Vie de Benjamin Franklin, écrite par lui-même - Tome II suivie de ses œuvres morales, politiques et littéraires

By Benjamin Franklin

Page 142

progrès dans la vertu, en effaçant successivement les
marques de mes lignes, jusqu'à ce qu'à la fin, après plusieurs
répétitions, j'eusse le bonheur de voir mon livre entièrement blanc, au
bout d'un examen journalier de treize semaines.

Mon petit livre avoit pour épigraphe ces vers du Caton d'Addison.

Here will I hold: if there is a power above us
(And that there is, all nature cries aloud
Thro' all her works) he must delight in virtue,
And that which he delights in, must be happy.

«Je persévérerai: s'il y a un pouvoir au-dessus de nous (et la nature
entière crie à haute voix dans toutes ses oeuvres qu'il y en a un), la
vertu doit faire ses délices, et ce qui fait ses délices doit être le
bonheur.»

Un autre de Cicéron.

O vitæ Philosophia dux! ô virtutum indagatrix, expultrixque vitiorum!
Unus dies benè et ex præceptis tuis actus peccanti immortalitati est
anteponendus.

«Ô philosophie! guide de la vie, source des vertus et fléau des vices!
Un seul jour employé au bien, et suivant tes préceptes, est préférable à
l'immortalité passée dans le vice.»

Un autre, d'après les proverbes de Salomon, parlant de la sagesse et de
la vertu.

«La longueur des jours est dans sa main droite, et dans sa gauche la
richesse et les honneurs; ses voies sont des voies de douceur, et tous
ses sentiers sont ceux de la paix». _Prov. ch. III. v. 16 et 17._

Et considérant Dieu comme la source de la sagesse, je pensai qu'il étoit
juste et nécessaire de solliciter son assistance pour l'obtenir. Je
composai en conséquence la courte prière qui suit, et je la mis en tête
de mes tables d'examen, pour m'en servir tous les jours.

«Ô bonté puissante! père bienfaisant! guide miséricordieux, augmente en
moi la sagesse pour que je puisse connoître mes vrais intérêts; fortifie
ma résolution pour exécuter ce qu'elle prescrit, agrée mes bons offices
à l'égard de tes autres enfans, comme le seul acte de reconnoissance qui
soit en mon pouvoir pour les faveurs continuelles que tu m'accordes.»

Je me servois aussi de cette prière, tirée des poëmes de Thompson.

Father of light and life, thou Good supreme!
O Teach me what is Good, teach me thyself.
Save me from folly, vanity, and vice,
From every low pursuit, and fill my soul
With knowledge, conscious peace and virtue pure,

Last Page Next Page

Text Comparison with Franklin's Way to Wealth; or, "Poor Richard Improved"

Page 0
" _Repository, June, 1809.
Page 1
coloured 1 6 Portraits of Curious Characters in London, &c.
Page 2
However, let us hearken to good advice, and something may be done for us; "God helps them that help themselves," as Poor Richard says.
Page 3
Drive thy business, let not that drive thee; and early to bed, and early to rise, makes a man healthy, wealthy, and wise," as Poor Richard says.
Page 4
"--If you were a servant, would you not be ashamed that a good master should catch you idle? Are you then your own master? be ashamed to catch yourself idle, when there is so much to be done for yourself, your family, your country, and your king.
Page 5
A little neglect may breed great mischief; for want of a nail the shoe was lost; for want of a shoe the horse was lost; and for want of a horse the rider was lost;" being overtaken and slain by the enemy; all for want of a little care about a horse-shoe nail.
Page 6
" But this they might have known before, if they had taken his advice.
Page 7
"Vessels large may venture more, But little boats should keep near shore.
Page 8
Remember, Job suffered, and was afterwards prosperous.
Page 9
Reader, if thou wilt do the same, thy profit will be as great as mine.