The Complete Works in Philosophy, Politics and Morals of the late Dr. Benjamin Franklin, Vol. 3 [of 3]

By Benjamin Franklin

Page 43

framing laws for their protection and the safety of the province,
according to their best discretion; independent of any instructions
or directions they should receive from their _principals_. And it is
equally obvious to your committee, that the _people_ of this province
and their representatives were interested in this royal grant; and
by virtue thereof have an original right of legislation inherent in
them; which neither the proprietors nor any other person whatsoever
can divest them of, restrain, or abridge, without manifestly
violating and destroying the letter, spirit, and design of this grant.

Nevertheless we unfortunately find, that the proprietaries of this
province, regardless of this sacred fundamental of our rights and
liberties, have so abridged and restricted their late and present
_governor's_ discretion in matters of legislation, by their illegal,
impracticable, and unconstitutional instructions and prohibitions;
that no bill for granting aids and supplies to our most gracious
sovereign (be it ever so reasonable, expedient, and necessary for
the defence of this his majesty's colony, and safety of his people)
unless it be agreeable thereto, can meet with his approbation: by
means whereof the many considerable sums of money which have been
offered for those purposes, by the assemblies of this province (ever
anxious to maintain his honour and rights,) have been rejected; to
the great encouragement of his majesty's enemies, and the imminent
danger of the loss of this colony.


_Secondly_, The representatives of the people in general assembly
met, by virtue of the said royal grant, and the charter of privileges
granted by the said William Penn, and a law of this province, have
right to, and ought to enjoy all the powers and privileges of an
assembly, according to the rights of the free-born subjects of
England, and as is usual in any of the plantations in America: [also]
it is an indubitable and now an incontested right of the commons of
England, to _grant aids_ and supplies to his majesty in any manner
they think most easy to themselves and the people; and they [also]
are the sole judges of the _measure_, _manner and time_ of granting
and raising the same.

Nevertheless the proprietaries of this province, in contempt of the
said royal grant, proprietary charter, and law of their colony,
designing to subvert the fundamentals of this constitution, to
deprive the assembly and people of their rights and privileges, and
to assume an arbitrary and tyrannical power over the liberties and
properties of his majesty's liege subjects, have so restrained their
governors by the _despotic instructions_ (which are not to be varied
from, and are particularly directory in the framing and passing of
money-bills and supplies

Last Page Next Page

Text Comparison with Vie de Franklin, écrite par lui-même - Tome I Suivie de ses œuvres morales, politiques et littéraires

Page 13
» Mes digressions multipliées me font appercevoir que je deviens vieux.
Page 17
Je résolus de l'observer.
Page 36
Vous me les paierez quand vous pourrez.
Page 38
Dans le temps dont je viens de parler, je rendois des soins à miss Read.
Page 42
Il me permit de chercher dans le sac, les lettres du gouverneur.
Page 47
C'étoit un bien meilleur déjeûner, qui coûtoit tout au plus la valeur d'une pinte de bière, c'est-à-dire, trois demi-sols; et qui, en même-temps, fesoit qu'on avoit des idées bien plus claires.
Page 54
J'avois vu pratiquer cet art dans la maison de James à Londres, sans y faire beaucoup d'attention.
Page 58
Je commençai à avoir une idée moins favorable du pamphlet que j'avois composé à Londres, et auquel j'avois mis pour épigraphe ce passage du poëte Dryden: Oui, tout est bien, malgré nos préjugés divers.
Page 60
C'étoit un homme dans la maturité de l'âge, doué d'un naturel heureux, très-attaché à ses amis, chérissant la poésie, lisant tout ce qui tomboit sous sa main, écrivant passablement, ingénieux dans beaucoup de petites choses, et d'une conversation agréable.
Page 65
Dites-moi franchement si cela est ainsi.
Page 67
J'y tenois des obligations en blanc et des accords de toute espèce, les plus corrects qui eussent encore paru en Amérique.
Page 102
Au lieu de songer à l'appaiser, par une conduite plus modérée et plus juste, les ministres anglais parurent fermement décidés à exiger des colonies l'obéissance la plus servile.
Page 110
Je charge mes exécuteurs testamentaires, ou leurs successeurs, de prélever sur les honoraires qui me sont redus, comme président de l'état de Pensylvanie, deux mille livres sterlings, et de les compter aux personnes, qu'un acte de la législature nommera pour les recevoir en dépôt, afin qu'elles soient employées à rendre le Skuylkil navigable.
Page 113
Afin qu'on les multiplie, autant qu'il sera possible, et qu'on en rende le remboursement plus aisé, il faut que chaque emprunteur soit obligé de payer avec l'intérêt annuel, un dixième du principal; et le montant de cet intérêt et de ce principal sera prêté à de nouveaux emprunteurs.
Page 114
On aura soin d'en donner publiquement avis avant la fin de l'année, pour que ceux au bénéfice de qui elles sont, aient le temps de faire leurs demandes en forme.
Page 128
La _circonspection_, qui surveille tout l'échiquier, le rapport des différentes pièces entr'elles, leur position, le danger auquel elles sont exposées, la possibilité qu'elles ont de se secourir mutuellement, la probabilité de tel ou tel mouvement de l'adversaire, pour attaquer telle ou telle autre pièce, les différens moyens qu'on a d'éviter ses attaques, ou de les faire tourner à son désavantage.
Page 129
Il ne faut pas que vous fassiez jamais une fausse marche, pour vous tirer d'un embarras, ou obtenir un avantage.
Page 131
Ceux qui font peu d'exercice ne doivent manger que peu.
Page 136
Ainsi, ne gardez jamais l'argent que vous avez emprunté, une heure au-delà de l'époque où vous avez promis de le rendre, de peur qu'un manque de parole vous ferme pour jamais la bourse de votre ami.
Page 141
Je vous observerai, pourtant, auparavant, que l'utilité est, suivant moi, le principal mérite des inventions, et qu'une découverte, dont on ne peut pas faire usage ou n'est pas bonne à quelque chose, ne vaut rien.