Vie de Benjamin Franklin, écrite par lui-même - Tome II suivie de ses œuvres morales, politiques et littéraires

By Benjamin Franklin

Page 40

derrière les buissons,
qui sont sur la route où vous devez passer, et nous ne nous avisons
jamais d'aller nous mêler parmi vous.»

Leur manière d'entrer dans les villages les uns des autres a aussi ses
règles. Ils croient qu'un étranger, qui voyage, manque de civilité
lorsqu'il entre dans un village sans avoir donné avis de son arrivée.
Aussi, dès que l'un d'eux approche d'un village, il s'arrête, crie, et
attend qu'on l'invite à entrer. Ordinairement deux vieillards vont au
devant de lui, et lui servent d'introducteurs. Il y a dans chaque
village une cabane vide, qu'on appelle _la Maison des Étrangers_. On y
conduit le voyageur, et les vieillards vont de cabane en cabane avertir
les habitans qu'il est arrivé un étranger, qui probablement est fatigué
et a faim. Chacun lui envoie aussitôt une partie de ce qu'il a pour
manger, avec des peaux pour se reposer. Quand l'étranger a pris quelque
nourriture et s'est délassé, on lui apporte du tabac et des pipes; et
alors seulement commence la conversation. On demande au voyageur qui il
est? où il va? quelles nouvelles il apporte? et on finit communément par
lui offrir de lui fournir un guide et des vivres pour continuer son
voyage. Mais on n'exige jamais rien pour la réception qu'on lui a faite.

Cette hospitalité, qu'ils considèrent comme une des principales vertus,
est également pratiquée par chaque particulier. En voici un exemple, que
je tiens de notre interprète, Conrad Weiser. Il avoit été naturalisé
parmi les six Nations, et parloit très-bien la langue Mohock. En
traversant le pays des Indiens, pour porter un message de notre
gouverneur à l'assemblée d'Onondaga, il s'arrêta à l'habitation de
Canassetego, l'un de ses anciens amis. Le sauvage l'embrassa, étendit
des fourrures pour le faire asseoir, plaça devant lui des haricots
bouillis, du gibier et de l'eau, dans laquelle il avoit mêlé un peu de
rum. Quand Conrad Weiser eut achevé de manger, et allumé sa pipe,
Canassetego commença à s'entretenir avec lui. Il lui demanda comment il
s'étoit porté depuis plusieurs années qu'ils ne s'étoient vus l'un
l'autre; d'où il venoit, et quel étoit l'objet de son voyage. Conrad
répondit à toutes ces questions; et quand la conversation commença à
languir, le sauvage la reprit ainsi:--«Conrad, vous avez long-temps vécu
parmi les blancs, et vous connoissez un peu leurs coutumes. J'ai été
quelquefois à Albany, et j'ai observé qu'une fois tous les sept jours,
ils ferment leurs boutiques et s'assemblent tous dans une grande maison.
Dites-moi, pourquoi cela? Que font-ils dans cette maison?

»Ils s'y rassemblent, répondit Conrad, pour entendre et apprendre de
bonnes choses.--Je ne doute pas qu'ils ne

Last Page Next Page

Text Comparison with Autobiography of Benjamin Franklin

Page 4
171 "I regularly took my turn of duty there as a common soldier" 204 "In the evening, hearing a great noise among them, the commissioners walk'd out to see what was the matter" 224 "Our axes .
Page 9
The _Autobiography_ is Franklin's longest work, and yet it is only a fragment.
Page 42
This was the second governor who had done me the honour to take notice of me; which, to a poor boy like me, was very pleasing.
Page 51
[38] A popular comedian, manager of Drury Lane Theater.
Page 62
At length a trifle snapt our connections; for, a great.
Page 64
They were therefore, by turns, constantly with us, and generally he who attended, brought with him a friend or two for company.
Page 65
" He had not then the least intimation of my intention to set up there or anywhere.
Page 66
We settled with Keimer, and left him by his consent before he heard of it.
Page 75
I let her know that I expected as much money with their daughter as would pay off my remaining debt for the printing-house, which I believe was not then above a hundred pounds.
Page 85
| | DRINK NOT TO ELEVATION.
Page 93
, and I adopted, instead of them, _I conceive, I apprehend_, or _I imagine_ a thing to be so or so; or it _so appears to me at present_.
Page 96
These proverbs, which contained the wisdom of many ages and nations, I assembled and form'd into a connected discourse prefix'd to the Almanack of 1757, as the harangue of a wise old man to the people attending an auction.
Page 113
Upon one of his arrivals from England at Boston, he wrote to me that he should come soon to Philadelphia, but knew not where he could lodge when there, as he understood his old friend and host, Mr.
Page 128
He did so, for he ask'd of _everybody_, and he obtain'd a much larger sum than he expected, with which he erected the capacious and very elegant meeting-house that stands in Arch-street.
Page 129
By talking and writing on the subject, I was at length instrumental in getting the street pav'd with stone between the market and the brick'd foot-pavement, that was on each side next the houses.
Page 145
The general, being wounded, was brought off with difficulty; his secretary, Mr.
Page 155
an intention to take the government of the province out of his hands by force.
Page 166
small mortification.
Page 174
Franklin.
Page 185
From MONDAY December 4.