Vie de Benjamin Franklin, écrite par lui-même - Tome II suivie de ses œuvres morales, politiques et littéraires

By Benjamin Franklin

Page 105

les colons de l'Ohio ne
seroient-ils pas exactement dans la situation dont parle le gouverneur
Wright, dans la lettre qu'ont tant vantée les lords commissaires du
commerce et des colonies?--«Les personnes, dit-il, établies au-delà des
provinces, étant trop éloignées du siége du gouvernement, des tribunaux
et des magistrats, sont hors de la portée des loix et de l'autorité; et
leurs établissemens deviendront bientôt un receptacle de brigands.»

Nous pensons ne pas devoir dire grand'chose sur le deuxième paragraphe
du rapport des lords commissaires du commerce et des colonies.--La
clause de réserve, qui se trouve dans notre pétition, est une clause
d'usage; et nous espérons qu'en cette occasion, le conseil privé sera
d'avis qu'elle est suffisante, d'autant plus que nous sommes en état de
prouver que dans des limites du territoire pour lequel nous voulons
traiter, il n'y a point d'établissemens faits avec un titre légal.

Concluons.--Il a été démontré que ni les proclamations royales, ni
celles des assemblées provinciales, ni la crainte des horreurs d'une
guerre sauvage, n'ont pu empêcher des colons de s'établir sur les
montagnes, même avant que le pays fût acheté des Indiens. Or, à présent
que ce pays appartient aux Anglais, à présent qu'on a vu les
propriétaires de la Pensylvanie, qui sont les soutiens héréditaires de
la politique britannique dans leur province, donner toute sorte
d'encouragement pour établir les terres à l'ouest des montagnes, à
présent, enfin, que la législature de la province a approuvé cette
mesure des propriétaires, et que des milliers de familles se sont
établies dans le nouveau comté de Bedford, peut-on concevoir que les
habitans des colonies du centre, consentiront à ne pas cultiver les
fertiles contrées de l'Ohio?

Mais en admettant qu'il eût été jadis raisonnable de demander si l'on
devoit, ou non, faire des établissemens dans ce pays, il n'en est pas
moins certain que cela ne peut plus entrer en question, lorsque plus de
trente mille anglais y sont établis.--Convient-il de laisser un si grand
nombre de colons sans loix et sans gouvernement?--La saine politique
peut-elle approuver cette manière de former des colonies et d'accroître
les richesses, la force, le commerce de l'empire? Ou ne dit-elle pas
plutôt que l'indispensable devoir du gouvernement est de changer les
sujets _dangereux_ en sujets _utiles_? Ne dit-elle pas qu'il faut, pour
cela, établir immédiatement parmi eux l'ordre et la subordination, et
fortifier de bonne heure leur attachement naturel aux loix, aux coutumes
et au commerce du royaume?

Nous osons nous flatter d'avoir démontré et par des faits, et par des
raisonnemens justes, que l'opinion des lords commissaires du commerce et
des colonies, au sujet du territoire de l'Ohio, est mal fondée; et

Last Page Next Page

Text Comparison with Benjamin Franklin and the First Balloons

Page 0
The documents which I publish are copies of Franklin's letters, made on thin paper in a copying press (probably the rotary machine invented by Franklin), and all but one bear his signature in ink.
Page 1
[3] [1] The Writings of Benjamin Franklin, collected and edited by Albert Henry Smyth, Volume IX, New York, 1906.
Page 2
FRANKLIN SIR JOSEPH BANKS, Bar^t.
Page 3
It contains 50,000 cubic Feet, and is supposed to have Force of Levity equal to 1500 pounds weight.
Page 4
We have only at present the enclosed Pamphlet, which does not answer the expectation given us.
Page 5
With great esteem and respect, for yourself and the Society; I have the honour to be, Sir, Your most obedient & most humble Servant, B.
Page 6
As the Flame slackens, the rarified Air cools and condenses, the Bulk of the Balloon diminishes and it begins to descend.
Page 7
_ That is their Provision of Straw; of which they carried up a great Quantity.
Page 8
Perhaps Mechanic Art may find easy means to give them progressive Motion in a Calm, and to slant them a little in the Wind.
Page 9
Dear Sir, In mine of yesterday, I promis'd to give you an Account of Mess^rs.
Page 10
great Balloon was near, and a small one was discharg'd which went to an amazing Height, there being but little Wind to make it deviate from its perpendicular Course, and at length the Sight of it was lost.
Page 11
Ils y ont ete accueillis par Mrs.
Page 12
_ The hand-writing is in a more flowing style than the subsequent letters.
Page 13
_Letter of November 30.
Page 14
Pilatre du Rozier" should be "M.