The Complete Works in Philosophy, Politics and Morals of the late Dr. Benjamin Franklin, Vol. 3 [of 3]

By Benjamin Franklin

Page 299

great gift of nature, second-sightedness, I do
continually see numbers of men, women, and children, of all ranks,
and what they are doing, while I am sitting in my closet; which is
too great a burthen for the mind, and makes me also conceit, even
against reason, that all this host of people can see and observe me,
which strongly inclines me to solitude, and an obscure living; and,
on the other hand, it will be an ease to me to disburthen my thoughts
and observations in the way proposed to you, by sir, your friend and
humble servant."

I conceal this correspondent's name, in my care for his life
and safety, and cannot but approve his prudence, in chusing to
live obscurely. I remember the fate of my poor monkey: he had an
illnatured trick of grinning and chattering at every thing he saw
in peticoats: my ignorant country neighbours got a notion, that pug
snarled by instinct at every female who had lost her virginity. This
was no sooner generally believed, than he was condemned to death:
by whom I could never learn, but he was assassinated in the night,
barbarously stabbed and mangled in a thousand places, and left
hanging dead on one of my gate posts, where I found him the next
morning.

The Censor observing, that the itch of scribbling begins to spread
exceedingly, and being carefully tender of the reputation of his
country, in point of wit and good sense, has determined to take all
manner of writings in verse or prose, that pretend to either, under
his immediate cognizance; and accordingly, hereby prohibits the
publishing any such for the future, till they have first passed his
examination, and received his imprimatur: for which he demands as a
fee only sixpence per sheet.

N. B. He nevertheless permits to be published, all satirical remarks
on the Busy-Body, the above prohibition notwithstanding, and without
examination, or requiring the said fees; which indulgence the small
wits, in and about this city, are advised gratefully to accept and
acknowledge.

The gentleman, who calls himself Sirronio, is directed, on receipt of
this, to burn his great book of Crudities.

P. S. In compassion to that young man, on account of the great pains
he has taken, in consideration of the character I have just received
of him, that he is really good natured, and on condition he shows it
to no foreigner, or stranger of sense, I have thought fit to reprieve
his said great book of Crudities from the flames, till further order.


Noli me tangere

I had resolved, when I first commenced this design, on

Last Page Next Page

Text Comparison with Expériences et observations sur l'électricité faites à Philadelphie en Amérique

Page 6
de Secondat, ou qu'il avoit crû devoir négliger, & j'y ai joint les découvertes qui ont été faites sur le même sujet depuis son histoire jusqu'à présent.
Page 11
Il reconnut de là que le succès de la première expérience ne venoit pas de la finesse des fils de soye, puisque les fils-d'archal de la seconde étoient aussi minces, mais qu'il venoit de la nature même de la soye.
Page 12
On verra cependant dans la suite de cet ouvrage qu'elle est bien fondée, & qu'un globe de soufre détruit l'effet d'un globe de verre.
Page 15
de l'Acad.
Page 22
Franklin, sans prétendre à la première de ces classes, occupe une place de distinction dans les deux dernières avec les Physiciens qui se sont le plus avancés dans cette carrière; mais il les laisse bien loin derrière lui.
Page 42
99.
Page 44
Il ne lui arrive en cet endroit que ce qui lui est arrivé auprès du fil-d'archal plongé dans la bouteille.
Page 62
Après avoir remis adroitement le verre entre les deux plaques, & achevé un cercle; c'est-à-dire, pratiqué une communication entre les deux surfaces, il s'ensuivit un choc violent .
Page 70
pouces de diamètre, dorée en entier sur les deux côtés, excepté 2.
Page 75
[Note 32: Voyez le §.
Page 92
Lorsque le canon de fusil (dans les expériences électriques) ne contient que peu de feu électrique, il faut en approcher fort près le doigt avant de pouvoir en tirer une étincelle.
Page 97
Je suis persuadé que s'il eût été peint, la peinture auroit été enlevée, de la même manière que celle de la boiserie de _Stretham_.
Page 100
Car si vous le prenez par la queuë, & que vous le teniez à un pied, ou à une plus grande distance horizontale du premier conducteur, lorsque vous le laisserez aller, il volera à lui avec un mouvement vif, mais ondoyant, semblable à celui d'une aiguille dans l'eau; il prendra place alors sous le premier conducteur, peu-être à un quart ou.
Page 105
Le feu électrique n'est visible & ne se fait entendre que quand il traverse l'air pour sauter d'un corps à un autre; on ne l'apperçoit point le long d'un fil de fer dans les expériences électriques; & on le voit le long d'une chaîne, parce qu'il saute de chaînon en chaînon.
Page 111
L'envie de vous obliger & la curiosité m'ont tiré de mon fauteüil, où j'étois occupé à lire: je suis allé chez Coiffier, qui déjà m'avoit dépêché un enfant que j'ai rencontré en chemin pour me prier de venir, j'ai doublé le pas à travers un torrent de grêle.
Page 118
» Le magnétisme qu'elle acquiert est plus fort quand l'aiguille est frappée étant tournée au nord & au sud; il est plus foible quand l'aiguille est Est & Ouest; si la force du coup étoit beaucoup plus grande, peut-être que, l'aiguille étant nord & sud, si le feu entroit par le bout sud il deviendroit nord, autrement nous serions embarrassés de rendre raison du renversement des pôles des boussoles par le coup de foudre, puisqu'il n'a jamais pû trouver leurs aiguilles que dans cette position, & que selon nos petites expériences, soit que le feu électrique entre par le bout du nord & sorte par celui du.
Page 137
Un oeil placé de façon qu'il voye horizontalement le dessous.
Page 149
_ Isolez deux tubes minces désignés par A & B, ensorte qu'ils soient en ligne droite & séparés d'environ six lignes; suspendez au bout éloigné de chacun une paire de boules de liége.
Page 155
_ II.
Page 163
_Tabouret_ électrique, II.