The Complete Works in Philosophy, Politics and Morals of the late Dr. Benjamin Franklin, Vol. 3 [of 3]

By Benjamin Franklin

Page 150

other _concessions_ to be made for the sake of
a reconciliation, must necessarily be. They hoped therefore to spare
him all those mortifications, and thereby secure a greater portion
of his favour. Hence the instructions were not produced to the last
assembly, though they arrived before the September sitting, when the
governor was in town, and actually did business with the house. Nor
to the new assembly were they mentioned, till the "_very moment_,"
the fatal moment, when the house were on the point of choosing that
wicked adversary of the proprietary to be an _agent_ for the province
in England.

But I have, you say, a "fixed _enmity to the proprietaries_," and
"you believe it will _preclude all accommodation_ of our disputes
with them, even on just and reasonable terms." And why do you think
I have a fixed enmity to the proprietaries? I have never had any
personal difference with them. I am no land-jobber; and therefore
have never had any thing to do with their land-office or officers; if
I had, probably, like others, I might have been obliged to truckle
to their measures, or have had like causes of complaint. But our
private interests never clashed; and all their resentment against
me, and mine to them, has been on the public account. Let them do
justice to the people of Pensylvania, act honourably by the citizens
of Philadelphia, and become honest men; my enmity, if that's of
any consequence, ceases from the "_very moment_;" and, as soon as
I possibly can, I promise to love, honour and respect them. In the
mean time, why do you "believe it will preclude all _accommodation_
with them on just and reasonable terms?" Do you not boast, that their
gracious condescensions are in the hands of the governor; and that
"if this had been the usual time for business, his honour would have
sent them down in a message to the house." How then can my going
to England prevent this accommodation? The governor can call the
house when he pleases; and, one would think, that, at least in your
opinion, my being out of the way would be a favourable circumstance.
For then, by "cultivating the disposition shown by the proprietaries,
every _reasonable demand_ that can be made on the part of the people
might be obtained: in vigorously insisting on which, you promise to
unite most earnestly with the rest of the house." It seems then we
have "_reasonable demands_" to make, and, as you call them a little
higher, _equitable demands_. This is much for proprietary minions to
own; but you are all growing better,

Last Page Next Page

Text Comparison with Expériences et observations sur l'électricité faites à Philadelphie en Amérique

Page 3
[Note 1: Fréf.
Page 13
Cette expérience réussit aussi quand on électrise avec le tube, mais les étincelles sont foibles & l'effet n'en est pas si sûr qu'avec le globe.
Page 17
instant saisissable entre l'apparition de l'étincelle & la sensation du choc.
Page 23
Richman qui furent mises dans les nouvelles publiques de.
Page 28
Louis, par la grace de Dieu, Roi de France & de Navarre: À nos amés & féaux Conseillers les gens tenans nos Cours de Parlement, Maîtres des Requêtes ordinaires de notre Hôtel, Grand Conseil, Prevôt de Paris, Baillifs, Sénéchaux, leurs Lieutenans Civils & autres nos Justiciers qu'il appartiendra, SALUT.
Page 29
LETTRE I.
Page 36
L'un accorde un avantage considérable aux corps pointus sur ceux qui sont arondis ou émoussés, soit pour pousser, soit pour tirer la matière électrique; & veut que la première observation de cet effet soit attribuée à un Européen, comme si notre auteur cherchoit à s'en emparer lui-seul; un autre pour avoir remarqué qu'une pointe d'aiguille présentée à un pied de distance d'un conducteur n'empêche pas qu'on n'en tire quelques étincelles, s'imagine avoir fait une des plus importantes découvertes: que le pouvoir des pointes est une chimère, & que toute la Théorie du Tonnerre est détruite par cette seule observation; d'autres enfin se laissant emporter au gré de leur imagination, vont s'égarer dans des sistêmes dont l'obscurité fait le seul mérite.
Page 47
Voici une jolie expérience qui rend extrêmement sensible le passage du feu électrique de la partie intérieure à la partie extérieure de la bouteille, pour rétablir l'équilibre.
Page 48
Il ne s'agit maintenant que de rapporter certaines particularités qui ne se trouvent point dans cet ouvrage, en y joignant nos réfléxions, quoiqu'il fût peut-être plus à propos de vous les épargner.
Page 65
Je sçais par expérience que ces corps non-électriques ne se dépoüillent pas absolument, en sortant de la bouteille, de toute l'électricité dont ils étoient chargés.
Page 66
Juillet 1751.
Page 77
Les quantités de ce fluide dans chaque surface étant égales, leur action répulsive l'une sur l'autre est égale, & par conséquent celles d'une surface ne sçauroient chasser celles de l'autre.
Page 84
] [Note 38: Quelques observations que j'ai faites depuis me portent à penser que ce n'est pas la lumière, mais la fumée, ou les écoulemens non-électriques de la chandelle, du charbon ou du fer rouge, qui emportent le feu électrique, parce qu'ils sont d'abord attirés & ensuite repoussés.
Page 93
122.
Page 99
En voici vraisemblablement la raison, lorsqu'il n'y a pas une parfaite continuité dans le cercle, il faut que le feu saute pardessus les intervalles; il y a une certaine distance qu'il est capable de franchir proportionnellement à sa force; si un nombre de petits intervalles, quoique chacun soit excessivement petit, pris ensemble excèdent cette distance, il ne peut sauter pardessus, & ainsi le choc est empêché ou du moins fort affoibli.
Page 110
nuit, à l'approche & dans le tems des orages; c'est ce qu'ils appellent le feu S.
Page 113
tems, on ne pût faire avec cette électricité naturelle toutes les mêmes expériences que l'on fait avec l'artificielle.
Page 114
Ces explosions doivent être regardées, & sont réellement autant de petits coups de tonnerre dont les effets pourroient être aussi funestes pour ceux qui se trouveroient à portée d'en être frappés.
Page 142
Franklin, on rend aisément raison de l'expérience précédente de cette sorte: quand je suis sur la cire mon corps n'est pas capable de recevoir du crochet d'une bouteille toute la matière électrique qu'elle est prête à donner, elle ne peut pas non plus en donner autant à la doublure de l'autre bouteille qu'elle est prête à en prendre, quand il n'y en a qu'une d'appliquée contre moi; mais quand elles le sont toutes deux, la doublure reçoit de l'une ce que le crochet donne: ainsi je reçois le feu de la première bouteille en.
Page 148
_ Électrisez les boules de liége comme dans la dernière expérience par le verre, & leur répulsion augmentera à l'approche d'un bâton de cire frotté.