Vie de Benjamin Franklin, écrite par lui-même - Tome II suivie de ses œuvres morales, politiques et littéraires

By Benjamin Franklin

Page 149

avec moins de peine. La paresse rend tout difficile, et le travail
tout aisé. Celui qui se lève tard a besoin d'agir toute la journée, et
peut à peine avoir fini ses affaires le soir. D'ailleurs, la paresse va
si lentement que la pauvreté l'a bientôt attrapée. Conduisez vos
affaires, et ne vous laissez jamais conduire par elles. Un homme qui se
couche de bonne heure, et se lève matin, dit le bonhomme Richard,
devient bien portant, riche et sage.

»Que signifient donc les désirs, les espérances de temps plus heureux?
Nous pouvons rendre le temps meilleur si nous savons agir.--L'activité
n'a pas besoin de former des voeux; celui qui vit d'espérance mourra de
faim. Il n'y a point de profit sans peine. Je dois me servir de mes
mains, puisque je n'ai point de terre; ou, si j'en ai, elle est
fortement imposée. Le bonhomme Richard dit que celui qui a un métier a
un fonds de terre, et que celui qui a une profession a un emploi utile
et honorable. Mais il faut alors qu'on fasse valoir son métier et qu'on
suive sa profession; sans quoi ni le fonds de terre, ni l'emploi ne nous
aideront à payer les taxes.

»Si nous sommes laborieux, nous ne mourrons jamais de faim. La faim
regarde la porte de l'homme qui travaille, mais elle n'ose pas y entrer.
Les commissaires et les huissiers la respectent également; car
l'activité paie les dettes, et le désespoir les augmente. Vous n'avez
besoin ni de trouver un trésor, ni d'hériter d'un riche parent: le
travail est le père du bonheur, et Dieu donne tout à ceux qui
s'occupent.

»Tandis que les fainéans dorment, labourez profondément votre champ;
vous recueillerez du bled et pour votre consommation, et pour vendre.
Labourez aujourd'hui, car vous ne savez pas combien vous pourrez en être
empêché demain. C'est ce qui a fait dire au bonhomme Richard: Un
aujourd'hui vaut mieux que deux demain; et ensuite: Ne remettez jamais à
demain ce que vous pouvez faire aujourd'hui.

»Si vous étiez domestique ne seriez-vous pas honteux qu'un bon maître
vous trouvât les bras croisés. Eh bien! puisque vous êtes votre propre
maître, rougissez lorsque vous vous surprenez vous-même dans l'oisiveté,
tandis que vous avez tant à faire pour vous-même, pour votre famille,
pour votre patrie.--Ne mettez point de gants pour prendre vos outils.
Souvenez-vous que le bonhomme Richard dit qu'un chat ganté n'attrape
point de souris.--Il est vrai, qu'il y a beaucoup à faire, et peut-être
manquez-vous de force. Mais ayez de la persévérance, et vous en verrez
les bons effets. L'eau qui tombe constamment goutte à goutte finit par
user

Last Page Next Page

Text Comparison with The Complete Works in Philosophy, Politics and Morals of the late Dr. Benjamin Franklin, Vol. 2 [of 3]

Page 3
--Effect of the sun's rays on cloth of different colours 105 On the vis inertiæ of matter 110 On the different strata of the earth .
Page 9
Franklin, or to contain sentiments nearly allied to his own 411 On the price of corn, and management of the poor 418 On luxury, idleness, and industry 424 On smuggling, and its various species 430 Observations on war 435 Notes copied from Dr.
Page 11
13, read Fig.
Page 63
The sensation that the separation by fire occasions, we call heat, or burning.
Page 71
I own I am inclined to a different opinion, and rather think all the water on this globe was originally salt, and that the fresh water we find in springs and rivers, is the produce of distillation.
Page 89
[21] _Passy, September 22, 1782.
Page 123
Let those two bodies be attached, one of them to one end of a thread a yard long, the other to the other end.
Page 128
But there is besides, something in the modern form of our ships that seems as if calculated expressly to allow their oversetting more easily.
Page 134
But the fact is not disputed.
Page 142
When you intend a long voyage, you may do well to keep your intention as much as possible a secret, or at least the time of your departure; otherwise you will be continually interrupted in your preparations by the visits of friends and acquaintance, who will not only rob you of the time you want, but put things out of your mind, so that when you come to sea, you have the mortification to recollect points of business that ought to have been done, accounts you intended to settle, and conveniencies you had proposed to bring with you, &c.
Page 144
You will sometimes be induced to eat of the ship's salt beef, as it is often good.
Page 185
But they have these inconveniencies.
Page 215
Either put an intervening skreen from the wall round great part of the fire-place; or, which is perhaps preferable, shift the hinges of your door, so as it may open the other way, and when open throw the air along the other wall.
Page 259
--An ivory pin is fixed in the face of this wheel, and about four inches from the axis.
Page 261
sound did not seem faint, as if at a distance, like distant sounds through air, but smart and strong, and as if present just at the ear.
Page 293
_ TO MISS S----N[76], AT WANSTEAD.
Page 315
_] The common people do not work for pleasure generally, but from necessity.
Page 325
Our eyes, though exceedingly useful, ask, when reasonable, only the cheap assistance of spectacles, which could not much impair our finances.
Page 375
_ letter to the Busy-body on the want of, iii.
Page 377
N.