Vie de Benjamin Franklin, écrite par lui-même - Tome II suivie de ses œuvres morales, politiques et littéraires

By Benjamin Franklin

Page 153

de
paroître, pour laquelle on se donne tant de peine et l'on s'expose à de
si grands dangers? Elle ne peut ni nous conserver la santé, ni adoucir
nos souffrances; et sans augmenter notre mérite, elle nous rend l'objet
de l'envie, et accélère notre ruine.

»Mais quelle folie n'y a-t-il pas à s'endetter pour des superfluités?
Dans la vente qu'on va faire ici, l'on nous offre six mois de crédit; et
peut-être cela a-t-il engagé quelques-uns de nous à s'y trouver, parce
que, n'ayant point d'argent comptant, ils espèrent de satisfaire leur
fantaisie, sans rien débourser. Mais, hélas! songez bien à ce vous que
faites, quand vous vous endettez. Vous donnez à un autre des droits sur
votre liberté. Si vous ne pouvez pas payer au terme fixé, vous rougirez
de voir votre créancier; vous ne lui parlerez qu'avec crainte; vous vous
abaisserez à vous excuser auprès de lui, d'une manière rampante;
peu-à-peu, vous perdrez votre franchise, et vous vous déshonorerez par
de misérables menteries. Le bonhomme Richard observe que la première
faute est de s'endetter, et la seconde de mentir.--Les dettes portent le
mensonge sur leur dos, dit-il ailleurs.

»Un anglais, né libre, ne devroit jamais rougir ni craindre de parler à
qui que ce puisse être. Mais la pauvreté ôte à l'homme toute espèce de
courage et de vertu. Il est difficile qu'un sac vide puisse se tenir de
bout.

»Que penseriez-vous d'un prince ou d'un gouvernement qui vous
défendroit, par un édit, de vous habiller comme les personnes de
distinction, sous peine d'emprisonnement ou de servitude?--Ne
diriez-vous pas que vous êtes nés libres; que vous avez le droit de vous
vêtir à votre fantaisie; que l'édit est contraire à vos priviléges et le
gouvernement tyrannique? Cependant, vous vous soumettez volontairement à
cette tyrannie, quand vous vous endettez pour vous parer!

»Votre créancier a le droit de vous priver de votre liberté, en vous
confinant dans une prison pour toute votre vie, ou en vous vendant comme
un esclave, si vous n'êtes pas en état de le payer.

»Quand vous avez fait un marché, vous ne songez, peut-être, guère au
paiement. Mais, comme dit le bonhomme Richard, les créanciers ont
meilleure mémoire que les débiteurs. Les créanciers sont une secte
superstitieuse et grande observatrice des nombres de jours, et des temps
précis. L'échéance de votre dette arrive sans que vous y preniez garde,
et l'on vous en fait la demande, avant que vous vous soyez préparé à y
satisfaire. Si au contraire, vous pensez à ce que vous devez, le terme
qui sembloit d'abord si long, vous paroîtra, en s'approchant,
extrêmement court. Vous vous imaginerez que le temps

Last Page Next Page

Text Comparison with Franklin's Way to Wealth; or, "Poor Richard Improved"

Page 0
[Illustration: 'If you would have my advice, I will give it you in short; "for a word to the wise is enough.
Page 1
DARTON_, And of most Booksellers in the United Kingdom.
Page 2
' They joined in desiring him to speak his mind, and, gathering round him, he proceeded as follows: 'Friends,' says he, 'the taxes are indeed very heavy; and, if those laid on by the government were the only ones we had to pay, we might more easily discharge them; but we have many others, and much more grievous to some of us.
Page 3
"Diligence is the mother of good luck, and God gives all things to industry.
Page 4
" [Illustration: Published by W.
Page 5
III.
Page 6
Many a one, for the sake of finery on the back, have gone with a hungry belly, and half starved their families; "Silks and satins, scarlet and velvets, put out the kitchen fire," as Poor Richard says.
Page 7
" [Illustration: Published by W.
Page 8
" However, remember this, "They that will not be counselled cannot be helped;" and farther, that "If you will not hear Reason, she will surely rap your knuckles," as Poor.
Page 9
The people heard it, and approved the doctrine, and immediately practised the contrary, just as if it had been a common sermon; for the auction opened, and they began to buy extravagantly.