Vie de Benjamin Franklin, écrite par lui-même - Tome II suivie de ses œuvres morales, politiques et littéraires

By Benjamin Franklin

Page 63

que des
morceaux fort courts, tels que les Fables de Croxal, et de petites
histoires. En leur donnant leur leçon, on doit la leur lire, leur
expliquer les mots difficiles qu'elle contient et ensuite leur donner le
temps de l'apprendre par coeur, avant qu'ils la lisent au maître.
Celui-ci doit prendre garde qu'ils lisent sans trop de rapidité, et
qu'ils observent exactement les endroits où la voix doit se reposer.

On doit former pour leur usage, un vocabulaire des mots les plus
difficiles, avec leur explication; et chaque jour ils pourront apprendre
par coeur un certain nombre de ces mots, ce qui exercera leur mémoire.
S'ils ne les apprennent pas, ils peuvent au moins les écrire dans un
petit cahier, ce qui les aidera à s'en rappeler la signification, et en
même-temps, leur formera un petit dictionnaire qui, par la suite, leur
sera utile.


SECONDE CLASSE.

Là, on doit enseigner à lire avec attention, et avec les modulations de
la voix, analogues au sujet de l'ouvrage qu'on lit et aux sentimens
qu'on veut exprimer.

Les leçons à étudier dans cette classe, ne doivent pas excéder la
longueur des discours du _Spectateur_; et même ceux de ces discours qui
sont le plus aisés, peuvent très-bien servir à ces leçons. C'est le soir
qu'on doit donner ces leçons aux écoliers, afin qu'ils aient le temps de
les étudier pour le matin. Il faut qu'on les accoutume d'abord à rendre
compte de quelques parties du discours, et à en construire une ou deux
phrases: cela les obligera à avoir fréquemment recours à leur grammaire,
et à en fixer les principales règles dans leur mémoire; ensuite, il faut
qu'ils sachent expliquer l'intention de l'écrivain, le but de l'ouvrage,
et dire quelle est la signification de chaque phrase et même de chaque
mot extraordinaire. Cela leur rendra bientôt familiers le sens et la
force des termes, et leur donnera la très-utile habitude de lire avec
attention.

Le maître doit lire le discours avec le ton et la dignité convenables,
et employer même les gestes, lorsque cela est nécessaire, afin que ses
écoliers puissent imiter sa manière.

Quand l'auteur a employé une expression qui manque de justesse, il faut
le faire observer aux écoliers. Mais on doit, sur-tout, leur faire
particulièrement remarquer les beautés d'un ouvrage.

On doit aussi varier les lectures, de manière que la jeunesse apprenne à
connoître les bons styles de tout genre, soit en prose, soit en vers, et
la manière différente dont il convient de les lire. Il faut leur donner,
tantôt une histoire bien écrite, quelque partie d'un sermon, la harangue
d'un général à ses soldats, tantôt un morceau de tragédie,

Last Page Next Page

Text Comparison with Expériences et observations sur l'électricité faites à Philadelphie en Amérique

Page 10
M.
Page 44
Beccaria m'a dispensé de me mettre en frais pour y répondre.
Page 50
.
Page 51
[Note 17: Nous reconnumes bientôt qu'il n'étoit besoin d'y placer que l'un ou l'autre.
Page 54
En faisant rouler ce globe sur un coussin de 3.
Page 59
N'étant allé à l'Académie que pour y rendre compte de ce que j'avois fait & vû, & non pas pour disputer; je me contentai de répliquer que j'étois sûr de ce que j'avançois d'après mon auteur: je suis surpris qu'on n'en ait pas encore reconnu la vérité.
Page 64
Au lieu d'eau, je mets dans la bouteille du menu plomb, comme du plomb à perdreaux, ou de la cendrée: après l'avoir armée de son crochet, & l'avoir électrisée, j'en fais l'analyse, suivant la méthode de M.
Page 66
MONSIEUR, Je crois que M.
Page 67
54.
Page 68
que les crochets des bouteilles différemment chargées attireront & repousseront différemment, on a fait une rouë électrique, qui tourne avec une force extraordinaire.
Page 82
75.
Page 84
cas dont nous venons de parler.
Page 85
C'est une observation constante dans ces expériences, que plus la quantité d'électricité sur le conducteur de carton est grande, plus il frappe de loin, & décharge son feu aisément; & la pointe pareillement le tirera toujours à une plus grande distance.
Page 95
Le mouvement horizontal des bassins sur le plancher, peut représenter le mouvement des nuages sur la terre, & le poinçon élevé, les montagnes & les plus hauts édifices, & alors nous voyons comment les nuages électrisés passant sur les montagnes & sur les bâtimens à une trop grande hauteur pour les frapper, peuvent être attirés en bas jusques dans la distance qui leur est nécessaire pour cet effet; & enfin si une aiguille est fixée sur un poinçon, la pointe en haut, ou même sur le plancher au-dessous du poinçon, elle tirera le feu du bassin en silence à une distance beaucoup plus.
Page 103
7.
Page 117
Ayant après cela démonté l'appareil, rajusté la chape & suspendu l'aiguille sur son pivot, elle prit la direction nord & sud, & fut vivement attirée par le fer que je lui présentai; en un mot elle se trouva très-bien aimantée.
Page 128
Si les deux bouteilles étoient électrisées positivement, la boulette attirée & repoussée par l'une, devroit aussi être repoussée par l'autre: si l'une étoit positivement & l'autre négativement, la boulette seroit attirée & repoussée tour à tour par chacune, & continueroit de joüer entr'elles aussi long-tems qu'elles conserveroient quelque charge considérable.
Page 147
A.
Page 157
_Broche_ électrique.
Page 163
186.