The Complete Works in Philosophy, Politics and Morals of the late Dr. Benjamin Franklin, Vol. 3 [of 3]

By Benjamin Franklin

Page 216

the empire. We only assert, that having
parliaments of our own, and not having representatives in that of
Great Britain, our parliaments are the only judges of what we can
and what we ought to contribute in this case; and that the English
parliament has no right to take our money without our consent. In
fact, the British empire is not a single state; it comprehends many;
and though the parliament of Great Britain has arrogated to itself
the power of taxing the colonies, it has no more right to do so,
than it has to tax Hanover. We have the same king, but not the same
legislatures.

The dispute between the two countries has already cost England many
millions sterling, which it has lost in its commerce, and America has
in this respect been a proportionable gainer. This commerce consisted
principally of superfluities; objects of luxury and fashion, which we
can well do without; and the resolution we have formed, of importing
no more till our grievances are redressed, has enabled many of our
infant manufactures to take root; and it will not be easy to make our
people abandon them in future, even should a connection more cordial
than ever succeed the present troubles. I have indeed no doubt,
that the parliament of England will finally abandon its present
pretensions, and leave us to the peaceable enjoyment of our rights
and privileges.

B. FRANKLIN.

FOOTNOTE:

[115] Re-translated from the French edition of Dr. Franklin's works.
_Editor._




_A Prussian Edict, assuming Claims over Britain._


_Dantzick, Sept. 5, 1773._[116]

We have long wondered here at the supineness of the English nation,
under the Prussian impositions upon its trade entering our port. We
did not, till lately, know the claims, ancient and modern, that hang
over that nation, and therefore could not suspect, that it might
submit to those impositions from a sense of duty, or from principles
of equity. The following edict, just made public, may, if serious,
throw some light upon this matter:

"FREDERICK, by the grace of God, king of Prussia &c. &c. &c. to all
present and to come,[117] health. The peace now enjoyed throughout
our dominions, having afforded us leisure to apply ourselves to the
regulation of commerce, the improvement of our finances, and at the
same time the easing our _domestic_ subjects in their taxes: for
these causes, and other good considerations us thereunto moving, we
hereby make known, that, after having deliberated these affairs in
our council, present our dear brothers, and other great officers of
the state, members of the same; we, of our certain knowledge, full
power, and authority royal,

Last Page Next Page

Text Comparison with Vie de Benjamin Franklin, écrite par lui-même - Tome II suivie de ses œuvres morales, politiques et littéraires

Page 17
parce qu'étant fait de bon pain, coupé par tranches, et remis au four, il s'imbibe tout de suite, devient mou, et se digère facilement.
Page 30
Si nous croyons réellement, ainsi que nous fesons profession de le croire, que la loi de Moyse étoit la loi de Dieu, et l'émanation de la sagesse divine, infiniment supérieure à la sagesse humaine, d'après quel principe pouvons-nous donner la mort pour punir une offense, qui, conformément à cette loi, ne devroit être punie que par la restitution du quadruple de l'objet enlevé?--Mettre à mort un homme, pour un crime qui ne le mérite point, n'est-ce pas commettre un meurtre? Et, comme dit l'auteur français, doit-on punir un délit contre la société par un crime contre la nature? Une propriété superflue est de l'invention de la société.
Page 33
Les presbytériens écossais étoient jadis aussi.
Page 38
Elles sont les registres du conseil.
Page 43
Nous avons le même roi, mais non la même législature.
Page 59
Comme la médiocrité de fortune est presque générale en.
Page 60
C'est pour cela que plus je deviens vieux, et plus je suis porté à me défier de mon propre jugement, et à respecter davantage le jugement d'autrui.
Page 62
Aucun écolier ne pourra y être reçu au-dessous de l'âge de.
Page 69
Pendant que le fer est ramolli et chaud, il n'est qu'un aimant momentané: s'il se refroidit et.
Page 77
à la réclamation faite par la France, de l'article XV du traité d'Utrecht, la cour de la Grande-Bretagne ne pense pas que la France soit fondée à s'autoriser ni des expressions, ni de l'intention de ce traité.
Page 79
Stuart n'avoit été nommé que depuis très-peu d'années, à la place qu'il remplissoit alors, et d'après la nature de ses premières occupations, on ne devoit pas penser qu'il pût bien connoître le territoire des Cherokées.
Page 85
--Le roi, dont vous avez déjà éprouvé la clémence et la générosité, désirant de mettre fin à toutes les disputes entre ses sujets et vous, à l'occasion des terres, et d'être strictement juste envers vous, a formé le plan d'établir entre nos provinces et celles des Indiens, des limites qu'aucun homme blanc n'ose franchir; parce que c'est la plus sûre et la meilleure méthode de terminer les querelles, et de mettre vos propriétés à l'abri de toute invasion.
Page 94
» Il ne nous reste maintenant qu'à demander si, en 1768, l'intention des lords commissaires du commerce et des colonies étoit que le territoire, qui devoit être renfermé.
Page 106
Lord Halifax, qui étoit alors à la tête du bureau du commerce, approuvoit beaucoup ce projet.
Page 123
Le taux des salaires en Europe haussera encore par une autre cause, qu'il importe de bien connoître.
Page 130
--Et qu'avez-vous fait?--Vous vous êtes assis sur la terrasse; vous avez loué la belle vue, regardé la beauté des jardins en bas: mais vous n'avez pas bougé un pas pour descendre vous y promener.
Page 135
Entre mon cher, et tournant vers ta gauche, Tu trouveras le quartier Musulman.
Page 144
Après un temps, je ne fis plus qu'un cours pendant l'année, et, par la suite, un seul en plusieurs années, jusqu'à ce qu'à la fin je n'en fisse plus du tout, étant employé, hors de chez moi, par des voyages, des occupations et une multitude d'affaires.
Page 152
--Mais, dit le bonhomme Richard, il est plus aisé de réprimer la première fantaisie que de satisfaire toutes celles qui la suivent.
Page 153
»Mais quelle folie n'y a-t-il pas à s'endetter pour des superfluités? Dans la vente qu'on va faire ici, l'on nous offre six mois de crédit; et peut-être cela a-t-il engagé quelques-uns de nous à s'y trouver, parce que, n'ayant point d'argent comptant, ils espèrent de satisfaire leur fantaisie, sans rien débourser.