Vie de Benjamin Franklin, écrite par lui-même - Tome II suivie de ses œuvres morales, politiques et littéraires

By Benjamin Franklin

Page 110

peut être mal informé et égaré par les gouverneurs et les
conseils, qui, réunis d'intérêts, doivent probablement rendre vaines
toutes les plaintes que les colons peuvent former contre eux.

8º. Que tout anglais a le droit incontestable de n'être taxé que d'après
le consentement qu'il en donne par la voie de ses représentans.

9º. Que les colonies n'ont point de représentans dans le parlement.

10º. Que de proposer de les taxer par un acte du parlement, et de leur
refuser la liberté d'élire un conseil représentatif pour s'assembler
dans le pays, et juger de la nécessité des taxes et de la somme à
laquelle elles doivent s'élever, c'est paroître soupçonner leur fidélité
envers la couronne, leur attachement à leur patrie, et l'intégrité de
leur bon sens; injure qu'elles n'ont point méritée.

11º. Que forcer les colonies à donner de l'argent sans leur
consentement, est un acte qui ressemble plutôt à la levée des
contributions en pays ennemis, qu'à l'usage de taxer des Anglais pour
l'avantage commun.

12º. Que c'est traiter les colons comme un peuple conquis, non comme de
vrais sujets de l'empire britannique.

13º. Qu'une taxe mise par les représentans des colonies peut être
diminuée à mesure que les circonstances le permettent: mais que si elle
est une fois établie par le parlement, et d'après les suggestions des
gouverneurs, elle doit probablement être maintenue pour le profit de ces
gouverneurs, encore qu'elle soit onéreuse pour les colonies, et qu'elle
gêne leur accroissement et leur prospérité.

14º. Que si les gouverneurs ont le pouvoir de faire marcher les habitans
d'une extrémité des colonies anglaises et françaises jusqu'à l'autre,
c'est-à-dire, dans l'étendue d'un pays de quinze cents milles carrés,
sans qu'auparavant les représentans du peuple y aient consenti, les
colons peuvent être ruinés par ces expéditions, et seront traités comme
les sujets de la France le sont en Canada, où un gouverneur oppresseur
les fatigue depuis deux ans par de longues et pénibles marches sur les
bords de l'Ohio.

15º. Que si plusieurs colonies réunies peuvent se passer de représentans
et être bien administrées par un gouverneur et un conseil nommés par le
roi, la même méthode doit également et même mieux convenir à des
colonies particulières; qu'alors le parlement peut les taxer toutes pour
le soutien du gouvernement, et que leurs assemblées doivent être
congédiées, comme étant une partie inutile de la constitution.

16º. Que les pouvoirs dont on a proposé de revêtir le conseil
représentatif du peuple, dans le plan d'union d'Albany, ne sont pas
aussi considérables, même pour ce qui a rapport au militaire, que ceux
que les chartes donnent aux colonies de Rhode-Island et de Connecticut,
et dont ces

Last Page Next Page

Text Comparison with Experiments and Observations on Electricity Made at Philadelphia in America

Page 5
Give him the electrified phial to hold; and do you touch the wire; as often you touch it he will be electrified _minus_, and may draw a spark from any one standing on the floor.
Page 10
--We electrify, upon wax in the dark, a book that has a double line of gold round upon the covers, and then apply a knuckle to the gilding;.
Page 11
the fire appears every where upon the gold like a flash of lightning: not upon the leather, nor, if you touch the leather instead of the gold.
Page 13
10.
Page 14
--And this restitution cannot be made through the substance of the glass, but must be done by a non-electric communication formed without, from surface to surface.
Page 15
--To find then, whether glass had this property merely as glass, or whether the form contributed any thing to it; we took a pane of sash-glass, and laying it on the stand, placed a plate of lead on its upper surface; then electrify'd that plate, and bringing a finger to it, there was a spark and shock.
Page 17
21.
Page 20
--Gilding on a new book, though at first it conducts the shock extremely well, yet fails after ten or a dozen experiments, though it appears otherwise in all respects the same, which we cannot account for.
Page 22
13.
Page 30
doubt, whether the electrical matter passes thro' the substance of bodies, or only over and along their surfaces, a shock from an electrified large glass jar, taken thro' his own body, will probably convince him.
Page 32
Now bring these balls again into contact, and the electrical atmosphere will not be divided between A and B, into two smaller atmospheres as before; for B will drink up the whole atmosphere of A, and both will be found again in their natural state.
Page 36
Now if the fire of electricity and that of lightening be the same, as I have endeavour'd to show at large in a former paper, this pasteboard tube and these scales may represent electrified clouds.
Page 40
26.
Page 41
And if you hold a plate under it at six or eight inches distance, and cease turning the Globe, when the electrical atmosphere of the conductor grows small, it will descend to the plate and swim back again several times with the same fish-like motion, greatly to the entertainment of spectators.
Page 45
34.
Page 46
Put a wire into the tube, the inward end in contact with the non-electric lining, so it will represent the _Leyden_ bottle.
Page 47
Yet, perhaps, it may not be a true one, and I shall be obliged to him that affords me a better.
Page 48
And as the oil of turpentine being an electric _per se_, would not conduct what came up from the floor, was obliged to jump from the end of one chain, to the end of the other, through the substance of that oil, which we could see in large sparks; and so it had a fair opportunity of seizing some of the finest particles of the oil in its passage, and carrying them off with it: but no such effect followed, nor could I perceive the least difference in the smell of the electrical effluvia thus collected, from what it has when collected otherwise; nor does it otherwise affect the body of a person electrised.
Page 51
Page 33, line 22.
Page 53
--So when water is thrown on common fire, we do not imagine the element is thereby destroyed or annihilated, but only dispersed, each particle of water carrying off in vapour its portion of the fire, which it had attracted and attached to itself.