The Complete Works in Philosophy, Politics and Morals of the late Dr. Benjamin Franklin, Vol. 3 [of 3]

By Benjamin Franklin

Page 67

even in times of full peace
between the two crowns; to the certain diminution of our people and
the contraction of our settlements[26]. And though it is known they
are supplied by the French, and carry their prisoners to them, we
can, by complaining, obtain no redress; as the governors of Canada
have a ready excuse, that the Indians are an independent people, over
whom they have no power, and for whose actions they are therefore not
accountable. Surely circumstances so widely different may reasonably
authorise different demands of security in America, from such as are
usual or necessary in Europe.

The remarker however thinks, that our real dependance for keeping
"France or any other nation true to her engagements, must not be in
demanding securities which no nation whilst _independent_ can give;
but on our own strength and our own vigilance[27]." No nation that
has carried on a war with disadvantage, and is unable to continue
it, can be said, under such circumstances, to be _independent_;
and while either side thinks itself in a condition to demand an
indemnification, there is no man in his senses, but will, cæteris
paribus, prefer an indemnification, that is a cheaper and more
effectual security than any other he can think of. Nations in this
situation demand and cede countries by almost every treaty of peace
that is made. The French part of the island of St. Christophers was
added to Great Britain in circumstances altogether similar to those
in which a few months may probably place the country of Canada.
Farther security has always been deemed a motive with a conqueror to
be less moderate; and even the _vanquished_ insist upon security as a
reason for demanding what they acknowledge they could not otherwise
properly ask. The security of the frontier of France _on the side
of the Netherlands_ was always considered in the negotiation, that
began at Gertrudenburgh, and ended with that war. For the same
reason they demanded and had Cape Breton. But a war, concluded to
the advantage of France, has always added something to the power,
either of France, or the house of Bourbon. Even that of 1733, which
she commenced with declarations of her having no ambitious views,
and which finished by a treaty, at which the ministers of France
repeatedly declared, that she desired nothing for herself, in effect
gained for her Lorrain, an indemnification ten times the value of
all her North American possessions. In short, security and quiet of
princes and states have ever been deemed sufficient reasons, when
supported by power, for disposing of rights; and such disposition
has never been looked on

Last Page Next Page

Text Comparison with Vie de Franklin, écrite par lui-même - Tome I Suivie de ses œuvres morales, politiques et littéraires

Page 0
T.
Page 6
moins, ne pas me lire, si cela ne les amuse pas.
Page 13
Ma manière ne mérite peut-être que le nom de négligence.
Page 19
En suivant une méthode orgueilleuse, vous pouvez rarement espérer de plaire à vos auditeurs, de vous concilier leur bienveillance, et de convaincre ceux que vous cherchez à faire entrer dans vos vues.
Page 22
Le souvenir d'avoir été battu par mon frère m'avoit excessivement aigri.
Page 23
Je n'étois âgé que dix-sept ans, je ne connoissois personne dans le pays où je venois d'arriver, et je n'avois que fort peu d'argent dans ma poche.
Page 25
commençai à me repentir d'avoir abandonné la maison de mon frère.
Page 30
Il me reprocha obligeamment de ne m'être pas présenté chez lui à mon arrivée dans la ville; et m'invita à l'accompagner à la taverne, où il alloit avec le colonel Finch boire d'excellent vin de Madère.
Page 39
Alors il me dit:--«Osborne n'avouera qu'aucun de mes ouvrages soit de quelque prix.
Page 50
Il ajouta qu'aussitôt que je serois au fait du commerce, il m'avanceroit, en m'envoyant, avec une cargaison de bled et de farine, aux îles de l'Amérique, et en me procurant d'autres commissions lucratives; de sorte qu'avec de la conduite et de l'économie, je pourrois, avec le temps, entreprendre des affaires avantageuses pour mon compte.
Page 53
Keimer avoit arrêté ces deux ouvriers à très-bas prix: mais il avoit promis de les augmenter tous les trois mois, d'un schelling par semaine, pourvu qu'ils le méritassent par leurs progrès dans l'art typographique.
Page 65
Tout celui qui avoit été créé jusqu'alors en Pensylvanie, ne s'élevoit qu'à quinze mille livres sterlings, et il devoit être bientôt.
Page 75
Mais en 1728, M.
Page 82
Il fut même regardé comme le chef de l'opposition; et ce fut à lui qu'on attribua la plupart des courageuses réponses que l'assemblée fit aux messages des gouverneurs.
Page 83
Nous allons citer un article des statuts, pour montrer que l'esprit de bienfaisance, qui l'a dicté, est digne d'imitation; et, pour l'honneur de Philadelphie, nous espérons qu'il continuera à être long-temps en vigueur.
Page 87
» B.
Page 96
Le succès en est connu.
Page 120
En 1775, je passai à la vue de mon pays, mais je ne pus pas y aborder, parce qu'il étoit au pouvoir de l'ennemi.
Page 122
Je vous dirai, en confidence, que ma soeur est sujette à la goutte, aux rhumatismes, à la crampe, sans compter beaucoup d'autres accidens.
Page 140
Je me levai, je regardai dehors pour découvrir quelle pouvoit en être la cause; et je vis que le soleil s'élevoit précisément au-dessus de l'horizon, d'où ses rayons pénétroient dans ma chambre, parce que mes domestiques avoient eu la négligence de ne pas fermer les volets.