The Complete Works in Philosophy, Politics and Morals of the late Dr. Benjamin Franklin, Vol. 3 [of 3]

By Benjamin Franklin

Page 278

sum nearly equal to all the expences of
freight and commission, risque or insurance, &c. necessarily charged
by the merchant. And the case is the same with the workmen in every
other mechanic art. Hence it is, that artisans generally live
better and more easily in America than in Europe; and such as are
good economists make a comfortable provision for age, and for their
children. Such may, therefore, remove with advantage to America.

In the old long-settled countries of Europe, all arts, trades,
professions, farms, &c. are so full, that it is difficult for a poor
man who has children to place them where they may gain, or learn to
gain, a decent livelihood. The artisans, who fear creating future
rivals in business, refuse to take apprentices, but upon conditions
of money, maintenance, or the like, which the parents are unable to
comply with. Hence the youth are dragged up in ignorance of every
gainful art, and obliged to become soldiers, or servants, or thieves,
for a subsistence. In America, the rapid increase of inhabitants
takes away that fear of rivalship, and artisans willingly receive
apprentices from the hope of profit by their labour, during the
remainder of the time stipulated, after they shall be instructed.
Hence it is easy for poor families to get their children instructed;
for the artisans are so desirous of apprentices, that many of them
will even give money to the parents, to have boys from ten to fifteen
years of age bound apprentices to them, till the age of twenty-one;
and many poor parents have, by that means, on their arrival in the
country, raised money enough to buy land sufficient to establish
themselves, and to subsist the rest of their family by agriculture.
These contracts for apprentices are made before a magistrate, who
regulates the agreement according to reason and justice, and, having
in view the formation of a future useful citizen, obliges the master
to engage by a written indenture, not only that, during the time
of service stipulated, the apprentice shall be duly provided with
meat, drink, apparel, washing, and lodging, and at its expiration
with a complete new suit of clothes, but also, that he shall be
taught to read, write, and cast accounts; and that he shall be well
instructed in the art or profession of his master, or some other, by
which he may afterwards gain a livelihood, and be able in his turn to
raise a family. A copy of this indenture is given to the apprentice
or his friends, and the magistrate keeps a record of it, to which
recourse may be had,

Last Page Next Page

Text Comparison with Vie de Benjamin Franklin, écrite par lui-même - Tome II suivie de ses œuvres morales, politiques et littéraires

Page 4
Lord Chesterfield fit plaisamment la critique de cette nouvelle méthode.
Page 18
(_Note du Traducteur.
Page 23
»Et pourquoi? Pour céder aux fantaisies d'une secte capricieuse, qui voudroit, non-seulement nous empêcher de faire de nouveaux esclaves, mais nous forcer d'affranchir ceux que nous avons.
Page 24
Ils n'ont fait que changer un esclavage pour l'autre; et je puis dire pour un meilleur; car ils sont ici sur une terre où le soleil de l'Islamisme répand sa lumière et brille dans toute sa splendeur.
Page 26
Les agriculteurs, parce qu'ils travaillent pour la subsistance du genre-humain.
Page 37
Mais vous, qui êtes sages, vous devez savoir que les différentes nations voient les choses d'une manière différente; et vous ne devez pas être offensés, si nos idées sur l'éducation d'un collége ne sont pas les mêmes que les vôtres.
Page 54
D'ailleurs, l'on a établi pour règle, dans quelques-unes de nos provinces, qu'aucune place ne seroit assez lucrative, pour tenter la cupidité de ceux qui voudroient la remplir.
Page 62
.
Page 64
On doit leur faire apprendre par coeur et réciter avec action, de courtes harangues qui se trouvent dans l'histoire romaine, ou dans d'antres histoires, ainsi que des discours tirés des débats parlementaires.
Page 67
Le meilleur prix sera donné à l'élève qui excellera; le second, à celui qui viendra immédiatement après, et le troisième, au suivant.
Page 74
Les Cherokées n'ont aucun droit sur ce pays.
Page 95
En 1770, le comte d'Hillsborough[61], recommanda l'acquisition d'un territoire sur les montagnes, suffisant pour établir une nouvelle colonie, et il.
Page 116
Mais cette offre ne peut avoir d'autre effet que d'accroître nos ressentimens.
Page 120
--Quoique les ouvriers de Manchester et de Norwich, et ceux d'Amiens et d'Abbeville, soient occupés du même genre de travail, le salaire des premiers est bien plus considérable que celui des autres; et cependant, à qualité égale, les étoffes de laine de Manchester et de Norwich sont moins chères que celles d'Amiens et d'Abbeville.
Page 130
Pendant tout le bel été passé vous y êtes arrivé à six heures.
Page 135
L'Ange paroît, demande à chacun d'eux Quel est son culte; et le premier s'approche, Disant:--«Tu vois un bon Mahométan».
Page 139
SOBRIÉTÉ.
Page 143
2.
Page 147
Je reconnus bientôt l'avantage de ce changement dans mes manières: les conversations dans lesquelles je m'engageois en devinrent plus agréables; le ton modeste avec lequel je proposois mes opinions, leur procuroit un plus prompt accueil et moins de contradictions; je n'éprouvois pas autant de mortifications, lorsqu'il se trouvoit que j'avois tort, et j'obtenois plus facilement des autres, d'abandonner leurs erreurs et de se réunir à moi, lorsqu'il arrivoit que j'avois raison.
Page 150
»Les soins qu'on prend pour soi-même sont toujours utiles.