respectables citoyens de Philadelphie.
Page 98
Une peuplade, composée d'une vingtaine d'Indiens, étoit dès long-temps établie dans le comté de Lancaster, et n'avoit pas cessé de se conduire paisiblement et amicalement envers les colons anglais.
Page 99
[47] Les héritiers Penn.
Page 106
En 1787, on forma une convention pour reviser, corriger les articles de la confédération, et donner plus d'énergie au gouvernement des États-Unis.
Page 119
Mais le reste me frappa tellement, que durant toute ma vie, il a influé sur ma conduite.
Page 123
Ceux qui sont disposés.
Page 126
»J'ai déjà vécu sept de ces heures, long âge, qui n'est pas moins de quatre cent vingt minutes.
Page 128
3º.
Page 137
Avec six livres sterlings, vous pouvez, dans un an, faire usage de cent livres sterlings, pourvu que vous soyez un homme d'une prudence et d'une honnêteté reconnues.