Vie de Benjamin Franklin, écrite par lui-même - Tome II suivie de ses œuvres morales, politiques et littéraires

By Benjamin Franklin

Page 21

guerre
a prouvé, que quand elles étoient au pouvoir de l'ennemi, elles
n'entraînoient pas la sujétion du reste du pays, qui continuoit
vaillamment à défendre sa liberté et son indépendance.

Quelques calculateurs politiques ont compté que si tous les individus
des deux sexes, vouloient travailler pendant quatre heures par jour à
quelque chose d'utile, ce travail leur suffiroit pour se procurer les
choses les plus nécessaires et les agrémens de la vie; le besoin et la
misère seroient bannis du monde, et le reste des vingt-quatre heures
pourroit être consacré au repos et aux plaisirs.

Qu'est-ce qui occasionne donc tant de besoin et de misère? C'est que
beaucoup d'hommes et de femmes travaillent à des choses qui ne sont ni
utiles, ni agréables, et consomment avec ceux qui ne font rien, les
objets de première nécessité, recueillis par les gens utilement
laborieux. Je vais expliquer ceci.

Le travail arrache du sein de la terre et des eaux les premiers élémens
des richesses. J'ai de la terre, et je recueille du bled. Si, avec cela,
je nourris une famille, qui ne fasse rien, mon bled sera consommé, et à
la fin de l'année, je ne serai pas plus riche que je ne l'étois au
commencement. Mais, si en nourrissant ma famille, j'en occupe une partie
à filer, l'autre à faire des briques et d'autres matériaux pour bâtir,
le prix de mon bled me restera, et au bout de l'an, nous serons tous
mieux vêtus et mieux logés. Mais si au lieu d'employer un homme à faire
des briques, je le fais jouer du violon pour m'amuser, le bled qu'il
consomme s'en va, et aucune partie de son travail ne reste dans ma
famille pour augmenter nos richesses et les choses qui nous sont
agréables. Je serai, conséquemment, rendu plus pauvre par mon joueur de
violon, à moins que le reste de ma famille n'ait travaillé davantage ou
mangé moins, pour remplacer le déficit qu'il aura occasionné.

Considérez le monde, et voyez des millions de gens occupés à ne rien
faire, ou du moins, à faire des choses qui ne produisent rien, tandis
qu'on est embarrassé pour se procurer les commodités de la vie, et même
le nécessaire. Qu'est-ce, en général, que le commerce pour lequel nous
combattons et nous nous égorgeons les uns les autres? N'est-ce pas la
cause des fatigues de plusieurs millions d'hommes, qui courent après des
superfluités, et perdent souvent la vie, en s'exposant aux dangers de la
mer? Combien de travail ne perd-on pas, en construisant et équipant de
grands vaisseaux, pour aller chercher en Chine du thé, en Arabie du
café, aux Antilles du

Last Page Next Page

Text Comparison with Vie de Franklin, écrite par lui-même - Tome I Suivie de ses œuvres morales, politiques et littéraires

Page 1
[Illustration: Benjamin Franklin.
Page 2
CASTÉRA.
Page 16
Il y avoit dans la ville un autre grand amateur de livres.
Page 25
Je m'en apperçus aux questions qu'on me fesoit, et je sentis que je courois risque d'être à tout moment arrêté comme tel.
Page 28
Il ajouta qu'il y avoit dans la ville un autre imprimeur nommé _Keimer_, qui pourroit peut-être m'employer; et qu'en cas de refus, il m'invitoit à venir loger dans sa maison, où il me donneroit de temps en temps un peu d'ouvrage, jusqu'à ce qu'il se présentât quelque chose de mieux.
Page 37
Keimer portoit une longue barbe, parce que Moïse a dit quelque part:--«Tu ne gâteras pas les coins de ta barbe».
Page 50
M.
Page 61
Il aimoit beaucoup les livres et fesoit des vers.
Page 66
Nos débats me mirent si bien au fait de ce sujet, que j'écrivis et publiai un pamphlet anonyme intitulé: _Recherches sur la nature et la nécessité d'un papier-monnoie_.
Page 74
La police de Philadelphie avoit établi dès long-temps des gardes de nuit[29], qui sont, à-la-fois, chargés de prévenir les vols et de donner l'alarme en cas de feu.
Page 79
D'après toutes ces expériences, la théorie de Franklin fut établie de la manière la plus solide.
Page 87
FRANKLIN.
Page 91
Les officiers civils, au contraire, devoient être nommés par le conseil, et approuvés par le président.
Page 92
l'Angleterre mettoit à leur commerce, en les forçant de ne vendre leurs productions qu'aux Anglais, et de leur acheter les marchandises que le peu d'encouragement qu'il y avoit dans leurs manufactures leur rendoit nécessaires, et que ces Anglais leur fesoient payer beaucoup plus cher que ne l'auroient fait les autres nations.
Page 98
Les malheureux Indiens, qui, s'étant trouvés absens de leur village, avoient échappé à la mort, furent amenés à Lancastre et logés dans la geole, afin qu'ils pussent être à l'abri des nouveaux attentats de leurs assassins.
Page 113
Ces secours seront d'abord de peu de conséquence; mais à mesure que le capital grossira par l'accumulation des intérêts, ils deviendront plus considérables.
Page 118
JOHN FRANKLIN.
Page 136
Cela est quelquefois d'un grand avantage.
Page 140
Je tournai quelques feuillets, et je vis qu'il devoit se lever chaque jour encore plus matin jusqu'à la fin de juin; et que dans aucun temps de l'année il ne se levoit pas plus tard que huit heures.
Page 142
multiplication donne pour nombre total d'heures 1,281 Ces 1,281 heures multipliées par le nombre de 100,000 qui est celui des familles, donnent 128,100,000 Ces cent vingt-huit millions et cent mille heures, passées à Paris, à la clarté de la bougie ou de la chandelle, font, à demi-livre par heure 64,050,000 liv.