The Complete Works in Philosophy, Politics and Morals of the late Dr. Benjamin Franklin, Vol. 3 [of 3]

By Benjamin Franklin

Page 168

union, and to sever us for ever."

These are the wild ravings of the, at present, half-distracted
Americans. To be sure, no reasonable man in England can approve
of such sentiments, and, as I said before, I do not pretend to
support or justify them: but I sincerely wish, for the sake of the
manufactures and commerce of Great Britain, and for the sake of the
strength, which a firm union with our growing colonies would give us,
that these people had never been thus needlessly driven out of their
senses.

I am, yours, &c.

F. S.[79]

FOOTNOTES:

[75] This letter first appeared in a London paper, January 7, 1768,
and was afterwards reprinted as a postscript to The true Sentiments
of America, printed for Almon, 1768. B. V.

[76] Mr. George Grenville. B. V.

[77] Mr. Charles Townsend. B. V.

[78] I shall here give the reader the note at the end of the fourth
paragraph of the farmer's seventh letter (written by Mr. Dickenson.)

"Many remarkable instances might be produced of the extraordinary
inattention with which bills of great importance concerning these
colonies have passed in parliament; which is owing, as it is
supposed, to the bills being brought in, by the persons who have
points to carry, so artfully framed, that it is not easy for the
members in general in the haste of business, to discover their
tendency.

"The following instances show the truth of this remark.

"When Mr. Grenville, in the violence of reformation and innovation,
formed the 4th George III. chap. 15th, for regulating the American
trade, the word 'Ireland' was dropt in the clause relating to our
iron and lumber, so that we could send these articles to no other
part of Europe, but to Great Britain. This was so unreasonable a
restriction, and so contrary to the sentiments of the legislature,
for many years before, that it is surprising it should not have been
taken notice of in the house. However, the bill passed into a law.
But when the matter was explained, this restriction was taken off in
a subsequent act.

"I cannot say, how long after the taking off this restriction, as I
have not the acts, but I think in less than eighteen months, another
act of parliament passed, in which the word 'Ireland' was left out as
it had been before. The matter being a second time explained was a
second time regulated.

"Now if it be considered, that the omission mentioned, struck off,
with one word, so very great a part of our trade, it must appear
remarkable: and equally so is the method by which rice

Last Page Next Page

Text Comparison with Vie de Franklin, écrite par lui-même - Tome I Suivie de ses œuvres morales, politiques et littéraires

Page 1
* * * * * _Je place la présente Édition sous la sauve-garde des Loix et de la probité des citoyens.
Page 5
Vous pouvez vous rappeler que, quand vous étiez avec moi en Angleterre, je fis des recherches parmi ceux de mes parens qui vivoient encore, et j'entrepris même un voyage à ce sujet.
Page 6
Mon oncle n'avoit pu découvrir combien de temps ils y avoient été établis avant ce terme.
Page 8
On nous en raconta plusieurs traits remarquables, lorsque nous allâmes à Eaton.
Page 25
D'ailleurs, je fesois une si triste figure, qu'on me soupçonna d'être un domestique fugitif.
Page 31
Ses ouvriers me demandèrent avec empressement, où j'avois été, comment étoit le pays, et si je l'aimois.
Page 36
» J'avouai que cela étoit à désirer.
Page 43
Voulant plaire à tout le monde, et ayant peu à donner, il prodiguoit les promesses.
Page 48
Après avoir fait prendre des informations sur mon compte dans Little-Britain, la veuve voulut bien me recevoir au même prix que mes premiers hôtes, c'est-à-dire, à trois schellings et demi par semaine.
Page 50
Quand ils furent rassemblés, il les remercia de la facilité avec laquelle ils avoient consenti à un accommodement favorable pour lui; et tandis qu'ils ne s'attendoient à rien de plus qu'à un simple repas, chacun trouva sous son assiette, au moment où il la retourna, un mandat sur un banquier, pour le reste de sa créance et des intérêts.
Page 54
La vivacité de son esprit et son bon naturel, en fesoient un excellent compagnon: mais il étoit indolent, étourdi et excessivement imprudent.
Page 62
Ce n'est point pour m'attirer des louanges que j'entre si librement dans les détails sur mon assiduité au travail; c'est pour que ceux de mes descendans, qui liront ces mémoires, connoissent le prix de cette vertu, en voyant dans le récit des évènemens de ma vie, de quel avantage elle m'a été.
Page 70
Cependant, nous passâmes par-dessus toutes ces difficultés; et j'épousai miss Read, le premier septembre 1730.
Page 79
Le 18 du même mois, la barre que Delor avoit élevée sur sa maison, produisit les mêmes effets que celle de Dalibard.
Page 86
Peters, Monsieur, étoit, il n'y a qu'un instant, avec moi; et nous avons comparé nos notes sur votre nouvel écrit.
Page 100
À son retour en Angleterre, il fit un grand nombre d'expériences, qui toutes lui confirmèrent cette observation.
Page 119
À Passy, le 12 mai 1784.
Page 124
Personne n'aime les frondeurs, et beaucoup de gens sont insultés par eux.
Page 127
Le jeu des échecs est le plus ancien et le plus généralement connu de tous les jeux.
Page 132
On a grand tort de coucher dans des chambres très-closes et dans des lits avec des rideaux.