Vie de Benjamin Franklin, écrite par lui-même - Tome II suivie de ses œuvres morales, politiques et littéraires

By Benjamin Franklin

Page 3

s'est si promptement répandu et a
presqu'entièrement désarmé la superstition de l'Europe; l'usage général
de la langue française a eu aussi un effet très-avantageux pour le
commerce de la librairie; car il est bien reconnu que lorsqu'on vend
beaucoup d'exemplaires d'une édition, le profit est proportionnément
beaucoup plus considérable, que lorsqu'on vend une plus grande quantité
de marchandises d'aucun autre genre. Maintenant il n'y a aucune des
grandes villes d'Europe, où l'on ne trouve un libraire français qui a
des correspondans à Paris.

La langue anglaise a droit d'obtenir la seconde place. L'immense
collection d'excellens sermons imprimés dans cette langue et la liberté
de nos écrits politiques[6], sont cause qu'un grand nombre
d'ecclésiastiques de différentes sectes et de différentes nations, ainsi
que beaucoup de personnes qui s'occupent des affaires publiques,
étudient l'anglais et l'apprennent au moins, assez bien pour le lire; et
si nous nous efforcions de faciliter leurs progrès, notre langue
pourroit devenir d'un usage beaucoup plus général.

Ceux qui ont employé une partie de leur temps à apprendre une langue
étrangère, doivent avoir souvent observé, que lorsqu'ils ne la savoient
encore qu'imparfaitement, de petites difficultés leur paroissoient
considérables, et retardoient beaucoup leurs progrès. Par exemple, un
livre mal imprimé, une prononciation mal articulée, rendent
inintelligible une phrase qui, lorsqu'elle est imprimée d'une manière
correcte, ou prononcée distinctement, est aussitôt comprise. Si nous
avions donc voulu avoir l'avantage de voir notre langue plus
généralement répandue, nous aurions dû ne pas négliger de faire
disparoître des difficultés qui, toutes légères qu'elles sont,
découragent ceux qui l'étudient. Mais depuis quelques années, je
m'apperçois avec peine qu'au lieu de diminuer, ces difficultés
augmentent.

En examinant les livres anglais imprimés depuis le rétablissement des
Stuards sur le trône d'Angleterre, jusqu'à l'avènement de Georges II,
nous voyons que tons les substantifs commencent par une lettre capitale,
en quoi nous avons imité notre langue mère, c'est-à-dire, la langue
allemande. Cette méthode étoit sur-tout très-utile à ceux qui ne
savoient pas bien l'anglais; car un nombre prodigieux de mots de cette
langue, sont à-la-fois verbes et substantifs, et on les épelle de la
même manière, quoiqu'on les prononce différemment. Mais les imprimeurs
de nos jours ont eu la fantaisie de renoncer à un usage utile, parce
qu'ils prétendent que la suppression des lettres capitales fait mieux
ressortir les autres caractères, et que les lettres qui s'élèvent
au-dessus d'une ligne, empêchent qu'elle n'ait de la grace et de la
régularité.

L'effet de ce changement est si considérable, qu'un savant français,
qui, quoiqu'il ne sût pas parfaitement la langue anglaise, avoit coutume
de lire les livres anglais, me disoit qu'il trouvoit plus d'obscurité
dans ceux de ces livres, qui étoient modernes, que dans ceux

Last Page Next Page

Text Comparison with Vie de Franklin, écrite par lui-même - Tome I Suivie de ses œuvres morales, politiques et littéraires

Page 7
Preux chevalier, juge très-équitable, Franc, généreux, compatissant, humain, Tendant au pauvre une main secourable, Par ses conseils éclairant l'incertain, Il eut le don de plaire: il fut enfin, Toujours aimé, comme toujours aimable.
Page 12
Sa voix étoit sonore et agréable, quand il chantoit un pseaume ou une hymne, en s'accompagnant avec son violon, ce qu'il fesoit souvent le soir après son travail; il y avoit vraiment un grand plaisir à l'entendre.
Page 19
D'un autre côté, si en désirant d'être instruit et de profiter des connoissances des autres, vous vous exprimez comme étant fortement attaché à votre façon de penser, les hommes modestes et sensibles, qui n'aiment point la dispute, vous laisseront tranquillement en possession de vos erreurs.
Page 22
C'étoit un très-pauvre arrangement.
Page 23
L'inclination que je m'étois sentie pour le métier de marin, étoit entièrement passée, sans quoi j'aurois été alors bien à même de la satisfaire.
Page 31
Je regardois cela comme un très-grand honneur; et j'y étois d'autant plus sensible, qu'il s'entretenoit avec moi de la manière la plus affable, la plus familière et la plus amicale qu'il soit possible d'imaginer.
Page 33
J'avois montré assez d'empressement à rendre quelques légers services à cette dame; ce qui l'engagea probablement à prendre quelqu'intérêt à moi.
Page 37
Mais me rappelant, enfin, que quand on avoit ouvert la morue, on avoit tiré de son estomac plusieurs petits poissons, je dis aussitôt en moi-même:--Si vous vous mangez les uns les autres, je ne vois pas pourquoi nous ne vous mangerions point.
Page 38
Ils cultivoient les muses, ainsi qu'Osborne; et ils s'étoient déjà essayés tous deux, par quelques petites poésies.
Page 44
J'avois apporté d'Amérique quelques curiosités, dont la principale étoit une bourse, faite d'asbeste[20], qui n'éprouve aucune altération dans le feu.
Page 46
À mon entrée dans cette imprimerie, je commençai à travailler à la presse, parce que je crus avoir besoin de l'exercice corporel, auquel j'avois été accoutumé en Amérique, où les ouvriers travaillent alternativement comme compositeurs et comme pressiers.
Page 50
Je connoissois et pouvois exécuter toutes les évolutions et les positions de Thevenot; et j'en avois inventé quelques autres, dans lesquelles je m'efforçois de réunir la grace et l'utilité.
Page 53
Il étoit assez singulier de voir un étudiant d'Oxford, vendu pour le paiement de son passage.
Page 63
Une adresse de la chambre au gouverneur de la province, sortit de ses.
Page 82
Il énonçoit communément une seule maxime, ou bien il racontoit un fait, un trait historique, dont la conséquence ne manquoit pas d'être saisie.
Page 99
Lorsque vers la fin de l'année 1764, on fit les élections pour le renouvellement de l'assemblée, les partisans de la famille des Penn, firent tous leurs efforts pour exclure ceux qui leur étoient opposés, et ils.
Page 106
Au bout de quelque temps, il fut nommé membre du conseil suprême exécutif de cette ville, et bientôt après, il en fut élu président.
Page 115
* * * * * OEUVRES MORALES, POLITIQUES ET LITTÉRAIRES DE .
Page 124
Mais comme on n'a point encore inventé d'instrument pour découvrir, au premier coup-d'oeil, si un homme a le caractère chagrin, mon philosophe se servoit, pour cela, de ses jambes.
Page 139
Quinquet et Lange fut présentée et beaucoup admirée à cause de son éclat.