The Complete Works in Philosophy, Politics and Morals of the late Dr. Benjamin Franklin, Vol. 3 [of 3]

By Benjamin Franklin

Page 131

composed of staunch friends of the family, and
chosen for their attachment to it, it was observed, that the _old
men_ (1 Kings, chap. xii.) withdrew themselves, finding their opinion
slighted, and that all measures were taken by the advice of two or
three _young men_ (one of whom too denies his share in them) is it
any wonder, since like causes produce like effects, if the assembly,
notwithstanding all their veneration for the first proprietor, should
say, with the children of Israel, under the same circumstances, "What
portion have we in David, or inheritance in the son of Jesse? To your
tents, O Israel!"

Under these circumstances, and a conviction that while so many
natural sources of difference subsisted between proprietaries and
people, no harmony in government long subsist (without which neither
the commands of the crown could be executed, nor the public good
promoted) the house resumed the consideration of a measure that had
often been proposed in former assemblies; a measure, that every
_proprietary province in_ America had, from the same causes, found
themselves obliged to take, and had actually taken, or were about
to take; and a measure, that had happily succeeded, wherever it was
taken; I mean the recourse to an immediate _royal government_.

They therefore, after a thorough debate, and making no less than
twenty-five unanimous resolves, expressing the many grievances
this province had long laboured under, through the proprietary
government, came to the following resolution, viz. "Resolved, nemine
contradicente, That this house will adjourn, in order to _consult
their constituents_, whether an humble _address_ should be drawn
up and transmitted to _his Majesty_; praying that he would be
graciously pleased to take the people of this province under his
immediate protection and government, by completing the agreement
heretofore made with the first proprietary for the sale of the
government to the crown, or otherwise as to his wisdom and goodness
shall seem meet[66]."

This they ordered to be made public; and it was published accordingly
in all the newspapers: the house then adjourned for no less than
_seven weeks_, to give their constituents time to consider the
matter, and themselves an opportunity of taking their opinion and
advice. Could any thing be more deliberate, more fair and open, or
more respectful to the people that chose them?--During this recess,
the people, in many places, held little meetings with each other;
the result of which was, that they would manifest their sentiments
to their representatives, by petitioning the crown directly of
themselves, and requesting the assembly to transmit and support
those petitions. At the next meeting many of these petitions were
delivered to the house with that

Last Page Next Page

Text Comparison with Vie de Franklin, écrite par lui-même - Tome I Suivie de ses œuvres morales, politiques et littéraires

Page 14
J'aimois, sur-tout, les relations de voyages.
Page 19
À ces vers, il auroit pu en joindre un autre, qu'il a placé ailleurs moins convenablement à mon avis.
Page 24
La pluie tomba avec force toute la journée; de sorte que je fus mouillé jusqu'à la peau.
Page 26
Enfin, l'on décida qu'il falloit s'arrêter.
Page 27
Read, père de la personne qui, depuis, devint ma femme.
Page 60
Les règlemens que je traçai, obligeoient chaque membre de proposer, à son tour, une ou plusieurs questions de morale, de politique ou de philosophie, pour être discutées par la société; et de lire, en outre, une fois tous les trois mois, un essai de sa composition sur un sujet à son choix.
Page 61
Nicolas Scull, arpenteur, qui devint par la suite arpenteur-général de la province.
Page 64
Parmi ces amis, je ne dois pas oublier d'en nommer un, M.
Page 71
Il y a lieu de croire que les lecteurs seront satisfaits de la simplicité, de la raison, de la philosophie, qui caractérisent ce qui précède; c'est pourquoi nous croyons devoir y joindre la continuation qu'en a faite le docteur Stuber[27] de Philadelphie, l'un des intimes amis de Franklin.
Page 74
Depuis cette époque, l'histoire de ce pays n'offre guère qu'un tableau des querelles, qui ont eu lieu entre les propriétaires, ou les gouverneurs et l'assemblée.
Page 82
Son extérieur étoit doux et prévenant.
Page 85
M.
Page 92
Il auroit fallu que les loix eussent encore l'approbation du roi, qui, dans toutes les circonstances, auroit, sans doute, préféré l'avantage de ses états d'Europe à celui de ses colonies.
Page 112
Si les habitans de Boston acceptent les mille livres sterlings, elles seront confiées aux élus de cette ville et aux ministres de l'ancienne congrégation épiscopale et presbytérienne; et ces administrateurs en feront des prêts à cinq pour cent d'intérêt par an, à de jeunes artisans mariés, lesquels seront âgés de vingt-cinq ans, et auront appris leur métier dans la ville, et rempli fidèlement les obligations spécifiées dans leur contrat d'apprentissage, de manière à mériter qu'au moins deux citoyens respectables répondent de l'honnêteté de leur caractère, et leur servent de caution, pour le paiement de la somme qu'on leur prêtera, ainsi que des intérêts, avec les conditions ci-après spécifiées.
Page 113
Ces secours seront d'abord de peu de conséquence; mais à mesure que le capital grossira par l'accumulation des intérêts, ils deviendront plus considérables.
Page 114
--Je désire donc que dans six mois, à compter du jour de mon décès, mes exécuteurs testamentaires, ou leurs successeurs, paient deux mille livres sterlings aux personnes que nommeront les élus de Boston et le corps administratif de Philadelphie, pour recevoir les mille livres sterlings qui reviendront à chacune de ces villes.
Page 118
Quelquefois nous nous donnons prudemment nous-même une mort partielle.
Page 127
24.
Page 128
La vie est une sorte de partie d'échecs, dans laquelle nous avons souvent des pièces à prendre, des adversaires à combattre, et nous éprouvons une grande variété de bons et de mauvais évènemens, qui sont, en partie, l'effet de la prudence ou de l'étourderie.
Page 133
Tel est l'ordre qu'a établi la nature pour empêcher les animaux d'être infectés par leur propre transpiration.