Vie de Benjamin Franklin, écrite par lui-même - Tome II suivie de ses œuvres morales, politiques et littéraires

By Benjamin Franklin

Page 103

remédie pas bientôt à ces maux, les Anglais auront
inévitablement la guerre avec les Indiens. Ce danger a été déjà prévu
par le général Gage, ainsi qu'on le voit dans ses lettres au comte
d'Hillsborough et dans un discours, transmis par ce général, au même
lord, et adressé aux gouverneurs de la Pensylvanie, du Maryland et de la
Virginie, par les chefs des Delawares, des Munsies et des Mohickons,
nations qui vivent sur les bords de l'Ohio.

Après avoir parlé du territoire que le roi a acquis dans leur pays, ces
Indiens disent:--«Les gens de votre nation sont venus, en grand nombre,
sur les montagnes et se sont établis dans le pays. Nous sommes fâchés de
vous dire que plusieurs querelles se sont déjà élevées entre les gens de
votre nation et les nôtres; qu'il y a eu des hommes tués des deux côtés,
et que nous voyons quelques peuples indiens, et vos anglais prêts à
entrer en guerre, ce qui nous inquiète beaucoup, car nous désirons de
vivre amicalement avec vous.--Vous nous avez souvent dit que vous aviez
des loix pour gouverner votre nation; mais nous ne voyons pas qu'en
effet vous en ayez. Ainsi, frères, à moins que vous ne trouviez quelque
moyen de contenir ceux de vos anglais, qui habitent entre les grandes
montagnes et l'Ohio, et qui sont très-nombreux, il sera impossible aux
Indiens de modérer leurs jeunes guerriers.--Soyez en sûrs, les nuages
noirs commencent à se rassembler sur ce pays; et si l'on ne se hâte pas
de faire quelque chose, ces nuages nous empêcheront bientôt de voir le
soleil.

»Nous désirons que vous fassiez la plus grande attention à ce que nous
vous disons; parce que cela part du fond de nos coeurs, et que comme
nous avons envie de vivre en paix et en amitié avec nos frères les
Anglais, nous sommes affligés de voir quelques peuples autour de nous,
prêts à se battre avec les gens de votre nation.

»Vos anglais aiment beaucoup nos riches terres. Nous les voyons tous les
jours se disputer des champs et brûler les maisons les uns des autres;
de sorte que nous ne savons pas s'ils ne passeront pas bientôt l'Ohio
pour venir nous chasser de nos villages; et nous ne voyons pas, frères,
que vous preniez aucun soin pour les arrêter.»

Ce discours des tribus, qui ont beaucoup d'influence dans leur pays, est
très-utile à connoître.--Il prouve que les colons sont très-nombreux sur
les montagnes; que les Indiens donnent toute leur approbation à
l'établissement d'une colonie sur les bords de l'Ohio;--et qu'ils se
plaignent d'une manière très-pathétique, de ce que les sujets

Last Page Next Page

Text Comparison with Benjamin Franklin Representative selections, with introduction, bibliograpy, and notes

Page 51
" His _Remarks and Facts Concerning American Paper Money_ (1767), in answer to Lord Hillsborough's Board of Trade report circulated among British merchants, is an ardent plea for legal tender paper money.
Page 115
[i-365] _Ibid.
Page 183
Bradford left me with Keimer, who was greatly surpriz'd when I told him who the old Man was.
Page 191
Then, says he, get yourself ready to go with Annis; which was the annual Ship, and the only one at that Time usually passing between London and Philadelphia.
Page 209
--I objected my Want of Money.
Page 316
1733.
Page 325
The Vain Youth that reads my Almanack for the sake of an idle Joke, will perhaps meet with a serious Reflection, that he may ever after be the better for.
Page 336
I have debauched no.
Page 349
_French_; for Law, the _Latin_ and _French_; Merchants, the _French_, _German_, and _Spanish_: And though all should not be compell'd to learn _Latin_, _Greek_, or the modern foreign Languages; yet none that have an ardent Desire to learn them should be refused; their _English_, Arithmetick and other Studies absolutely necessary, being at the same Time not neglected.
Page 364
All _Africa_ is black or tawny; _Asia_ chiefly tawny; _America_ (exclusive of the new Comers) wholly so.
Page 371
I have only added a Column in the second Page of each Month, containing the Days of the _Old Stile_ opposite to their corresponding Days in the _New_, which may, in many Cases, be of Use; and so conclude (believing you will excuse a short Preface, when it is to make Room for something better) _Thy Friend and Servant_, .
Page 376
| 7 16 | 4 44 | | 15 | 2 |Day incr.
Page 432
| Aspects, &c.
Page 502
| +----+-------+--------+---------+-------+-------+---------+----------+ | | [Sag.
Page 544
Perhaps they have had a small Estate left them which they knew not the Getting of; they think _'tis Day, and will never be Night_; that a little to be spent out of _so much_, is not worth minding; (_a Child and a Fool_, as _Poor Richard_ says, _imagine_ Twenty Shillings _and Twenty Years can never be spent_) but, _always taking out of, the Meal-tub, and never putting in, soon comes to the Bottom_; then, as _Poor Dick_ says, _When the Well's dry, they know the Worth of Water_.
Page 554
Such as are naturally well disposed, and have been so carefully educated, as that good habits have been early established, and bad ones prevented, have less need of this art; but all may be more or less benefited by it.
Page 660
DEAR SIR, I have received several kind Letters from you, which I have.
Page 690
Your soldiers, too, were promised the plunder of our cities; and your officers were flattered with the division of our lands.
Page 728
, &c.
Page 746
[_Franklin's notes.